« La méridienne du coeur » d’Aurelia Jane Lee

Quel plaisir de retrouver la plume moderne, les personnages charismatiques et l’art du rebondissement d’Aurelia Jane Lee! Je l’ai découverte l’année passée, lors du premier Mois belge, avec son premier roman tout à fait original « Dans ses petits papiers« . L’occasion m’a été donnée cette année de reprendre la route avec elle avec un titre prêté par Mina « La méridienne du coeur », dans un tout autre sujet, mais à la construction semblable.

442-696x1024Dans ce roman, Lil et T. forme un couple fusionnel, malgré deux personnalités bien différentes. Elle vit dans le froid, la neige, doute de tout et surtout d’elle-même, se pose beaucoup de questions et réfléchit trop. Lui est de type méditerranéen, on l’imagine avec l’accent du sud, calme (trop?), qui semble ne pas s’étendre sur ses sentiments, et du genre réservé.

La plus grande crainte de Lil est de perdre son amoureux, ce qui serait évidemment entièrement de sa faute, selon elle. Dès lors, elle ne cesse de s’inquiéter sur les préférences de sa moitié, pour y répondre le plus fidèlement possible et atteindre ainsi l’image de la femme parfaite qu’on ne peut laisser filer. Cela  n’empêchera pas T. de partir du jour au lendemain, ne laissant qu’un petit mot à sa tendre. Évasif, comme à son habitude. Après la colère, les pleurs, les doutes, l’incompréhension, c’est le moment pour Lil d’avoir une réflexion profonde sur elle-même, sa vie, ses envies. Car avant d’être aimé, il serait préférable de s’aimer soi…

Le roman est plutôt centré sur cette réflexion, qui se présente en de courts paragraphes. Il s’agit d’un mélange de pensées lancées sur le vif. Pour cela, le style peut paraître décousu, puisque Lil partage ce qui se passe dans sa tête, au moment où elle y pense. Au contraire, j’ai trouvé du sens dans tout ça, qui a fait écho à certains souvenirs personnels. C’est finalement prendre de temps de se poser et de faire le bilan, pour mieux se connaître et avancer. On la découvre maniaque, allant jusqu’au bout des choses, même si ça lui déplaît (que ce soit pour une lecture… ou un petit ami!). Cette (triste) étape qu’elle traverse aura finalement bien plus de points positifs qu’elle ne pouvait l’imaginer. La métaphore autour du livre et la comparaison de la vie à un roman invite le lecteur à voir autrement son vécu.

Dans les rêves, une personne en est souvent une autre et au réveil, on s’en étonne, alors que dans la réalité, c’est souvent pareil. Une personne en est plusieurs. Les images se superposent.

Par exemple, je sais que T., je le vois comme personne ne le  voit.

Pas seulement parce que je vis avec lui. Mais parce que mon regard est le mien, simplement.

Alors qui est T.?

Qui peut dire qui est T.? » (p.17)

La légèreté supposée de l’histoire peut surprendre le lecteur qui est finalement invité à voir avec un regard différent son vécu. Ceci étant, l’humour, la tendresse et la spontanéité dans les propos partagés m’ont laissée avec un sentiment de fraîcheur, de bien-être.

Pour éviter de se laisser désorienter par le style et la construction de l’histoire, il est préférable de le lire d’une traite (il est très court). Et même de le relire. Car la force d’Aurelia Jane Lee est de mettre le lecteur sur une piste, pour le désarçonner à plusieurs reprises. Les relectures offrent donc bien souvent de nouveaux éléments, une autre interprétation et permet de mieux savourer ce Grand huit des mots. A ce jeu là, j’avoue être bon public!

« La méridienne du coeur » m’a offert une autre facette d’Aurelia Jane Lee: celle de parler, de décortiquer même, l’amour, ses failles, et sa beauté, évidemment. Une motivation supplémentaire pour en lire davantage, comme « L’arbre à songes ».

Aurelia Jane Lee, « La méridienne du coeur », Editions Luce Wilquin, 2012, 96 pages.

Lecture dans le cadre du Mois belge d’Anne et Mina.

Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord

Publicités

10 réflexions au sujet de « « La méridienne du coeur » d’Aurelia Jane Lee »

  1. Ping : Le Mois belge 2015 : le billet récapitulatif |

  2. Mina

    Tant mieux si tu l’as autant apprécié et as envie de continuer avec l’auteure ! Comme tu le sais, le côté décousu m’a dérangée, j’ai eu du mal à faire le lien entre les différentes parties, entre les rêves et les pensées. Par contre, je te rejoins quant à l’intérêt d’une relecture en connaissant la fin, ça révélerait d’autant mieux la construction du roman et des réflexions qui auraient pu échapper au premier regard. Après notre discussion, j’hésite à lire un autre roman de l’auteure si la construction y est semblable et si un tel mystère est conservé jusqu’aux dernières lignes.

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Difficile à dire car ils sont très différents, mais la construction est similaire : il y a des surprises, des retournements de situation. « Dans ses petits papiers », il s’agit d’une ado qui est différente des autres et qui se lie d’amitié avec son psy, alors que « La méridienne du coeur », on est dans l’analyse d’un couple et la façon dont on envisage sa place dans un couple. Ce sont plus des bribes de réflexions et moins une histoire. A voir en fonction de tes affinités, par rapport à ces deux sujets. Je les ai aimés tous les deux 🙂

      Répondre
  3. Aurelia Jane Lee

    Merci pour cette très belle critique ! Cela me fait énormément plaisir que mes romans vous touchent ainsi. Effectivement je joue souvent sur un petit effet de surprise et je comprends que cela ne plaise pas à tous les lecteurs; tout dépend aussi de la personnalité, du moment de vie auquel on lit un livre… Je vous souhaite encore de très belles lectures !

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Merci pour votre passage ici 🙂 J’aime beaucoup votre univers effectivement, et ce titre m’a particulièrement plu grâce à votre analyse tout à fait personnelle de l’amour fusionnel. J’en lirai d’autres, la bibliothèque communale en est remplie, quelle chance!

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s