Archives pour la catégorie Littérature étrangère

« Histoires nordiques » de Lucie Lachapelle

Ce recueil fortement conseillé par Anne il y a quelques années, trônait sur mon étagère depuis bien trop longtemps! Le mois de la nouvelle organisé par Marie-Claude et Electra était le moment idéal pour enfin le découvrir!L’auteure a mis beaucoup d’elle-même dans ce recueil : on découvre en effet qu’elle voue une affinité particulière pour les inuits et les grandes étendues naturelles et froides du Nord où vit ce peuple autochtone. Elle a enseigné au Nunavik, et continue d’avoir beaucoup d’admiration pour eux et leur façon de vivre.

C’est ce qu’elle relate à merveille, avec énormément de respect et d’amour, au travers de toutes ces histoires. Ces nouvelles, c’est avant tout la rencontre de l’autre, de l’admiration pour la différence, la découverte d’autres valeurs et d’un autre mode de vie.

Ce regard empli d’humanité est proposé à travers une personne centrale, qu’on suit au fil de chaque histoire. Louise, une blanche venue du sud, qui s’est installée dans ce village inuit pour enseigner. On sent une vraie admiration de sa part pour le peuple qu’elle découvre au jour le jour. Plus que cela, elle veut vraiment s’y fondre, apprendre leurs coutumes et habitudes (c’est pas gagné pour la nourriture!), et se prend aussi au jeu de la langue. D’autres personnages s’ajoutent au fur et à mesure, et ne nous quittent plus. Annie, son amie inuite a la famille nombreuse qui aime partager avec Louise les petits secrets de son quotidien; il y aussi Tamusi, le coup de coeur de la jeune Blanche ; la « dame-sorcière » qui guéri les maux des gens de façon naturelle et surprenante, …

Chacune des nouvelles dévoile un pan de ce microcosme où Louise s’installe quelques années. Elle parle de ses doutes, de ses peurs, mais aussi des découvertes surprenantes qu’elle fait, et surtout d’une admiration et d’une complicité incroyable pour cette civilisation. Les années faisant, on sent malgré tout que les difficultés de s’intégrer totalement deviennent pénibles pour Louise. Elle épingle ainsi les terribles vérités qui entourent les femmes, ou encore les jeunes qui se suicident bien trop tôt. Le poids des traditions se fait sentir, et poussent finalement la jeune femme à ne pas envisager une installation définitive. Le texte se fait donc plus nuancé au fil des chapitres, ce qui n’est pas plus mal.

Par ailleurs, la langue de Lucie Lachapelle est superbe, délicate, totalement en adéquation avec les images, les émotions qu’elle nous veut nous faire partager. Par-ci par-là, elle sème des mots en Inuktitut, pour qu’on s’imprègne au plus près de cet univers. Un lexique est repris en dernière page.

Mon côté (trop) terre à terre m’empêche, bien souvent, de voyager au fil des lectures que je traverse, je n’arrive pas à m’imprégner suffisamment des mots. Ici, tout était différent. J’ai voyagé, j’ai vécu les péripéties de Louise, je me suis située dans ce village, j’ai senti le froid glacial, j’ai admiré ces superbes paysages décrits.

C’est la première fois que je lis un recueil de nouvelles qui se suivent et où on garde les personnages. J’ai adoré ce procédé, car même si les épisodes sont courts, on reste aux côtés des héros avec qui des liens peuvent se tisser.

Un beau coup de coeur pour ce recueil, pour l’auteure, pour ce dépaysement!

PS: si vous avez des conseils lectures sur les Inuits ou d’autres peuples autochtones, je suis preneuse, car j’ai vraiment adoré cette rencontre!

Lucie Lachapelle, « Histoires nordiques », Editions XYZ, 2013, 160 pages

Une lecture inscrite au challenge « Mai en nouvelles » organisé par Marie-Claude et Electra

Publicités

« Jesse le héros » de Lawrence Millman

Jesse n’est pas un enfant comme les autres. Nous sommes en 1968. Totalement obnubilé par la guerre au Vietnam dont il aime par dessus tout regarder les pires scènes à la télévision, il adopte parfois un comportement franchement vicieux. Son grand frère Jeff est justement au Vietnam, et Jesse voue une vraie admiration pour ce dernier. Il l’imagine massacrer à longueur de journées des milliers de bridés, prendre du plaisir à les torturer… Mais quand Jeff revient à la maison, le discours qu’il a de la guerre n’a rien à voir avec ce que s’était imaginé son jeune frère. Lorsque son père et son frère décident enfin de l’envoyer à Concord, un établissement spécialisé, parce que le comportement de Jesse les inquiète de plus en plus, l’enfant décide de prendre la fuite pour vivre sa propre aventure au Vietnam. Qu’il imagine rejoindre à pied, bien sûr. Est-ce la peur d’aller à Concord? Le sentiment de trahison de la part de son papa qui veut l’envoyer à Concord? Ou bien est-ce sa personnalité, encore plus malsaine, qui ressort véritablement? En tout cas pendant cette expédition, l’état de Jesse va considérablement empirer.

