« La Compagnie des femmes » d’Yves Simon

Il s’agit d’une lecture commune avec Minou, ma première initiative du genre! Autant préciser d’emblée, j’ai adoré mener cette expérience avec Minou. On a fixé une date de début, tout en se donnant au fur et à mesure de la lecture nos appréciations sur le roman. Un bel échange s’est ainsi installé, et nous a permis de découvrir les ressentis de l’une et l’autre presque en temps réel. Ce fut vraiment enrichissant et motivant!

Après avoir beaucoup aimé « Je voudrais tant revenir » du même auteur, et ayant déjà en tête de lire « La Compagnie des femmes », sorti plus récemment, notre choix s’est porté sur ce roman dont on ne connaissait pas du tout l’histoire! Le mystère était complet, seul le résumé m’avait séduite : un road-movie relaté par Yves Simon lui-même, qui le fait quitter Paris pour prendre la route du soleil, direction la Méditerranée. Aucun itinéraire pré-établi, juste le besoin et l’envie de rouler seul à l’aveugle vers le Sud. Sortir du quotidien pour faire le point sur ses amours, ses regrets, ses bonheurs… Yves Simon nous emmène avec lui sur la route de ses souvenirs, de sa vie.

J’ai retrouvé la plume si maîtrisée, agréable et mélodieuse d’Yves Simon, et à nouveau, je me suis laissée bercer par ses mots qui m’ont littéralement transportée avec lui lors de ce périple improvisé. « La Compagnie des femmes » est une autobiographie puisqu’il raconte sa propre histoire (du moins, c’est ce que j’ai compris!). Il met à plat ses sentiments les plus profonds et les plus intenses, notamment son histoire d’amour avec Léonie qui constitue le fil rouge du roman. La façon dont il décrit cette histoire est une prouesse de délicatesse et une réelle mise à nu. Il ouvre son coeur – pour lui-même et son lecteur – à cette jeune femme qui a véritablement compté. Cependant, passer d’un souvenir à l’autre, de Justine à Léonie, de Vincent à sa maman, peut désorienter le lecteur qui tente de s’y retrouver parmi tous ces noms qui s’enchaînent en peu de temps. Des changements temporels, ainsi qu’au niveau de la narration est assez perturbant également, mais ne gâche en rien le récit. Il faut juste être par moment un peu plus concentrée.

Par ailleurs, ce voyage – sur la terre ferme celui-là – lui aura permis de faire des rencontres, improbables, attendues ou encore, provenant du fruit du hasard. « Elles ont éveillé en nous un désir de proximité, être au plus près d’eux, à leur contact, une heure, une nuit, entendre leur voix raconter de brèves séquences de leur histoire comme s’ils ouvraient pour nous seuls quelques pages du roman de leur vie. L’étrangeté demeure : qu’est-ce qui a fait que ce furent ceux-là et pas d’autres?. « Il n’y a pas de hasard me dit un jour Chris Marker sur le trottoir des numéros impairs de la Place Dauphine. Il n’y a que des miracles!« . J’adore la façon dont il parle de ces rencontres éphémères…

Loin de voir ces rencontres comme fortuites, on comprend que chaque personne lui permettra d’avancer dans ce bilan qu’il entreprend de faire sur sa vie, ainsi que de comprendre des faits, des réactions, qui ont ponctué son existence et qui étaient restés jusque là des points d’interrogation.

Ce roman est un mélange d’émotions. On passe du sourire aux larmes, de l’étonnement à la tendresse. « La Compagnie des femmes » revient sur ses rencontres féminines, et pas que. Sur celles qui ont réellement compté, et celles qui l’ont marqué, différemment. Pour cela, il existe quelques similarités, je trouve, avec « Je voudrais tant revenir ».

En un mot, un voyage sur le macadam et dans la tête d’Yves Simon, j’en demande encore! Découvrez l’avis de Minou sur cette lecture commune.

Publicités

5 réflexions au sujet de « « La Compagnie des femmes » d’Yves Simon »

  1. Minou

    Très bel article pour une très belle expérience de lecture : je l’y retrouve vraiment et ai très envie de me lancer à nouveau dans une LC avec toi. 😉 L’extrait choisi est vraiment beau et me replonge dans ce texte dont tu parles très bien.
    A très bientôt !

    Répondre
    1. Laetii

      Partager ou le garder pour soi, les avis sont généralement mitigés. j’ai découvert la joie de partager au fil d’une lecture car pour mon Monsieur, ce n’est pas la peine ^^ Pourquoi tu ne te lancerais pas dans une lecture commune?!

      Répondre
  2. Ping : Taguée pour LE livre! | Laeti's Playground

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s