« Vivre vite » de Philippe Besson

Pour les 60 ans de la disparition de James Dean, Philippe Besson a sorti au début de cette année ce livre passionnant, retraçant au travers de nombreuses voix le parcours de l’idole, depuis sa naissance, jusqu’à l’ultime accident.

IMG_1624

Dès les premières pages, j’ai été séduite par ses mots. Il parle très justement des émotions les plus intimes et profondément enfouies des êtres. Dans la première partie, il est question de l’enfance de Jimmy, insistant plus particulièrement sur la relation mère-fils, fusionnelle et bienveillante, et sur l’image du père distant. Besson présente un lien indéfectible entre Mildred Wilson Dean et son petit, qui sera brisé beaucoup trop tôt, le lecteur le sait dès le début.

Est-ce parce qu’on devine que le temps nous sera compté, que les belles années ne dureront pas, qu’on ne nous fera pas le cadeau de la vieillesse? Ou tout simplement parce qu’il faut se saisir de l’instant, sans réfléchir vraiment, comme on mord dans un fruit, parce qu’il nous fait envie, parce qu’il est appétissant, parce qu’on a soif? (p.14)

Toute l’injustice de cette histoire si situe précisément là! On s’imprègne de l’enfance de Jimmy, de la relation privilégiée avec sa maman, qui est la seule personne qui comprend que son enfant a quelque chose de spécial en lui,  on traverse son parcours et les multiples étapes qui l’ont mené au sommet à seulement 22 ans, en sachant dès le départ que cela ne durera pas.

Le procédé de Philippe Besson m’a de ce fait interpelée. Pour dresser ce portrait, il a choisi de donner la parole à des personnes, dont certaines sont disparues, tout en sachant déjà la mort de l’acteur. Il s’agit de membres de sa famille, d’amis, d’amants, mais aussi de réalisateurs, acteurs, et anciens professeurs. Plus sous la forme du témoigne, ces personnes font part du bout de chemin (une nuit, une semaine, une année) parcouru ensemble. Est-ce que ces propos ont été imaginés par l’auteur? Est-ce une hypothèse, inspirée de véritables interviews? Voici quelques interrogations venues durant ma lecture. Ceci étant, le travail de documentation est indéniable. Au final, cela m’a semblé être une approche intéressante pour découvrir James Dean, en faisant parler toutes celles et ceux qui ont compté dans sa vie.

Par ailleurs, j’ai été véritablement happée par le rythme qu’il a donné à ce récit. On est pris dans cette course infernale qu’est la vie, en suivant les ambitions de James Dean. Un rêve qu’il a fini par atteindre, mais pour seulement deux petites années. On se rend surtout compte à quel point cette envie de jouer était viscérale pour lui, il SAIT qu’il deviendra un homme de spectacle, s’essayant d’ailleurs à la danse et au théâtre avant de passer à la comédie. Mais au-delà de cette ambition de faire de sa passion, son métier, il recherche la gloire. D’ailleurs, il captive tout le monde sur son passage, les personnes qu’il a croisées en témoignent durant tout le roman. Son côté énigmatique, un peu « à l’ouest » le rend terriblement séduisant, et c’est cette distance qu’il instaure avec son entourage qui rend les gens accros à lui. Une personnalité des plus ambiguës sur laquelle insiste l’auteur, au travers des différentes voix qu’il fait parler. Jimmy, c’est un écorché vif, très peiné par la disparition de sa maman, et qui va suivre jusqu’au bout sa folie des grandeurs, et sans aucun regret. C’est donc cela, « Vivre vite ».

Sans exiger de pré-requis, ce livre, difficilement qualifiable (biographie? roman? récit?), constitue un excellent point de départ pour découvrir la vie et la personnalité de James Dean.

Philippe Besson, « Vivre vite », Editions Julliard, 2015, 238 pages.

Publicités

5 réflexions au sujet de « « Vivre vite » de Philippe Besson »

    1. Laeti Auteur de l’article

      C’est surtout la découverte d’une personnalité tourmentée qui m’a plu, et qui fait l’intérêt de ce roman, en plus de la construction super maîtrisée et mettant incroyablement bien en évidence le personnage. Je te fais une confidence, je n’y connaissais rien du tout avant de lire ce livre!

      Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Franchement je te le conseille alors car c’est une grande surprise pour moi qui ne connaissais pas particulièrement le parcours ni l’histoire de l’acteur et je trouve que Besson le met incroyablement bien en évidence.

      Répondre
  1. Ping : « Les passants de Lisbonne  de Philippe Besson | «Des bulles d'air…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s