« De regrettables incidents » d’Armel Job

L’année passée, je faisais la promesse de découvrir la plume d’Armel Job, après une mise à l’honneur digne de ce nom lors du mois belge. Choses faite dans le courant de l ‘année avec « Les fausses innocences », mais qui m’avait moyennement convaincue. Pour cette troisième édition du mois belge, j’avais malgré tout l’envie de lui donner une seconde chance, avec ce titre récent dont la présentation à l’époque me plaisait un peu plus.

9782221156933C’est l’histoire d’une famille de Kazakhes venue s’installer à Brul, en province de Liège, à la frontière allemande, après avoir pas mal déménagé : Jakob, Irène et leurs deux filles Olga et Vika. La cadette souffre depuis la naissance d’un souffle au coeur, raison pour laquelle ses parents ont jugé bon de venir vivre en Belgique, imaginant la prise en charge médicale de meilleure qualité. Recevant chaque année des avis d’expulsion, la famille Touzenbach s’est toujours fait très discrète et ne participe que rarement à la vie de ce petit village. Aux côtés de la petite Vika, Olga la vingtaine, évolue comme toutes les jeunes filles de son âge, marquant sur son passage toutes personnes qu’elle croise grâce à un physique plutôt avantageux. Et comme de fait, elle est de suite remarquée pour endosser le premier rôle féminin de la prochaine pièce de théâtre du Royal Sillon de Jalbour, ville voisine de Brul.

En parallèle, il s’agit d’un important challenge pour Werner, tout juste nommé aux commande du Royal Sillon, après avoir détrôné le richissime Arsène Choquier, en place depuis près de 20 ans. Sa pièce, c’est son nouveau « bébé » et il se donne pour défi d’en mettre plein la vue aux habitants du coin. Avec sa nouvelle recrue, il pense que le tour est joué!

Ce sont tous « De regrettables incidents », titre extrêmement évocateur, qui sont au cœur de ce théâtre qu’est la vie. Armel Job fait ressurgir les mensonges enfouis depuis bien longtemps et qui touchent les anciennes actrices du Royal Sillon. Il les fait exploser à l’occasion de la nouvelle pièce de théâtre, qui devient dès lors un objet de vengeance. Elle ne laissera personne indifférent, dans ce coin pourtant si calme qu’est Jalbour.

Dès le début de son roman, l’auteur passe constamment d’un personnage à l’autre, entamant une histoire, la laissant en suspens, pour passer à une autre et y revenir plus tard. Un style qui m’a quelque peu désarçonnée au départ, et puis je me suis prise au jeu. La grande force de ce roman est indéniablement la mise en scène de tous ces personnages, tous originaires de ce petit village, au quotidien plus que routinier, qui seront mêlés d’une façon ou d’une autre à Olga, et au Royal Sillon : Werner au rôle plus qu’essentiel, sa femme Marianne, Rachel ancienne étoile montante du Royal Sillon qui prend sous son aile la jeune et timide Olga, son mari Michel, la famille Choquier, sans oublier les Touzenbach, véritable pilier de toute cette affaire. On se prend au jeu de cette incroyable aventure rocambolesque que mène si bien Armel Job. Il garde la maîtrise de son texte et de ses personnages pour amener le lecteur vers des situations improbables. Avec comme trame de fond, un sujet beaucoup moins drôle, il arrive pourtant à divertir, à questionner, à jouer avec les nerfs de son lecteur.

Armel Job, « De regrettables incidents », Editions Robert Laffont, 2015, 285 pages.

Lecture dans le cadre du Mois belge d’Anne et Mina

Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord

Publicités

9 réflexions au sujet de « « De regrettables incidents » d’Armel Job »

  1. Ping : Le Mois belge, Saison 3 : le récap’ |

  2. Marilyne

    J’ai découvert Armel Job lors du précédent mois belge, justement 🙂 Je me souviens avoir noté le titre que tu présentes, hésitant tout de même. J’avais lu  » Baigneuse nue sur un rocher  » que j’avais beaucoup aimé ( l’histoire d’un peintre dans laquelle je retrouve des éléments de ta chronique : trame de fond sombre par le passé dans la guerre, histoires et secrets des personnages d’un même village qui se mêlent ). J’avais lu également  » Le commandant Bill « , un bon souvenir, un récit maîtrisé comme tu le soulignes, des personnages attachants. Bon, faut peut-être que je tente quand même celui-ci 🙂

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Qu’est-ce qui te faisait hésiter avec ce titre? Je pense que les points communs que tu épingles entre nos lectures font la particularité de l’univers Armel Job, en plus de son petit trait d’humour, bien souvent ironique, tout à fait appréciable! Il y a plusieurs de ses titres qui me tentent (Tu ne jugeras point et Loin des mosquées, notamment).

      Répondre
      1. Marilyne

        Ce qui me fait justement hésité, ce sont ces points communs, cette thématique des secrets famille-village qui n’est pas trop la mienne. ( même si j’apprécie comme toi le certain sens de l’humour )

  3. Mina

    Marilyne et toi confirmez mon impression de points communs qui constituent l’univers d’Armel Job, notamment la proximité avec l’Allemagne, non ? Le théâtre pourrait me tenter dans ce roman, je crois que je verrai sur lequel je tombe le moment venu… Tu poursuivrais une troisième fois avec lui alors ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s