« Le Libraire » de Régis de Sá Moreira

leLibraireLors de ma balade « à l’aveugle » à la bibliothèque, « Le Libraire » est l’un des titres qui avait accroché mon regard. Que dire sur celui-ci… il ne me restera pas longtemps en mémoire. D’ailleurs, je l’avais terminé avant de prendre mes congés et…. les souvenirs sont déjà pauvres 😦

Pourtant, il a tout d’un petit livre pour divertir. Mais le manque d’intrigue et un style d’écriture plutôt moderne, que j’ai eu du mal à suivre, n’ont pas réussi à me séduire.

Régis de Sá Moreira y relate le quotidien d’un libraire atypique, limite déjanté, qui vit dans sa librairie (on ignore tout de lui, si ce n’est qu’il vit, dort, mange, dans son commerce, qu’il n’a pas d’amis mais qu’il fait partie d’une grande fratrie). Au fil des « Poudoupoudoupoudou » retentissant de la porte de sa librairie, lui signalant une nouvelle venue, on assiste à des journées-types faites de rencontres improbables avec des clients aux drôles de requêtes : un voyageur cherchant un guide de voyage, un témoin de Jéhovah régulier, Dieu (en personne!), la mort avec sa faux, une femme sexy avec laquelle il échangera juste une étreinte passionnée au beau milieu de sa librairie… Toutes ces petites anecdotes et rencontres fortuites laissent un sourire, ou bien souvent, une interrogation. Où l’auteur veut-il en venir? J’attendais l’événement soudain, qui restera inexistant malheureusement. Il déroute de par l’histoire (absente donc), mais aussi par l’univers imaginaire et (trop) original à mon goût. Finalement, le libraire est un homme terriblement seul, qui rêve beaucoup, jusqu’à s’imaginer une existence fantaisiste. Il trouve, d’après moi, du réconfort parmi tous ces livres constituant sa librairie, qui lui servent de bouclier au monde extérieur. Néanmoins, c’est un roman qu’on a du mal à lâcher. On se lie d’amitié pour ce personnage si isolé, et on décide de terminer jusqu’au bout cette aventure que je qualifierai de « bizarre ».

Invraisemblable et pas incontournable (selon moi toujours, bien évidement), mais qui se termine sur de bons sentiments, et avec un sourire attendrissant.

Régis de Sá Moreira, « Le Libraire », Editions Au Diable Vauvert (2004), Le Livre de Poche, 2006, 190 pages.

Publicités

12 réflexions au sujet de « « Le Libraire » de Régis de Sá Moreira »

  1. Flo

    Il m’était tombé des mains et, à te lire, j’ai eu raison de ne pas me forcer car tu soulignes justement tout ce qui m’avait agacée en une dizaine de pages (je me souviens encore du « Poudoupoudoupoudou » qui me faisait lever les yeux au ciel).

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Voilà, on peut se faire très très vite une idée du reste du livre, juste avec le début. Mais contrairement à toi, j’ai voulu poursuivre jusqu’au bout (il faut croire que je n’ai pas été aussi agacée par les Poudoupoudoupoudou) 😉

      Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Aaah nooon, pour moi non plus! Il me laisse un sentiment partagé à vrai dire, il ne me laissera pas un souvenir impérissable, c’était sympa, mais trop original pour moi.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s