« Les optimistes meurent en premier » de Susin Nielsen

Perdre un membre de sa famille est insupportable. Mais quand on est une ado et qu’on se sent,  en plus, coupable de la disparition tragique de sa petite soeur, on peut être amené à se créer un monde où l’on se sentira davantage protégé. Pour Pétula, c’est simple : les optimistes ne sont pas assez vigilants et, au moment où leur attention baisse, BAM!, c’est là où le bât blesse! Sa théorie se tient, c’est un fait certain! Pétula fait un détour énorme juste pour éviter un chantier près de chez elle, elle évite au maximum les contacts avec les autres élèves de son lycée, elle ne touche à rien lorsqu’elle se trouve dans un lieu public, elle fait très attention à ce qu’elle mange. Le pire à ses yeux : les accidents domestique et souvent bêtes.

Et le joli petit chat en origami réalisé par Fanny et ses doigts de fée 🙂

Pour tenter de réduire ses angoisses, Pétula participe en effet à un atelier d’art-thérapie chaque semaine, avec d’autres jeunes qui connaissent eux aussi un profond mal-être. C’est là qu’elle rencontre Jacob Cohen, surnommé « l’Homme bionique », en raison de sa prothèse au bras, perdu lors d’un accident de la route. Derrière sa grande connaissance cinématographique, son charisme certain et sa générosité, le « petit nouveau » semble faire de son passé, un sacré mystère…

En commençant ce nouveau roman de l’incroyable Susin Nielsen, se dessine directement un portrait atypique, mystérieux, qu’on a très vite envie de creuser. C’est cette chère Pétula. Une grande fragilité, malgré l’image qu’elle veut renvoyer, frappe immédiatement. J’ai eu très envie de la protéger, d’emblée, et d’en savoir plus sur son histoire personnelle. Elle se sent absolument coupable du décès de sa petite soeur Maxine, et n’arrive pas à se le pardonner. Et même si ses parents ont tout fait pour recréer un climat serein au sein de leur famille, Pétula se rend bien compte qu’ils tentent aussi d’échapper à la réalité, à leur manière.

Tout comme dans « Le journal malgré lui de Henry K. Larsen« , Susin Nielsen aborde des sujets graves tels que le deuil, la culpabilité, la recherche de soi, sa relation avec le monde et les autres. Et à nouveau, elle amène ces sujets sur un ton agréable, avec un côté décalé et énormément d’humour qui nous permet de nous attacher immédiatement aux personnages. Elle ne joue pas du tout la carte du mélodrame ni de la lourdeur, même s’il y a cet événement très triste à la base du roman. Les personnages, justement, c’est vraiment ce qui fait la force de Susin Nielsen. Une belle bande d’ados, réunis par hasard lors des ateliers « ARTPSY », qui se feront petit à petit confiance, s’épauleront mutuellement, jusqu’à appréhender les démons qui les rongent et à entrevoir un avenir plus serein, plus lumineux. Et puis, il y a aussi le directeur de l’école de Pétula, ses parents qui sont des caractères bien trempés aussi…

Le fait d’avoir lu à intervalle assez rapproché « Le journal malgré lui… » et « Les optimistes… » m’a permise de comprendre assez vite les dénouements dans ce nouveau titre. Cela n’a rien enlevé au plaisir de me plonger dans cette aventure mais il y a eu l’effet de surprise en moins.

Un humour exceptionnel, une ambiance faite de bons sentiments, qui s’étend au-delà des pages, mais avec un vrai message d’espoir rempli d’humanité, font clairement le talent de Susin Nielsen. De même qu’une incroyable facilité de narration, qu’on traverse sans aucun ennui. On ne peut juste plus lâcher le roman une fois commencé.

C’est surtout ce travail de reconstruction qu’opère Pétula qui m’a le plus touchée, et Dieu sait le nombre de tuiles qui lui tombent dessus durant toute cette histoire! Je suis d’accord, il y a ce petit côté « happy ending », qui m’a un tout petit peu (vraiment un tout petit peu) ennuyée, mais au final, c’est un roman qui fait le plus grand bien. Je m’en rappellerai d’autant plus que je l’ai partagé avec mon amie Fanny (lien vers son billet ici) et qu’il m’a remonté le moral durant une semaine horrible pleine de microbes!

Marie-Claude a beaucoup aimé aussi! Encore merci à toi de m’avoir fait découvrir cette auteure, que je compte parmi mes préférées en jeunesse, depuis.

Merci aux éditions Hélium/Actes Sud de m’avoir envoyé ce nouveau roman!!

Susin Nielsen, « Les optimistes meurent en premier », traduit de l’anglais (Canada) par Valérie Le Plouhinec, Editions Hélium, 2017, 192 pages

Publicités

8 réflexions au sujet de « « Les optimistes meurent en premier » de Susin Nielsen »

    1. Laeti Auteur de l’article

      Elles se ressemblent fortement, je pense que les autres titres sont un peu plus différents. N’empêche, j’ai déjà envie de lire un nouveau roman de Susin!!!

      Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      Tu devines bien de qui il vient 🙂 Moi qui n’aime pas les chats, j’ai été servie avec cette histoire 😮 mais je dois dire que j’ai apprécié malgré tout! Rho oui sur le coup c’est une sacrée découverte!!! 🙂

      Répondre
      1. Marie-Claude

        Parle-moi de ça, quelqu’un qui avoue ne pas aimer les chats! Tu penses que j’en suis folle? Eh ben non! J’aime bien ceux que j’ai, surtout Bidule, mais je suis plus chien que chat. C’est la faute de ma sauterelle, qui recueille tous les éclopés du coin!

  1. Christelle

    J’attends avec impatience que Céline (« Enlivrez-vous ») me le passe, depuis que j’ai lu la chronique de Marie-Claude (oui, on lit les mêmes blogs, coucou Céline !). La tienne confirme mon impatience. Pour le reste, oserais-je avouer que je n’aime pas les chats ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s