« Court, noir, sans sucre » d’Emmanuelle Urien

3381_625774Ce recueil de 15 nouvelles porte on ne peut mieux son titre et ne pouvait que me plaire: il propose au lecteur des histoires très courtes, sombres, sans aucune pointe d’acidulé. Chaque histoire parle de la mort, des démons que chacun porte en soi, mais aussi de l’indifférence entre les individus, ou des relations destructrices, que ce soit au sein d’un couple ou d’une famille.

Les nouvelles présentent soit un personnage seul face au désespoir ou à la maladie. Ils sont également, dans d’autres histoires, confrontés à l’égoïsme des uns, à la méchanceté ou encore à la violence des autres.

Elle n’a pas souri, pas pleuré non plus, sans doute parce qu’aucune de ces réactions ne pouvait convenir à la situation, ou peut-être parce qu’il n’y avait en elle ni larmes ni sourire. » (« Assistance technique » – p.9)

Si certaines scènes ne me laisseront pas un souvenir éternel, d’autres par contre m’ont captivée dès la première phrase. J’aurais pu alors être déçue de la brièveté du format, ce qui n’a pas été le cas. Le style d’Emmanuelle Urien y est pour beaucoup. J’ai adoré la façon dont elle introduit ses histoires, beaucoup dans le suggestif, laissant croire au lecteur qu’il a affaire à une situation presque banale, pour ensuite frapper d’un coup tel un coup de massue. La surprise était souvent au rendez-vous. Ce fut le cas avec « Assistance technique » et « Jardin secret ». « La vie à  un gramme près » est, pour ces raisons, de loin ma préférée.

L’humour, noir évidement, est très présent aussi, m’arrachant régulièrement un sourire. L’ambiance qui plane tout au long du recueil laisse le lecteur face à certaines réalités de la vie, des moins drôles, en évitant d’être pesant et déprimant. Cela était renforcé par des phrases courtes, percutantes, un style parfois oralisé et très agréable à lire. Le lecteur ne comprend qu’à la fin le sens du titre avec une chute plutôt bien amenée et surtout inattendue.

Un univers différent qui m’a séduite.

Les avis de Mina et de Carnet de lecture.

Et une nouvelle contribution au challenge de Mina et sa Découverte des éditions Quadrature.

Emmanuelle Urien, « Court, noir, sans sucre », Editions Quadrature, deuxième édition revue et augmentée, 2010, 113 pages.

Publicités

8 réflexions au sujet de « « Court, noir, sans sucre » d’Emmanuelle Urien »

  1. Mina Merteuil

    Tu as très bien résumé ce qui m’avait séduite dans ces nouvelles. Je me souviens encore très bien de Jardin secret, où je m’étais laissé avoir, comme dans chaque nouvelle (et j’ai adoré ça). Te voilà parmi les adeptes d’Emmanuelle Urien alors ? 😉

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Eh bien oui 🙂 Et si l’occasion se présente, pourquoi ne pas découvrir l’un de ses romans! C’est ce côté « surprise » qui m’a le plus plu! Mais qui n’aime pas les surprises 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s