« La Variante chilienne » de Pierre Raufast

Quand un jeune auteur obtient autant de succès que Pierre Raufast avec « La fractale des raviolis« , le second roman est attendu au tournant! Le défi était de taille, vu l’originalité du procédé usé avec ce véritable melting pot d’histoires abracadabrantes qui s’encastrent entre elles, à l’image des poupées gigognes. L’auteur continuera-t-il sur cette même démarche? Préfèrera-t-il marquer une cassure avec ce premier titre fortement remarqué?

IMG_1684

L’extrême talent de conteur de Pierre Raufast n’est plus à démontrer, c’est cette grande qualité qui a été mise en avant chez les blogueurs. Néanmoins, dans « La Variante chilienne », il présente à nouveau toute l’étendue de son imagination d’une part, mais surtout, le plaisir qu’il prend à s’envoler vers des univers uniques en leur genre, et de le faire partager avec ses lecteurs. A nouveau, donc, ce deuxième titre est composé d’une multitude de petites histoires ahurissantes, à la seule différence que celles-ci gravitent autour d’un seul et même point. Et il s’agit d’un personnage, celui de Florin. « La Variante chilienne », c’est l’incroyable existence d’un homme ordinaire, qui a connu de folles aventures, mais qui a aussi traversé des événements moins drôles.

En vacances pour l’été, Pascal, professeur de philosophie, loue un gîte dans un coin totalement perdu nommé Saint-Just-Sur-Harmac. Il est accompagné clandestinement de Margaux, sa jeune élève, poète dans l’âme. Son histoire, on la découvrira plus tard. C’est là qu’il fait la connaissance de Florin, qui, chaque soir, lui fera part d’un pan de sa vie autour des plaisirs les plus simples qu’ils partagent tous deux, un bon repas, un verre de vin rouge et une pipe. Florin est d’emblée attendrissant lorsqu’il explique que, suite à un grave accident survenu lorsqu’il était jeune, il perd instantanément la mémoire. Il doit alors recueillir des cailloux pour se souvenirs des belles choses, des rencontres. Tous ces cailloux, il les collectionne dans des bocaux, scrupuleusement classés chez lui par année. Cela promet de belles et longues soirées entre six yeux à  refaire le monde. Le moment aussi d’ouvrir son coeur et de réfléchir à l’essentiel.

Ainsi se déroula ma première rencontre avec l’homme qui ramassait des cailloux.

Ainsi naissent les amitiés. (p.38)

« La Variante chilienne » m’a semblé plus abouti car il se focalise sur le vécu de ces trois personnages. Une empathie s’est davantage créée, en restant un bout de temps en leur compagnie. Car s’il est principalement question des mésaventures de Florin, Pascal partage volontiers quelques notes de son passé, ainsi que Margaux qui doit dénouer des soucis familiaux. Les histoires sont toutes aussi nombreuses que dans « La fractale des raviolis », mais j’ai beaucoup aimé qu’elles se recentrent sur un seul et même point.

Toujours autant d’originalité, une profondeur davantage marquée dans les personnages principaux, un univers à part et explosif, beaucoup de fraîcheur… Pierre Raufast maîtrise ces éléments à la perfection, qui constituent désormais sa « patte ». Un auteur à suivre et à faire découvrir, sans aucun doute!

Pierre Raufast, « La Variante chilienne », Editions Alma, 2015, 260 pages.

Ps : il s’agit d’une lecture offerte par Price Minister dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire, un avis que je rends in extremis. #MRL15 #PriceMinister

(Je reviens très vite!)

Publicités

12 réflexions au sujet de « « La Variante chilienne » de Pierre Raufast »

  1. Delphine-Olympe

    Pour ma part, je n’avais pas accroché et n’ai pas terminé cette lecture. Mais c’est une appréciation toute personnelle, et je sais que nombreux sont ceux qui aiment cet auteur.
    Ravie de te retrouver en tout cas !

    Répondre
  2. Mokamilla

    J’ai toujours ce livre sur ma PAL. J’ai hâte de le lire.
    (Je ris de tous ces articles publiés sur le fil pour les matchs de la rentrée PM. Ce qu’on peut reporter à la dernière minute, tout le temps…) 😉

    Répondre
  3. Mina

    Tu me donnerais presque envie de laisser une chance à l’auteur (plutôt qu’avec La fractale des raviolis, qui ne me tente pas du tout), si je ne craignais pas son humour et d’y être insensible. L’histoire des cailloux me passe déjà au-dessus de la tête, mais il se dégage une belle émotion de lectrice de ton billet.

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Mwoui, à moins que ce ne soit sur la plage avec l’esprit totalement déconnecté et un besoin d’évasion, je doute que cette lecture soit pour toi 🙂 C’est une histoire rafraîchissante, qui m’a fait du bien!

      Répondre
  4. Mélo

    Les titres de Pierre Raufast ne m’attiraient guère à cause de leurs côtés pompeux et obscurs mais le contenu a l’air tout à fait réjouissant. Les blogueurs semblent presque unanimes, je deviens curieuse… 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s