« La mer » de Yôko Ogawa

indexYôko Ogawa a signé ce recueil de nouvelles sous le signe de la poésie une fois encore, ce qui semble être sa marque de fabrique. Entre fantaisie et réalité, suggéré et présenté, elle nous emmène dans un monde presque enfantin où il est bon de se blottir. Je m’y suis installée confortablement parmi ces 7 histoires composant « La mer » et me suis laissée bercer par la mélodie Ogawa, une musique délicate et enivrante.

Les rencontres sont mises à l’honneur, celles qui arrivent sur le chemin sans crier gare et qui permettent à l’un ou l’autre des protagonistes de remettre en question sa façon de voir habituellement les choses. La magie issue de ces rencontres prend pour eux, comme pour le lecteur. Comme dans « L’annulaire », son imagination est parfois sollicitée. Elle lui permettra d’entrer dans un univers enchanteur et de ressentir au mieux l’attrait de cette rencontre, qui se passe bien souvent entre des personnages au cœur tendre.

Il s’agira de vivre passionnément ce timide échange entre futurs beaux-frères à propos de l’invention par l’un d’eux d’un instrument de musique unique au monde fait à partir d’une vessie de baleine, dont le son a le don d’emmener loin, très loin (« La mer ») ; l’amitié naissante entre un homme se situant en marge d’une société parmi laquelle il ne se retrouve plus et la petite-fille de sa propriétaire, âgée de 6 ans, muette depuis la mort de ses parents (« Le camion de poussins ») ; ou encore le défi lancé entre deux vieilles dames profitant d’un city-trip à Vienne pour retrouver un ancien amant perdu de vue depuis 30 ans (« Voyage à Vienne »).

Un souvenir qui n’a pas de titre s’oublie facilement. » (p.134)

Dès les premiers mots, Ogawa introduit un contexte, présente des personnages attendrissants et capte l’attention de son lecteur grâce à un enchaînement de mots tout en harmonie et un suspens qui ne s’essouffle pas. Les éléments sont dévoilés au fil des pages, semant la poésie au compte-goutte, qui caractérise si bien sa plume.

Les nouvelles sont variées, tant au niveau du fond que de la forme. On passe d’histoires plus longues de quelques 20 pages, à de très courts moments narrés sur 1 page seulement. Et l’impact n’en est pas moindre!

L’invitation au voyage est réussie, avec les scènes se déroulant aussi bien dans la capitale autrichienne que dans un bureau de dactylographie ou encore à bord d’un bâteau-mouche.

C’est un recueil qui m’a emportée, plus encore que son roman lu dernièrement, pour cette petite pointe de naïveté et de tendresse. Je n’en ai pas terminé avec cette auteure!

Participation au mois de la nouvelle de Flo.

Yôko Ogawa, « La mer », Editions Actes Sud, 2009, (Babel, 2013), 149 pages.

Publicités

13 réflexions au sujet de « « La mer » de Yôko Ogawa »

  1. sous les galets

    Je ne le note pas car je sais que je ne suis pas très sensible aux nouvelles, mais ça m’ennuie que tu dises que tu as préféré ce recueil à l’un de ses romans, car je comptais la découvrir par ses romans dont les titres sont particulièrement prometteurs 😉

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Ne t’en fais pas, fonce! La magie est identique, la tendresse et la poésie qui caractérisent cette auteure y sont dans les deux cas. Je vais d’ailleurs essayer un autre de ses romans aussi.

      Répondre
  2. Flo

    Il est vrai que si je préfère les romans d’Ogawa à ses nouvelles, on ne peut pas dire que la poésie et la délicatesse en soient absentes pour autant. Ses nouvelles sont comme des petites pierres précieuses que l’on met dans une vitrine. En revanche, je ne me souviens vraiment pas bien des histoires de ce recueil. Ravie, toutefois, que ton exploration de l’univers de cet auteur se poursuive aussi bien 🙂

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      La poésie et la tendresse, c’est vraiment ce qui caractérise ces nouvelles-ci et c’est grâce à cette atmosphère douillette que je garderai un très beau souvenir de ce recueil. Je poursuivrai avec d’autres roman avec grand plaisir.

      Répondre
  3. Mina

    C’est ce que tu parviens à me tenter et à me convaincre (presque) de retenter Ogawa ! 😉 Cette tendresse et cette poésie, ainsi que cette maîtrise narrative, sont des éléments qui pourraient me plaire. Dans le même temps, je crains de ne pas être sensible à cette poésie ou de ne pas réussir à déployer l’imagination sollicitée. J’attendrai que tu lises La marche de Mina et de voir comment tu le perçois avant de me lancer ; j’étais restée un peu extérieure à l’histoire, elle ne me reste pas vraiment.

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Je pense que c’est une ambiance qui pourrait te plaire…

      Peut-être que retenter Ogawa avec des nouvelles te permettrait de découvrir une autre facette de son écriture. Comme je l’ai dit, entre L’annulaire et ce recueil, c’est vers ce dernier que va ma préférence. Je continuerai à me forger mon opinion avec d’autres romans (La marche de Mina peut-être, il est à la bibliothèque). Bises

      Répondre
  4. Ping : Ce que j’ai aimé en 2014 | Mes bulles d'air...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s