Ceux que j’ai oubliés!

Il fait un peu désert ici, vous ne trouvez pas?! Et pourtant, ce n’est pas l’inspiration qui me manque, plutôt le temps et l’énergie! Ne vous inquiétez pas, je ne vous oublie pas!

D’ailleurs, j’avais envie de revenir aujourd’hui sur des lectures faites il y a plusieurs mois. Je me demandais si cela était utile de revenir sur elles après autant de temps, mais même de façon brève et condensée, j’ai eu envie de les partager!

Amours / Léonor de Récondo (roman)

51z7+FQRg-LAu sein d’une maison bourgeoise en France, début du 20ème siècle, le couple Boisvaillant tente d’avoir un héritier pour perpétuer le nom. Mais la jeune épouse, Victoire, personnage énigmatique, mal dans sa peau, n’en peut plus des rapports infructueux avec son mari Anselme, un sentiment qui va jusqu’au dégoût. Un jour, la jeune bonne de la maison âgée de seulement 17 ans, Céleste, tombe enceinte, après de multiples viols par son maître. Pour éviter ce scandale qui ferait basculer l’image propre et nette de cette petite famille connue  de tous, et surtout, présenter enfin la progéniture du couple Boisvaillant que tout le monde attend, ceux-ci décideront de le garder et l’élever comme leur propre fils. Céleste peut quant à elle garder son emploi, et voir son bébé grandir auprès d’elle, malheureusement dans l’ombre.

C’est un roman écrit tout en finesse et en poésie, j’ai retrouvé la plume de Pietra Viva. Mais Amours me semble plus abouti (même si, contrairement à Pietra Viva, je n’en fais pas un coup de coeur, bizarrement). Léonor de Récondo explore une palette de sentiments extrêmement forts qui parcourent cette famille, oscillant entre la passion et la colère. L’arrivée de cet enfant va les bouleverser au plus haut point, là où le lecteur ne l’attend pas (s’il fait l’impasse sur la 4ème de couverture en tout cas – ce que je conseille évidement).  Que va-t-il arriver au couple de Boisvaillant qui chavirait déjà, après cette naissance? Comment Céleste arrivera-t-elle a vivre avec son bébé près d’elle, mais dont elle ne peut s’occuper? Il est question d’amour maternel, même s’il est très peu exploré à mon sens. C’est l’amour le plus pur, le plus passionné, unissant deux êtres dont les points communs sont à la hauteur de leurs dissemblances avec le reste de la société qui prime avec ce titre. Un joli cadre également, que l’auteure plante à merveille, comme dans son précédent roman. La confirmation d’une plume délicate, imprégnée de son autre passion qu’est la musique. Il m’a fait penser à « Un roman anglais » de Stéphanie Hochet, qui aborde fort bien aussi ces amours écorchés, avec un rythme qui surprend.

Léonor de Récondo, « Amour », Editions Sabine Wespieser, 2015 (Points, 2016), 276 pages.

Quand le diable sortit de la salle de bain / Sophie Divry (roman)

71ODixQHAVLIl s’agit sans aucun doute du roman le plus surprenant que j’aie pu lire! Sophie Divry avait déjà fait preuve d’un grand sens de l’humour dans « La cote 400 » mais c’est surtout la forme de son texte, au sens propre, qui lui vaut cette grande originalité. Le texte peut prendre la forme d’une croix, d’une flèche ou d’un… (je ne le mentionnerai pas ici!), c’est loufoque. Mais il s’agit évidement d’un exercice à double tranchant, le ridicule n’étant jamais bien loin. Je vous rassure, c’est maîtrisé et ça colle parfaitement au déroulement de l’histoire. Ceci étant, il n’est sans doute pas à la portée de tous, vu le style barré si particulier, mais en ce qui me concerne, j’ai passé un bon moment de lecture! Cette écriture décalée est par ailleurs à contre-courant du thème abordé puisque l’auteure dénonce les maux de notre société actuel à travers l’expérience de la narratrice, qui s’appelle… Sophie! Elle décide un jour de démissionner d’un job alimentaire pour se lancer dans l’écriture de son roman, mais les factures, le loyer, et le peu d’entrées d’argent la font vite déchanter. Cette réalité devenue ces dernières années malheureusement assez commune la conduit à devoir compter le moindre cent pour remplir le besoin le plus vital, se nourrir.

