« Histoire d’Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, sauf un) de Francis Dannemark

Le Mois belge m’aura permis de lire avec délice de bons ouvrages, parfois incontournables de la littérature belge. Un nom revenait particulièrement, celui de Francis Dannemark. Ses histoires sont appréciées pour leur bonne humeur et leur légèreté. Je me suis donc lancée à sa rencontre, en compagnie d’Alice.

Histoire-dAlice-qui-ne-pensait-jamais-à-rien-Francis-Dannemark

La vie est un festival de larmes et de rires. (P.150)

Paul, le narrateur, rencontre sa tante Alice le jour de l’enterrement de sa maman (la soeur d’Alice donc). Malgré qu’il en ait beaucoup entendu parler par ses parents durant sa jeunesse, c’est la première fois que Paul fait la rencontre de cette dame libre, indépendante et expatriée en Angleterre depuis de nombreuses années. Très heureuse de voir enfin son neveu, Alice profite de son voyage pour rester quelques jours supplémentaires à l’hôtel. C’est là qu’elle ouvrira « la manne des souvenirs » de sa vie, si tumultueuse et pleine de surprise. Tout un roman! C’est d’ailleurs ce qu’elle proposera au cinquantenaire, d’écrire sa vie. Pour donner un seconde souffle à ses maris, et à toutes les personnes qui ont croisé sa route et qu’elle a éperdument aimées.

Car des maris, elle en a eus, cette chère Alice! Mais la vie ne lui a pas fait que des cadeaux. Au fil des années, la mort l’a côtoyée de près, lui enlevant un à un l’être aimé. Le principe d’Alice est de ne pas se laisser abattre, et c’est cette philosophie, de faire confiance à la vie et de suivre son instinct, qui lui a permis de faire des rencontres inoubliables, de multiplier les jobs et de parcourir le monde. Chaque chapitre relate un mariage, une rencontre, une vie. La dame se replonge dans ses souvenirs avec beaucoup de nostalgie. En rendant hommage à ses hommes, Alice se livre à cœur ouvert avec grande tendresse. Et si chacun a beaucoup compté, certains en particulier rouvrent une cicatrice encore fragile.

« Certains soir, quand il a plu et qu’il y a des centaines de gouttes d’eau accrochées aux branches du buisson qui pousse près de la porte de la maison, si la lune les éclaire et qu’elles se mettent à briller, je sais que Sydney est là. » (p.50)

C’est donc sans jamais tomber dans le mélodrame que Francis Dannemark nous fait voyager, du Canada en France, de l’Angleterre jusqu’en Inde, au gré des anecdotes d’une dame attendrissante. Au fil des pages, c’est un mélange de français incertain et d’accent anglais qui nous bercent doucement. Par ailleurs, le lecteur ne sera certainement pas insensible au charme qui opère entre une tante et son neveu et aux odeurs qui émanent de leurs repas quotidiens partagés au rythme des souvenirs.

On ressort de cette lecture avec le sourire et beaucoup d’émotion, le tout dans une écriture particulièrement  fluide et agréable. Un bon moment encore une fois, à savourer dans un parc, sous un soleil printanier.

Les excellents avis d’Anne, Cachou et Keisha entre autres.

Francis Dannemark, « Histoire d’Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, sauf un), éditions Robert Laffont, 2013, 185 pages.

Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord

Publicités

12 réflexions au sujet de « « Histoire d’Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, sauf un) de Francis Dannemark »

      1. Mina

        C’est beau de rêver :p Tu parles très bien de ce roman, et je comprends tout à fait pourquoi il t’a plu, mais ne suis pas plus convaincue. Je laisse venir ce type de livre à moi sans le préméditer : ça finit par me plaire, parfois, mais je reste encore réfractaire au premier abord (ici, le titre et les couleurs de la couverture me font fuir).

  1. Ping : Le Mois belge : le billet récapitulatif ! |

  2. sous les galets

    Je l’avais noté depuis Keisha et ton billet enfonce le clou (quoique je persiste à penser que le titre est beaucoup trop long et doit le desservir)

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      De fait, et il n’apporte rien de spécial au roman justement! Si tu aimes les histoires légères, les relations humaines (famille, amis, amours) et les aventures de la vie, fonce!!!

      Répondre
  3. Ping : Le mois belge : bilan personnel | Mes bulles d'air...

  4. Francis Dannemark

    Bonjour! Je découvre votre billet à propos d’ALICE et c’est une joie pour moi de voir que cette dame avec qui j’ai passé, en racontant son histoire, des moments qui ont été importants dans ma vie, poursuit sa route, rencontre de nouvelles personnes et leur apporte un sourire. J’ai pensé plus d’une fois à elle ces derniers jours car le roman sort en version de poche cet été (le 20 août, chez Pocket). Merci encore de ce billet et bon mois de juillet! Cordialement. Francis Dannemark

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Monsieur Dannemark, c’est certain qu’une rencontre avec Alice ne laisse pas indifférent et on en sort… revigoré! Merci pour votre passage et votre écrit sur mon blog.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s