« Nos séparations » de David Foenkinos

Après « La délicatesse » et « Les souvenirs », et avant « Je vais mieux » qui est en cours de lecture, j’ai parcouru avec beaucoup de plaisir « Nos séparations« . Du plaisir noir évidement, comme l’humour de son auteur…

9782070447442Alice et Fritz se rencontrent par hasard lors d’une soirée entre amis, et commencent une relation qu’on pourrait qualifier de « traditionnelle »… avant de passer à franchement tumultueuse. Ils s’aiment… mais passent leur temps à se séparer. Ce roman est l’histoire de Fritz, ce jeune homme peu ordinaire, qui aime Schopenhauer et les femmes bien entendu. On le suit dès ses multiples études, jusqu’à son engagement chez les éditions Larousse, en passant par sa relation détachée qu’il entretient avec ses parents, à son amitié avec Paul, son seul ami à vrai dire. Et puis, il y a Alice, celle qui le rend heureux mais fou, avec qui il s’engage et se déchire… tout au long du roman.

En réalité, c’est l’écriture de David Foenkinos qui fait sourire car l’histoire est plutôt simple. Suivre les séparations d’un couple n’est en effet pas de toute réjouissance. Mais ce texte qui fait valser son lecteur de jeux de mots à une ironie grinçante est tout à fait génial! Certains passages me parlaient vraiment, comme si l’auteur était arrivé à savoir  et à comprendre tout ce qui passe dans la vie d’un couple. Comment fait-il pour parler si fidèlement des comportements humains et amoureux? Tel est son secret! Par moment, ce roman me faisait d’ailleurs penser à du Florian Zeller dont la spécialité est les couples. L’histoire est banale certes, mais vraiment appréciable pour son style d’écriture, son humour ironique et sa légèreté. A conseiller si vous appréciez David Foenkinos!

Publicités

15 réflexions au sujet de « « Nos séparations » de David Foenkinos »

    1. Laetii

      « Les souvenirs » est mon préféré jusqu’à présent de D. Foenkinos! Je le trouve plus sensible que les autres. est-ce qu’il te plaît? j’ai hâte de lire ta critique 😉 Bises

      Répondre
  1. Minou

    J’ai aussi lu ce Foenkinos-ci, mais l’avait moins apprécié que La délicatesse, peut-être parce qu’il était davantage ancré dans l’humour, sans la petite touche sensible qui est venue ensuite plus fortement. Comme toi, Les souvenirs reste mon préféré actuellement.

    Répondre
  2. Ping : Et deux Bruel, deux! | Laeti's Playground

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s