« Demain, je franchis la frontière » d’Agnès Dumont

9782930538006Que ce soit sur un coup de tête, ou bien suite à une décision mûrement réfléchie, franchir la ligne du non-retour est toujours synonyme de changements. Il est loin d’être facile de prendre son courage et de faire, enfin, le grand saut. Mais la récompense à cette issue, en vaut parfois la chandelle.

Au contraire, elle peut aussi devenir lourde de conséquences. Si, personnellement, je pense que dépasser ses craintes et franchir la frontière sera toujours bénéfique pour l’auteur, Laurent Gaudé est plus craintif, en première page, « Aucune frontière ne vous laisse passer sereinement. Elles blessent toutes« .

Parmi ces 11 nouvelles, très agréables à lire, Agnès Dumont propose de donner plusieurs sens à la frontière. Pour cela, elle nous emmène dans le quotidien de personnages ayant un passé, un vécu, plutôt différents, même si la narration est à chaque fois assurée par un même portrait : celui d’une dame d’une quarantaine d’années, qui se trouve soit aux portes d’un nouveau destin, soit à l’issue d’un événement marquant. La proximité avec cette femme est souvent présente, c’est la « bonne mère« , celle qui s’ennuie dans son couple, l’autre plutôt « vieille fille », ou encore la célibataire endurcie.

L’équilibre est si fragile, un coup on a envie de traverser la frontière, pour voir un peu comment c’est du côté des grands, un coup on ressort ses Barbies et on s’enfonce avec délices dans les sentiers qu’on connaît. Pas besoin de bousculer quoi que ce soit. » (p.107)

Que ce soit « Comme une grenade dégoupillée« , en ayant « Rien à perdre« , ou avec « Dans la gorge un oursin« , franchir la frontière est donc définie sous plusieurs angles par l’auteure, dont l’intérêt a été pour moi d’envisager un éventail de nouvelles possibilités d’avenir. De manière générale, la notion-phare qui se dessine entre les histoires est la liberté : la liberté ressentie après avoir osé ; la liberté de se poser les bonnes questions avant ; la liberté de pouvoir changer les choses, tout simplement.

Les textes se suivent mais ne se ressemblent pas. Certains ont l’avantage d’être plus détaillés et de nous embarquer dans une ambiance, de faire davantage connaissance avec les personnages et de ne pas ressentir l’empressement comme je l’ai eu avec « Cruise control ». D’autres, plus concis, sont néanmoins aboutis. J’ai apprécié cette diversité, ce qui m’a évité d’avoir l’impression de tourner en rond autour d’une thématique commune.

Les mots d’Agnès Dumont sont mélodieux, teintés d’humour, d’un peu de sournoiserie, de policier, et de quelques belgitudes ça et là. Je les ai trouvés délicieux!

Agnès Dumont, « Demain, je franchis la frontière », Editions Quadrature, 2008, 111 pages.

 

Deuxième lecture dans le cadre du challenge « A la découverte de Quadrature« , de Mina.

melangedesgenres1Première participation également pour le challenge « Mélange des genres » de Miss Léo, catégorie « Recueil de nouvelles« .

 

Publicités

8 réflexions au sujet de « « Demain, je franchis la frontière » d’Agnès Dumont »

  1. anne7500

    J’ai peut-être lu ces nouvelles trop à la suite, mais j’ai eu l’impression qu’elles avaient toutes pour héroïne une quadra mal mariée et frustrée (j’exagère un peu, ok) Je l’avoue, je n’en ai déjà plus beaucoup de souvenirs (je les ai lues il y a un mois seulement !!) Celles avec les deux policiers qui enquêtent était amusante.

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Certaines étaient comiques en effet! De manière générale, je me suis laissée embarquer par la plume et les changements de vie des personnages. De quoi me donner envie d’en lire davantage avec Agnès Dumont.

      Répondre
  2. Flo o

    Si seulement mon recueil n’était pas en carton je pourrais le ressortir pour le relire car entre Anne et toi, je suis étonnée par cette histoire de quadra qui revient d’autant plus que je me souviens d’une nouvelle avec un homme comme narrateur ou du moins personnage principal (à ma décharge, j’ai lu le recueil à parution, conseillée par « Madame Quadrature » que je remercie encore de m’avoir fait découvrir cet auteur).

    J’aime beaucoup ton évocation de la liberté reliée à celle de frontière : c’est ainsi que j’appréhende le terme de « frontière ». Il y a nécessairement une libération qui suit ce franchissement…

    (j’ai encore beaucoup de retard dans les commentaires chez toi et dans mes réponses à tes coms mais je travaille à la chose 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s