« Une famille » de Michelle Fourez

61dryCz5B7L._SL1212_

Dans ce tout petit roman, Michelle Fourez présente en toute simplicité et sans pudeur, une femme forte et authentique. Françoise Degand, avocate trentenaire,vivant seule à Bruxelles, repense régulièrement à son enfance, à ses parents, à son frère Bernard et à la vie à la campagne belge. On découvre au fil des pages une certaine rancœur, teintée par moment de colère, qu’elle a développée à l’encontre de ceux qu’elle appelle avec détachement « la mère » et « le père ». Il faut dire qu’ils ne l’ont jamais soutenue, la mère préférant mettre sur un piédestal son frère tombé très jeune dans l’alcoolisme, et son père vaquant à ses occupations à la ferme sans s’impliquer davantage dans la sphère familiale. Depuis 1957, l’année du grand malheur où elle fut frappée à seulement 6 ans par la polio paralysant à tout jamais l’une de ses jambes, la petite Françoise n’aura de cesse de rebondir et de poursuivre, seule, son bout de chemin, jusqu’à trouver sa voie. Car, même si la vie a décidé de ne pas lui faire beaucoup de cadeaux, la jeune femme pioche son bonheur dans les toutes petites choses du quotidien.

Pourtant, malgré les deuils et la disgrâce que lui avait imposés la vie, et malgré l’inconstance de Roberto, Françoise jamais ne s’était dit Je suis malheureuse ; un rien suffisait pour qu’elle rende grâce à la vie, et ce rien souvent s’appelait arbre, abeille ou senteur d’humus. » (p.45)

Ce texte trouve sa profondeur et émeut en mettant le doigt sur ce qu’est la vraie vie. Celle qui n’est pas issue des contes de fées. Celle qui nous permet de croiser le chemin de personnes qui compteront. Celle aussi qui nous oblige à faire face un jour ou l’autre à la méchanceté, la trahison, l’infidélité. L’exemple de cette dame  nous aide à relativiser, à trouver du réconfort dans l’infime, et à nous interroger finalement sur ce qu’est l’essentiel dans une vie.

Mina et Anne ont beaucoup aimé aussi. Ce beau texte est à savourer!

Michelle Fourez, « Une famille », éditions Luce Wilquin, 2013, 76 pages.

Publicités

6 réflexions au sujet de « « Une famille » de Michelle Fourez »

    1. Laeti Auteur de l’article

      La maladie et ses conséquences sur l’héroïne ne sont pas spécialement détaillées dans ce roman, mais c’est plutôt un focus sur l’évolution d’une vie. C’est très beau.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s