« La danse de l’abeille » de Françoise Houdart

houdart-ladanseCe texte énigmatique est à l’image de sa narratrice :  une femme qui noircit chaque jour des pages de mots toujours à l’attention de la même personne. D’un homme dont on ignorera l’identité (tout comme la sienne). L’histoire d’amour qu’elle écrit semble prendre le pas sur son propre esprit, et à la poursuivre dans ses retranchements les plus intimes. Entre fiction et réalité, où est le faux, y a-t-il du vrai? L’obsession que cette femme si mystérieuse développe à l’égard de cet homme est progressive et c’est ce qui nous transporte, nous lecteurs, tout au long de cette lecture effrénée. Le style choisi par l’auteure Françoise Houdart y est pour beaucoup. Quelques lignes par chapitre, quelques mots par page. L’écriture est saccadée, parfois laissée en suspens, invitant notre imagination, notre propre expérience, à prendre le relais.

Je pense à vous. C’est ça que j’écris, cette phrase-là, ces quatre mots-là, chaque soir, à la même heure. Depuis des années. Oui, des années, je crois. J’écris Je pense à vous. Parfois je m’autorise la majuscule. J’écris Vous. (p.9)

Tant de désir s’échappe des mots de cette dame, un désir dévorant, la conduisant jusqu’à Florence. Un clin d’œil que j’ai apprécié pour les souvenirs 🙂

Le flou s’installe et reste tout au long de ce livre, ce qui m’a de temps en temps déroutée. J’aime quand les choses sont claires, explicites. Mais à la fin de ma lecture, j’ai compris que ce mystère est ce qui fait tout son charme. La plume de l’auteure, aérienne mais percutante, permet de rester accroché aux mots brûlants de cette femme en mal d’amour, et sans aucun doute, en mal d’être (indissociable selon moi).

Un court roman mystérieux avec une jolie prose (belge de surcroît!).

Françoise Houdart, « La danse de l’abeille », Editions Luce Wilquin, 2012, 126 pages.

Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord

Publicités

6 réflexions au sujet de « « La danse de l’abeille » de Françoise Houdart »

  1. Mina

    Que j’avais aimé ce beau roman… Je n’ai pas encore pris le temps de lire un autre texte de la même auteure, mais ne manquerai pas de le faire, juste pour le plaisir de son écriture. Elle avait réussi à me faire oublier mon incompréhension et à me porter par ses seuls mots sans plus me soucier de leur sens. Et puis, bien sûr, Florence… Je savais que ça te rappellerait également de beaux souvenirs.

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      C’est d’ailleurs ton enthousiasme qui m’a poussée vers ce livre! Je ne le regrette pas! Aaaaahhh Florence la belle… j’ai aimé ce petit voyage, sans bouger de mon transat 🙂

      Répondre
  2. Ping : Le Mois belge : le billet récapitulatif ! |

  3. anne7500

    J’avais aimé ce livre mystérieux aussi, rien que par la grâce de son écriture ! Deux autres romans de Françoise Houdart attendent maintenant dans ma PAL, ils sont très différents de thèmes et j’aime déjà cette diversité chez cette romancière, même si je n’ai encore lu que cette Danse de l’abeille…

    Répondre
  4. Ping : Le mois belge : bilan personnel | Mes bulles d'air...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s