« L’atelier des miracles » de Valérie Tong Cuong

Facilement attirée par les romans « optimistes » et « feel-good », j’en attends malgré tout une certaine profondeur et une absence totale de mièvrerie (complètement rédhibitoire pour moi!).

Et il y avait cette sensation de seconde vie, de seconde chance qu’on partageait, cette légèreté qu’on ne trouvait qu’ensemble parce qu’avec les autres, c’était du lourd, du sérieux, de l’important, on nous attendait au tournant, il fallait être à la hauteur des espoirs placés dans nos petites personnes. » p.173

9782290075043FSDans ce roman, trois voix se partagent l’histoire. Trois personnes se situant soit en marge de la société, soit à un virage (et pas des plus heureux) de leur existence. Il y a tout d’abord Millie, jeune fille introvertie et seule, qui, pour se donner une chance de démarrer une nouvelle vie, simule une amnésie après avoir été victime d’un grave incendie. Monsieur Mike est SDF et un ancien militaire, qui a préféré laisser tomber sa fonction pour être en accord avec lui-même quitte à perdre sa femme. Et enfin arrive en piste Mariette la prof quarantenaire bien sous toutes les coutures, épouse de député, 2 enfants, situation aisée, qui, en plein burn-out, agressera l’un de ses élèves.

Ils seront alors guidés vers une institution qui œuvre pour remettre sur les rails de la société les plus démunis. Le charismatique Jean Hart, de sa voix douce et réconfortante, prend sous son aile ces isolés de la  vie qui attendent un gros coup de pouce, voire un miracle, pour y croire à nouveau. L’enchaînement des bonnes nouvelles et des changements soudains, balançant tous les problèmes de nos personnages d’un revers de la main, proviendrait-il uniquement du fruit du pur hasard?

Inutile de préciser que ce roman est un bon « page-tuner » : en choisissant d’alterner chacune de ces voix, interrompues avant un événement soudain ou une interrogation, Valérie Tong Cuong suscite la curiosité. Mais… le charme n’a pas opéré immédiatement sur moi! J’ai dû attendre la seconde moitié du livre pour être réellement prise dans l’intrigue, après un début légèrement plat et sans grande surprise à mon goût. Et bien que les personnages possèdent un bon capital sympathie, je n’ai pas développé plus d’empathie que cela à leur égard.

Heureusement que la seconde partie m’a un peu plus bousculée. Le dénouement, qui vient avec parcimonie, était pour ma part assez inattendu et donc intéressant!  Comme quoi, quand il s’agit de prendre sa vie en main, laissant de côté toutes les mauvaises ondes et voguant sur les mots encourageants d’un individu neutre, notre bienaimé Jean Hart, tout devient possible.

A partir de vies écorchées, l’auteure parle d’espoir, de la chaîne de solidarité qui peut encore unir les individus, et d’entraide. C’est un livre léger, avec néanmoins une réflexion qui nous poursuit, sur l’ambiguïté des relations humaines. Une lecture agréable et facile qui me laisse…bien 🙂

Valérie Tong Cuong, « L’atelier des miracles », Editions J’ai Lu, 2014 (JC  Lattès, 2013), 251 pages.

Publicités

Une réflexion au sujet de « « L’atelier des miracles » de Valérie Tong Cuong »

  1. Ping : « Par amour  de Valérie Tong Cuong | «Des bulles d'air…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s