« Les amants du n’importe quoi » de Florian Zeller

Conseillé par une amie, Florian Zeller et sa particularité de parler des relations amoureuses complexes m’a emmenée dans un univers que je n’ai pas l’habitude de lire et qui pourtant m’a conquise.

« Les amants du n’importe quoi » débute avec le passage à l’acte de Tristan qui le pousse dans l’infidélité, pourtant en couple avec Amélie depuis quelques mois. Mais Tristan n’est pas le genre d’hommes à se contenter d’une seule fille, ni même à tomber amoureux. Son créneau, c’est de multiplier les rencontres, profiter de la vie, et surtout de garder à tout prix cette liberté qui lui permet de jouir chaque jour d’un célibat qui lui va trop bien. Seulement un jour, il rencontre Amélie par hasard dans la rue. Une rencontre inexpliquée et totalement improbable, issu du fruit du hasard. Cette fille, plutôt introvertie, timide, jolie dans son genre, l’emmènera dans une relation qu’il semble ne pas choisir, mais dans laquelle il reste par ailleurs. Ils font leur petit bout de chemin ensemble, ce qui déplaît à Tristan, qui voit sa liberté disparaître au profit d’une histoire banale. Envers et contre tout, il poursuit donc une double relation, avec Amélie, et ses conquêtes d’un soir. Infidélité, mensonges, trahison, sentiments amoureux, dépendance, peur… tous ces éléments font les rouages de ces deux « amants du n’importe quoi ».

J’ai ainsi fait connaissance avec Florian Zeller dont l’univers m’était totalement inconnu. Ce roman m’a déroutée au premier abord, sans doute dû à la complexité d’une part de la relation naissante entre Tristan et Amélie, et d’autre part à la personnalité de chacun des deux personnages. En effet, l’un est un séducteur né, un bourreau des coeurs, mais qui ne peut s’empêcher de rester cette une fille quelconque. Il se retrouve tiraillé entre sa véritable nature, et une Amélie pour qui il s’est pris de tendresse et dont il n’arrive pas à se détacher. C’est une personne très complexe, qui ne sait pas exactement ce qu’elle veut dans la vie, ni même vers où elle va. Quant à Amélie, on la découvre davantage dans la seconde partie de ce court roman (125p.) qui est divisé en « deux sphères ». Qu’est-ce qu’une fille peu sûre d’elle, n’ayant pas eu beaucoup d’amants, tombe amoureuse d’un gars avec qui elle ne partage visiblement pas énormément de points communs?

J’ai donc été prise dans ce tourbillon complexe mais charmant. J’ai aimé la plume de Florian Zeller, simple, fluide, et qui met le doigt, le plus naturellement possible, sur les mécanisme des couples, et sur la façon dont chacune des deux personnes tente de s’y retrouver dans une relation où elles avancent côte à côte. Du moins en apparence… Ce sujet semble être le créneau de ce jeune auteur français, et je suis assez séduite par son interprétation de l’amour d’aujourd’hui (même si je ne partage pas tout à fait la même vision). C’est intéressant de voir comment un auteur masculin traduit ce que les hommes et les femmes peuvent penser les uns des autres et l’image qu’il a du couple et de l’amour. En tout cas, je me replongerai très volontiers dans ses autres romans, ce qui me pousse par ailleurs à lire plus souvent des romans sur les relations amoureuses, car je trouve que, même si ce n’est pas la retranscription de ma propre opinion, ces histoires peuvent à leur niveau donner quelques clefs de compréhension, vis à vis de certains comportements si complexes.

Florian Zeller était d’ailleurs l’invité de l’émission La Grande Librairie sur France 5 la semaine passée, où d’autres auteurs comme Véronique Olmi ou Nicolas Rey, ont débattu sur les histoires de couples, d’amour, d’infidélité, qui reviennent systématiquement dans leurs oeuvres. Son dernier roman « La jouissance  » est issu de la rentrée littéraire. Un moment très intéressant!

C’est ma quatrième contribution au défi des cent pages lancé par La Part Manquante.

4/5

Publicités

11 réflexions au sujet de « « Les amants du n’importe quoi » de Florian Zeller »

    1. Laetii

      On ne peut pas dire que ce soit un roman joyeux en effet. Il dépeint une drôle d’histoire, un couple où les mensonges sont très présents… Comme il est très court, il passe bien je trouve!

      Répondre
  1. Minou

    Je crois que je ne vais pas noter ce titre-ci de l’auteur : l’histoire, que tu as bien présentée, ne me tente pas trop. Je suis plus attirée par son petit dernier par exemple. De lui, j’ai lu une pièce de théâtre qui traite aussi de l’amour, ou plutôt de la fin d’un couple. Ton article m’a rendu curieuse d’en lire plus de lui, merci. 🙂

    Répondre
    1. Laetii

      En effet, les avis doivent être assez tranchés quant à l’oeuvre de Florian Zeller. C’est le cas aussi à l’égard de Frédéric Beigbeder, par exemple (que certains comparent mais que je ne trouve absolument pas ressemblants). Quand on lit du Zeller, on sait à qui on a affaire. Pour ma part, j’ai aimé, sans être une « addict » ;). Dans La Grande Librairie, j’ai appris en effet qu’il était aussi dramaturge, c’est une personnalité intéressante je trouve.
      PS: je réponds à ton mail dans la journée!

      Répondre
  2. Les Sens Ciel ♡

    ça me fait drôlement envie, mais si ça se termine mal..je sais pas. Je suis très gnan gnan pour les histoires de couple en littérature, même si les histoires sont riches et complexes j’aime trop le happy end 😉 je suis une rêveuse…!

    Répondre
    1. Laetii

      Ah non, je n’ai pas dit que cette histoire se terminait mal 😉 C’est beaucoup plus complexe que ça! Je crois que Zeller ne fait pas dans le « happy end » mais pour les amateurs et amatrices d’histoires de couples, je pense qu’il vaut le détour. Les histoires à l’eau de rose, très peu pour moi par contre ^^ Bises

      Répondre
  3. feedbackbaby

    Moi, je suis à fond pour ce genre d’histoires ! (c’est surtout que j’aime les relations hommes-femmes, elles sont complexes, il ne faut pas le nier !) et puis j’ai toujours voulu savoir ce qui se passait dans la tête d’un homme de nature infidèle…
    Merci pour cet avis sur cette lecture, je l’ajoute absolument !

    Répondre
    1. Laetii

      Tu mets le doigt sur un élément intéressant de ce roman (et à mon avis, des autres histoires de Florian Zeller) : essayer de comprendre ce qui se passe dans la tête d’un homme!! Et on dit que les femmes sont compliquées… ^^
      Tu m’en diras des nouvelles!!

      Répondre
  4. lucie38

    tu me confortes dans mon envie de lire cet auteur, je suis friande de clés de compréhension des relations de couple, si complexes parfois. Mon regard sur l’infidélité a changé au fil des années, je ne suis plus aussi rigide et je suis d’avis surtout que nous ne sommes pas faits pour aimer la même personne toute une vie.

    Répondre
  5. Miss Blemish

    Je ne connaissais absolument pas cet auteur mais la chronique que tu nous fais de ce livre me donne à la fois envie de le découvrir lui mais aussi tous les autres qu’il a écrit ! Comme Submarine, j’appréhende un peu cette lecture car de ce que tu nous en dit, il est fort probable que je m’identifie un peu dans cette Amélie, mais ma curiosité l’emportera, je le sais !
    Merci pour cette découverte, je note ce titre et je repasse quand je l’aurais lu pour de vrai 🙂
    A bientôt
    Célie (anciennement LIly’s Weeks 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s