« Plus tard je serai moi » de Martin Page

Comment réagir quand nos parents ont le sentiment de pouvoir choisir ce qu’on veut faire de notre vie, sans demander notre avis? Crise de la quarantaine? Stress soudain face à l’évolution de leur enfant?

Séléna est en tout cas confrontée du jour au lendemain à mille interrogations de la part de ses parents et à une turbulence de ce genre. Turbulence, ou devrait-on dire, raz-de-marée, qui va bouleverser le calme et l’harmonie qui régnaient jusqu’alors dans cette famille tranquille.

plus-tard-je-serai-moi

C’est décidé, Séléna sera artiste! Décidé, enfin, elle n’est encore qu’au collège et n’a pas vraiment réfléchi à ce qu’elle voudrait faire plus tard. Mais ses chers parents, ont décidé que c’est la meilleure voie à suivre pour elle. Quelle chance pour elle, de ne pas être forcée à suivre des études supérieures, à imaginer un mode de vie plus bohémien, très loin du métro-boulot-dodo. Mais… ce n’est pas elle qui l’a choisi! Et même si l’idée paraît séduisante, Séléna veut avoir le libre de choix de prendre cette décision toute seule.

Seulement, ses parents ne s’arrêteront pas à cette simple discussion. Celle-ci a ouvert les portes à une véritable course au plus « offrant » : une palette d’aquarelle, un carnet, un appareil photo, un piano… jusqu’où vont-ils s’arrêter? Couper le chauffage peut-être? Arrêter de faire les courses? C’est bien connu, tous les artistes aujourd’hui sont passés par des phases difficiles durant leur enfance!

Après avoir lu « La folle rencontre de Flora et Max » écrit par Martin Page et Coline Pierré, j’ai eu envie d’en savoir un peu plus sur l’œuvre de celui-ci.

Très clairement, le style est différent! On entre dans un univers plus loufoque et déjanté, alors que celui du roman écrit à quatre mains y était doux et sensible.

J’avoue avoir perdu pied à plusieurs reprises dans cette histoire de parents qui imposent leurs choix à leur enfant. Face à cette ascension de gestes et d’achats, je n’ai pas vraiment été convaincue. Je n’ai pas réussi à me situer entre le côté grotesque et ridicule du comportement des parents de Séléna, et entre la part limite surréaliste, extraordinaire, voire drôle, de la situation. C’est un roman sympa, avec un message intéressant, mais je n’ai pas été emportée par les événements. Séléna ne m’a pas spécialement conquise non plus. Alors que j’aurais aimé qu’elle tape du poing sur la table, qu’elle crie haut et fort qu’elle seule a les clefs de son destin entre les mains, elle m’a paru bien trop effacée.

Je ne regrette pas pour autant d’avoir choisi ce titre, soufflé par Folavril, et lirai volontiers autre chose de Martin Page (peut-être l’un de ses romans pour adultes). Mais l’attachement n’a pas pris avec celui-ci.

En tout cas, elle ne vivrait pas une vie qui ne serait pas la sienne, elle ne passerait pas à côté des choses qui comptent pour elle. Restait à savoir exactement ce qu’elles étaient, ces choses. (p.64)

Martin Page, « Plus tard je serai moi », Edition du Rouergue, Doado, 2013, 73 pages

Publicités

6 réflexions au sujet de « « Plus tard je serai moi » de Martin Page »

    1. Laeti Auteur de l’article

      Oh oui, je t’invite à le découvrir! Et de mon côté, je poursuivrai avec l’un de ses romans adultes je pense! Je sens que c’était juste la mauvaise pioche!

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s