« Nos vies désaccordées » de Gaëlle Josse

Soufflé par Charlotte, « Nos vies désaccordées » est un très joli coup de cœur en ce qui me concerne. De la sensibilité, de la musicalité, de l’espoir, de la réalité, pas mal d’ingrédients chers à mes yeux.

L’écriture est fluide, simple et mélodieuse. Tout à fait en phase avec le titre et le personnage principal.

C’est l’histoire de François Vallier, pianiste renommé parcourant le monde entier de sa passion. Comme tout artiste célèbre, de nombreux messages inondent son site, sa boîte e-mail, auxquels il met un point d’honneur à répondre. Jusqu’au jour où il tombe sur la réaction de l’un de ses nombreux fans, qui s’avère être un employé dans un centre psychiatrique. Ce dernier lui offre quelques nouvelles de Sophie…

Sophie, c’est le grand amour perdu de François. Un amour qui n’a jamais cessé de le poursuivre, depuis trois ans. Que s’est-il passé entre eux? Pourquoi Sophie est-elle internée dans une aile psychiatrique avec interdiction ferme de sortie, ainsi que de visite de François?

C’est ce que l’auteure nous propose de découvrir,au fil d’un voyage nous emmenant dans l’intimité la plus profonde de ces deux personnes. Sur un ton émouvant, d’une grande sensibilité et un retour à la réalité rempli d’espoir. Une histoire autour de la folie, dans laquelle chacun peut tomber plus vite qu’on ne le pense, au travers des événements marquants d’une vie.

Ce petit roman, qui ne fait pas plus de 150 pages, est un récit très agréable à lire.Les mots flottent dans l’air, au fil des pages, telle une portée musicale, en compagnie d’une douce mélodie.

« Nos vies désaccordées » est le second roman de Gaëlle Josse, « Les heures silencieuses » l’a précédé. A découvrir donc!

Publicités

14 réflexions au sujet de « « Nos vies désaccordées » de Gaëlle Josse »

  1. Ines

    J’avais été séduite par la critique de Charlotte et je le suis également par la tienne. Ce livre figure dans ma liste à lire…et tout comme toi, je vais aussi me renseigner sur « les heures silencieuses »…C’est dingue, j’ai une liste immense de livres à lire, j’en ajoute régulièrement, mais malheureusement, elle ne se vide pas très vite cette liste;( Tu as commencé quel autre bouquin?

    Répondre
    1. Laetii

      J’ai hâte de découvrir à mon tour ce que tu penses de ce roman 🙂 Je dévore les lignes de « Comme des larmes sous la pluie » de Véronique Biefnot, une auteure belge, c’est son premier roman. Il est génial!! J’en parlerai très vite 😉

      Bonne journée Ines!

      Répondre
      1. Ines

        Cool hâte que tu nous parles de ce roman peu connu…je sens que je vais en rajouter un pt nouveau sur ma trop longue liste à lire!!! Perso, je viens de commencer « Hunger Games »….

  2. harmoniephotography

    Un article tres bien fait qui donne envie de lire ce roman et le precedent aussi. Depuis que je suis en Irlande j’ai un peu perdu pied avec la litterature francaise et les nouveaux auteurs et je suis heureuse de decouvrir de nouvelles lectures a ajouter a ma liste. Merci, je suis charmee par ta critique.
    MArie

    Répondre
    1. Laetii

      Je suis désormais profondement convaincue de l’univers sensible de Gaëlle Josse et suis impatiente de découvrir ses autres bijoux 😉 Merci encore pour tes précieuses lectures!!

      Répondre
  3. Minou

    En effet, le sujet semble très différent de celui de son premier roman ! Ca me semble une bonne idée qu’elle ait changé de direction, pour éviter trop de comparaison. Le thème artistique toujours présent (après la peinture, la musique alors?) m’attire beaucoup, j’ai très envie de découvrir ce roman ! Merci pour ce très bel article.

    Répondre
  4. Minou

    Je te le redirai par mail, mais MERCI beaucoup de m’avoir permis de découvrir ce petit bijou. Je viens de terminer ma lecture, touchée, émue et tout à fait charmée. J’avais peur d’être un peu déçue après son premier, en sachant que ça avait été le cas d’une autre blogueuse, mais ça ne l’a pas été pour moi : bien que je n’ai pu m’empêcher de comparer et de voir des rapprochements avec Les heures silencieuses, les dissemblances et le changement d’univers donnent à ce roman sa propre tonalité, qui a su me séduire à son tour.

    Pour prolonger l’ambiance du récit et la douce mélancolie dans laquelle je me complais, j’écoute Schubert…

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s