« Moka » de Tatiana de Rosnay

Je suis addict ! Addict à Tatiana de Rosnay, cette auteure franglaise qui jongle d’une manière si subtile avec les mots qui s’enchaînent si bien que nous, lecteurs, sommes dès lors transportés dans chacune de ses histoires. Une bonne dose de suspense, beaucoup d’empathie envers les personnages, un peu d’émotion, et une pincée d’aventure. Elle a trouvé les ingrédients pour pondre des romans qui pour moi, sont des purs délices.

Je l’ai découverte avec « Le Voisin », que j’avais apprécié, mais m’avait laissée quelque peu sur ma faim. Sur vos bonnes recommandations, j’ai enchaîné avec « Moka ».  Entre les deux, j’ai résolument préféré cette seconde lecture. Ce que je reprochais au « Voisin », un début trop lent  à mon goût, je ne les pas retrouvé ici, que du contraire ! Dès les premières pages, on reçoit la nouvelle, tout comme pour Justine et Andrew Wright, tel un coup de massue : leur fils Malcom, 13 ans, s’est fait renverser par une voiture qui a aussitôt pris la fuite. Les témoins sont peu nombreux, les indices sont minces. La vie de ce couple issu d’un doux mariage de tendresse et d’amour entre l’Angleterre et la France, bascule. Malcolm est dans le coma. Et le chauffard, volatilisé dans la nature. Qu’a-t-il bien pu se passer ?! Comment peut-on laisser un enfant blessé sur la route et continuer son chemin comme si rien ne s’était passé ? Qui sont ces gens ?

Justine s’engage alors contre toute attente, dans une enquête personnelle où elle se sentira éperdument seule. Toutes ces questions qui ne cessent de lui venir au visage tel une gifle… La maman vit désormais dans une réalité si noire qui tout à coup, remet en question l’ensemble de son existence, son mariage avec Andrew qui est si silencieux. Elle se lance dans un combat, durant lequel se créera une haine envers la personne qui est entrée de façon incongrue dans sa vie, pour la marquer à tout jamais. Elle décide de prendre les rennes, devançant une police dont la lenteur est à devenir fou.

Justine, cette française mariée à un anglais, dont elle est follement amoureuse. La maman de Malcolm 13 ans et de Georgia 9 ans. Une femme qui semble forte, épanouie dans une vie équilibrée, influencée par les deux cultures de son coeur. Elle met son quotidien entre parenthèses et n’a qu’une lubie durant les semaines de coma de son fils : trouver qui a fait ça et comprendre. Un seul indice donné par un chauffeur de bus présent sur le lieu du drame, la voiture était de couleur moka. « Moka », « coma », deux mots malheureusement devenus le cauchemar de cette famille. Cette course contre la montre se dévoile au fil des pages, nous hypnotisant, à l’affût du moindre indice, qui pourra aider cette femme que désormais nous ne pouvons lâcher.

Présenter des personnages féminins qui se révèlent, se transforment de façon radicale, après un événement venu perturber un quotidien presque banal, semble être la marque de fabrique de Tatiana de Rosnay. Et j’aime ça.  Colombe Barou, Justine Wright, m’ont collée à la peau durant toute la lecture de leur histoire respective. Des histoires de la vie courante, qui pourrait nous arriver à toutes et tous, et qui nous tiennent en haleine tout au long de romans courts et tellement aboutis. L’auteure ne promène pas le lecteur dans du superflu. Chaque mot lu est absorbé, imaginé, réellement vécu. Une grande découverte pour moi en 2011. Et je pense que je ne me limiterai pas à 2 romans d’elle. « Boomerang » est sur ma liste de Noël 😉

Publicités

9 réflexions au sujet de « « Moka » de Tatiana de Rosnay »

  1. Colinette

    Je n’ai pas lu voisin mais j’ai lu Moka, qui m’a un peu chamboulée… C’est sans nul doute mon auteur préféré. Surtout depuis que j’ai lu Elle s’appelait Sarah duquel on ne ressort pas indemne.

    Répondre
  2. Ines

    Et bien hop, ni une ni deux, j’avoue Moka sur ma liste à lire!!!! Tu sembles tellement enthousiaste que je suis conquise et ce d’autant plus que l’histoire en elle même me plait bien! Cet auteur me plait beaucoup à moi aussi. Enfin, pour l’instant, je n’ai lu que « elle s’apellait Emma » ms je l’avais dévoré et j’en ai un autre de tatiana qui attend d’être lu dans ma biblio j’ai hâte! Bises

    Répondre
  3. letizia

    je note!
    je sais pas comment tu choisis tes lectures mais moi c’est par theme, et periode! la je suis dans ma periode « bouquins qui parlent de drogue » !!
    je viens d’acheter « l heure bleue » tu l’as lu?

    Répondre
    1. Laetii

      Le choix de mes bouquins, selon l’envie du moment, si je veux une histoire plus légère, un thriller… ça se passe beaucoup en fonction de ce que je lis comme critiques sur le net. Si l’une d’elles me plait, je me procure le bouquin immédiatement. Et puis évidement, j’ai une liste de livres à lire à rallonge lol! Ce n’est pas « L’herbe bleue » ton bouquin? je ne l’ai pas lu mais mon frère oui! bizz

      Répondre
  4. Ping : Vos plus belles lectures en 2011 | Laeti's Playground

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s