« Ma vie en noir et blanc » de Delphine Bertholon

J’ai pioché ce tout petit roman jeunesse (très jeunesse) dans ma bibliothèque, entre deux romans moins joyeux. Il tombait à pic! Étant très très fan de Delphine Bertholon, c’est avec grand plaisir que je la découvre dans un tout autre univers.

Ana a une particularité, elle est achromate. C’est-à-dire qu’elle ne perçoit aucune couleurs : elle vit en noir et blanc. C’est une maladie très rare, héréditaire. Mais pour le reste, elle vit un quotidien d’ado de 14 ans tout à fait ordinaire. Tout se passe bien à l’école, elle fait les 400 coups avec sa meilleure amie, Mélie, et a en secret un coup de cœur pour Kylian.

Quand elle est chez elle, seule dans sa chambre, Ana écrit. Elle se met en scène, dans un décor aux antipodes de ce qu’elle connaît. Dans son roman, elle est séductrice et sûre d’elle. Car Ana, garde en elle une blessure… Elle n’a jamais connu son père. Après quelques rendez-vous, sa maman n’a plus jamais eu aucun contact de cet homme, qui lui a laissé un bébé. Régulièrement, Ana cherche une piste, un indice qui lui permettrait de retrouver la trace de son papa, en vain. Jusqu’au jour où Kylian l’informe de l’exposition à Paris d’un célèbre photographe, lui aussi atteint d’achromatopsie…. Elle n’hésite pas très longtemps à monter sur Paris pour en savoir plus sur cet homme.

C’est une lecture très légère et sympa. J’ai aimé retrouver Delphine Bertholon, son style, son humour, dans un tout autre univers. Son personnage d’Ana m’a semblé cohérent, et pas du tout puéril malgré son jeune âge. Ce titre s’adresse aux jeunes à partir de 11 ans, mais du haut de mes … ans (haha), je me suis bien amusée malgré tout! Le suspens est bien mené, on a envie de connaître l’issue de ce road-trip parisien. Une romance toute mignonne ajoute un petit piment à ce récit qui se lit tout seul. L’air de rien, il soulève des questions sur l’origine, les parents, la façon dont un ado se construit sur base de ces éléments essentiels à leur évolution. Un très court roman qui permet de se vider la tête, et de rire un petit peu.

Voir mes autres billets sur Delphine Bertholon.

Delphine Bertholon, « Ma vie en noir et blanc », Éditions Rageot romans, 2016, 124 pages

Publicités

8 réflexions au sujet de « « Ma vie en noir et blanc » de Delphine Bertholon »

  1. valmleslivres

    Je ne savais pas qu’elle faisait du jeunesse mais ça ne m’étonne pas du tout: je trouve que dans ses romans, on sent l’importance de l’enfance et de l’adolescence.

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      C’est son premier roman jeunesse mais elle est occupée sur son prochain! ça c’est une bonne nouvelle 😉 Je trouve aussi que c’est un univers qui lui va bien.

      Répondre
  2. Marie-Claude

    Tu vois, j’en apprends toujours lorsque je passe chez toi: j’ignorais que Delphine Bertholon écrivait aussi pour la jeunesse. Je garde un très bon souvenir de « Coeur-Naufrage ». Du coup, ça me tente d’aller voir du côté des plus jeunes.

    Répondre
  3. Jérôme

    Je ne savais pas non plus qu’elle faisait des romans jeunesse. En même temps je n’ai jamais lu sa production « adulte », je serais donc bien en peine de faire une quelconque comparaison 😉

    Répondre
    1. Laeti Auteur de l’article

      J’étais persuadée que tu avais déjà « goûté » à son univers! Du coup, je ne peux que te la recommander! Les cors inutiles, Grâce, Le soleil à mes pieds… parmi les meilleurs 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s