« Jolie libraire dans la lumière » de Frank Andriat

Avant tout, je tiens à remercier Audrey du blog Trait de Plume pour avoir partagé son coup de cœur, qui m’a pas mal interpellée et que j’ai, du coup, eu envie de découvrir à mon tour. « Jolie libraire dans la lumière » m’a complètement emportée. C’est un petit bijou tant au niveau de la sensibilité qui s’en dégage, que des mots, des personnages etc… Bref, un très gros coup de cœur en ce qui me concerne!

Le décor est planté dès les premières phrases: Maryline est une jeune libraire de 34 ans, qui aime son métier et aime encore plus se plonger dans les livres qui l’entourent, son jardin de livres comme elle l’appelle. Un beau matin, elle se sent bizarrement attirée par un roman mis en évidence sur l’une de ses tables, c’est le titre et la photo de couverture qui l’habitent irrémédiablement. Plongée dans sa lecture, Maryline se rendra compte que d’invraisemblables points communs la lient à l’héroïne de ce roman…

Dire qu’il s’agit d’un petit bijou est évidement tout à fait personnel, puisque ce roman m’a touchée, pour son histoire, mais plus encore pour la finesse et la poésie du texte. Livrogne par  exemple y a trouvé quelques bémols, qui sont peut-être effectivement présents, mais qui n’ont pas, pour ma part, pris le pas sur l’enivrement ressenti.

C’est un petit récit très fluide (146p.), qui se lit rapidement, mais dès les premiers mots, j’ai senti que quelque chose se passait : les mots me parlaient. J’ai donc su que pour profiter un maximum de ce roman et de ce qu’il pouvait m’apporter, je devais profiter de chaque lettre, de chaque mot, de chaque phrase. En d’autres termes, je l’ai savouré et ai d’ailleurs gardé pour moi bon nombre de passages. J’ai particulièrement aimé la manière dont l’auteur, Frank Andriat, met en évidence les émotions, les personnages, des instants de vie, avec le thème de la lumière. Les ombres, les clairs-obscurs, les nuancés, les éblouissements, sont ainsi parsemés un peu partout dans le livre.

« Pendant que tu penses aux ombres de ton existence, tu ne t’émerveilles pas du soleil qui se lève chaque matin. » (p.88)

Ses mots si subtilement choisis arrivent à nous plonger dans une douce atmosphère où flottent les joies, la tendresse d’une rencontre, d’une passion, d’un amour mère-fils, ou au contraire, nous fait vivre un événement insoupçonné. En outre, l’intrigue a le mérite d’être bien ficelée et surprenante.

Elle peut s’offrir de savourer son bonheur: ici, seule, en son jardin de livres, dans l’obscurité moirée du soir, comme si elle était assise dans une toile de Rembrandt à écouter la musique des phrases de cet écrivain de qui, hier encore, elle ne connaissait pas le nom. (p.45)

Le personnage de Maryline est particulièrement attachant. Elle partage autour d’elle avec une grande admiration sa passion des livres, ce qui ne peut que nous parler. La confusion fiction/réalité qui peut parfois se passer lors d’une lecture, ainsi que le pouvoir des livres sur notre existence sont autant d’éléments fort présents dans ce roman, qui poussent à réflexion.

Il lui avait toujours semblé si étrange que, dans un livre, on pût se retrouver, comme en un miroir déformant, mais aussi révélateur de ce que, de soi, on préfère ignorer. (p.46)

Lire, c’est se plonger dans un univers fictif, mais dans lequel on a par moment l’impression de vivre réellement… Ne dit-on pas que les livres guident nos pas et nous aident à avancer?

Assurément, l’une de mes plus jolies lectures à ce jour…

5/5

Publicités

13 réflexions au sujet de « « Jolie libraire dans la lumière » de Frank Andriat »

      1. Submarine

        Ah, Laeti… Je viens de le terminer, et je l’ai autant savouré que toi, je pense ! Encore une fois, ça ne va pas t’étonner, je me reconnais dans ton billet, notamment lorsque tu décris ta façon de profiter des mots, des phrases. Une belle découverte grâce à toi !

  1. Minou

    C’est mal de me faire envie comme ça alors que je lui ai tourné autour à la librairie en le reposant à chaque fois ! C’était toujours « oui, mais non », et maintenant c’est plutôt « oui, mais il n’est plus à la librairie ». J’avais dit chez Livrogne que je n’avais pas envie d’un récit sentimental à ce moment-là : je crois qu’il me conviendrait mieux maintenant qu’il y a quelques mois.
    Bref, tu es une vile tentatrice 😀 Mais je suis très contente pour toi que tu aies pu rencontrer sur ta route de lectrice un tel texte 🙂

    Répondre
  2. Audrey_tdp

    Coucou Laeti !
    Je te remercie infiniment de me citer en début de ton article.
    Je l’attendais justement avec hâte et je suis vraiment heureuse qu’il t’ai plu ! Les mots de l’auteur m’avaient vraiment touchée lors de la lecture, je n’avais pu rester insensible à de telles lignes…
    Je le trouve magnifique et tu en parles magnifiquement bien d’ailleurs.
    Un livre qui marque, et je te rejoins dans ta dernière phrase, c’est aussi l’une de mes plus belles lectures à ce jour.
    Bonne fin de soirée et à bientôt !
    Bises 🙂

    Répondre
    1. Laetii

      Mwouais, résolution très pénible je te le concède 🙂 Quelle idée!! Ceci dit, un prêt, un envoi ou un gentil cadeau feraient tout aussi bien l’affaire 😉 A glisser dans une oreille attentive!

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s