Un roman à double facette alliant gravité et drôlerie. Une critique moderne de notre société, que l’on explore en connaissance de cause à travers les aventures quotidiennes de la sympathique Sophie. Rafraîchissant, décalé, et émouvant.

Sophie Divry, « Quand le diable sortit de la salle de bain », Editions Noir sur Blanc, 2015, 320 pages.

Mauvais genre / Chloé Cruchaudet (BD)

81H53NPELgLCette BD avait été encensée il y a quelques temps par les blogueurs, trouvée à la bibliothèque. La curiosité m’a piquée au vif! Paul et Louise est un couple de jeunes mariés qui doit très vite se séparer afin de laisser Paul aller au front dès le début de la Première guerre mondiale. Mais totalement effrayé par tout ce qu’il voit autour de lui, le jeune homme décide de revenir auprès de sa belle et devient déserteur, ne voulant plus se battre pour sa patrie. Une solution leur semble inévitable pour éviter de vivre caché indéfiniment : le travestissement. Suzanne est née. Mais jusqu’où cette troisième identité grignotera la personnalité de Paul?

L’univers sombre de cette BD est justement maîtrisé, tant au niveau du dessin que du déroulement des faits. C’est en total accord avec la personnalité trouble de Paul. Le suspens est rondement bien mené, puisque la première page s’ouvre sur un procès où Louise est interrogée au sujet d’un meurtre. Le secret est bien gardé jusqu’à la fin. Par ailleurs, le lecteur ne peut être qu’interloqué par le comportement changeant du jeune homme, à l’encontre de sa femme tout d’abord, mais aussi vis à vis de lui-même et de son propre corps. Est-ce sa très courte intervention sur le champ de bataille qui l’a autant perturbé? J’ai passé un moment agréable à parcourir cette histoire, mais elle ne me laisse pas un souvenir impérissable.

Chloé Cruchaudet, « Mauvais genre », Editions Delcourt/Mirages, 2013, 160 pages

Publicités

14 réflexions au sujet de « Ceux que j’ai oubliés! »

  1. Delphine-Olympe

    Justement, j’ai pensé à toi aujourd’hui, et je me disais que ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu de nouvelles… Ravie de te retrouver. Je n’ai lu aucun des livres que tu cites. Mais j’avais lu Pietra Viva de Recondo, mais je n’avais pas été subjuguée… Je l’avais trouvé intéressant, mais aussi très froid.

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Ce genre de messages me fait super plaisir et c’est pour garder ce lien que malgré mon absence, je le lâche pas le blog! Et puis les idées sont là…. mais moins le temps pour les concrétiser. J’espère que tu vas bien aussi? J’ai pensé à toi hier : j’ai commencé Un hiver à Paris de Blondel! Bizzz

      Répondre
  2. Mina

    C’est intéressant que tu juges Amours plus abouti que Pietra Viva, mais sans en faire un coup de cœur (la découverte en moins ?), comme le rapprochement avec Un roman anglais. Je l’avais fait aussi, bien avant la lecture d’ailleurs. Je les distingue par leur rythme : pour moi, Un roman anglais est un crescendo, tandis qu’Amours est plus « saccadé », alterne montées en tension et apaisements, jusqu’à la fin, très forte.

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      C’est un peu contradictoire en effet, mais sans doute l’effet de surprise, de la nouveauté, qui n’y était plus! Je le trouve mieux développé, mais il m’a moins touchée 😉

      Répondre
  3. Joelle

    Ravie de te retrouver.. j’ai beaucoup aimé Amours et le dernier Divry pour des raisons bien différentes bien entendu.
    Je me suis laissée embarquée avec « quand le diable.. » j’ai trouvé ce livre d’une audace et d’une originalité folles, un style très différent de la condition pavillonnaire qui m’avait aussi beaucoup marquée

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Entièrement d’accord avec toi concernant le Divry! Je ne dis pas qu’il ne m’a pas agacée par moments (surtout lors des longues énumérations!) mais l’humour et le grain de folie qui s’y trouvent sont tout à fait remarquables! Après « La cote 440 », je n’étais pas spécialement tentée de poursuivre, mais aujourd’hui, j’ai même envie de passer à La condition pavillonnaire!

      Répondre
  4. Ping : « La condition pavillonnaire  de Sophie Divry | «Des bulles d'air…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s