J’ai reçu ce roman des éditions Sonatine grâce au Picabo River Book Club dont je suis membre depuis quelques temps, le spitch me plaisait bien. Il s’agit d’un roman publié aux Etats-Unis en 1982, que Sonatine a décidé de sortir en France. Un chef d’œuvre du genre, lit-on sur la 4ème de couverture, et un peu partout sur la blogo.

J’ai été assez accrochée au début de l’histoire, la personnalité de Jesse m’intriguait pas mal. Ceci dit, j’attendais un réel bouleversement au retour de Jeff et… je n’ai rien ressenti de tel. La façon dont Jesse le décrit en début de roman brosse le portrait d’un homme qui aime se battre, qui s’investit pour défendre sa patrie, qui n’a peur de rien. C’est une vraie désolation lorsqu’il revient puisque ce qu’il a vécu au Vietnam se réduit pratiquement à néant. C’est vrai que finalement, ça éveille en Jesse un déclic qui le pousse à vivre cette guerre atroce qu’il s’est imaginé depuis des mois. Il nourrit une haine pour les bridés au fond de lui, qu’il doit assouvir. Mais derrière cette personnalité faite de colère, de violence, de perversité, mais aussi de grande naïveté, j’ai eu beaucoup de mal à saisir le véritable visage de Jesse. Est-il vraiment attardé ou joue-t-il un rôle? Son discours est, d’une part, complètement incohérent. Il ne semble pas bien comprendre ce qui se passe autour de lui, la tristesse de son papa, l’impatience de son frère, leur inquiétude aussi face à ce garçon qu’ils ne comprennent pas et qui a une attitude de plus en plus dérangeante. Et d’autre part il semble très bien savoir ce qu’il fait. J’ai été un peu déçue par la suite des événements, l’enchaînement et le rythme ne m’ont pas satisfaite, malheureusement. J’admets cependant que Jesse est certainement le personnage le plus intriguant que j’ai pu rencontrer pour le moment dans la littérature américaine. L’auteur le travaille minutieusement au fil des pages. Il y a malgré tout des éléments qui m’ont semblé quelque peu invraisemblables. Je suis certainement passée à côté de quelque chose de très bien. C’est pourquoi je serai ravie de lire vos avis afin de pouvoir comparer.

Lawrence Millman, « Jesse le héros », traduit par Claro, Editions Sonatine, 2018 (1ère édition aux USA : 1982), 208 pages

Merci à Léa Mainguet et aux éditions Sonatine pour ce livre.

 

« De synthèse » de Karoline Georges

Le monde virtuel, celui des images, a toujours fasciné la narratrice de cette histoire. Le contexte familial, particulièrement difficile, y est pour quelque chose : père alcoolique et violent, mère à côté de ses pompes qui fume à longueur de journée sans un mot à sa fenêtre. Cette jeune fille au début du livre passe donc ses journées et ses nuits, soit devant la télévision, soit dans les livres. Dans un état proche de l’hypnose, elle imagine une autre vie, un monde complètement différent où elle serait enfin heureuse avec sa maman. Elle se plonge dans le monde de l’imaginaire pour oublier son quotidien.

Les années défilent. Suite à un événement bouleversant, elle décide enfin de quitter le domicile familial et commence une carrière dans le mannequinat à Paris. Son visage fermé, qui ne transmet aucune émotion et se plie aux exigences du métier, est sa marque de fabrique. Et c’est un succès!

Elle nourrit en parallèle ce rêve qu’elle a depuis toute petite : celui de fixer pour l’éternité son image. La photo? La peinture? Elle cherche les moyens d’exaucer son vœu le plus cher. Elle finit par l’atteindre, au travers d’un avatar. Ce travail de façonnage, de création, qui est le résultat de toutes les images qu’elle chérit depuis son enfance, est colossal. Entre-temps, elle est revenue au Québec mais n’entretient que des contacts très limités avec ses parents. Son avatar, c’est une seconde naissance, ou une renaissance.

Et puis, sa maman tombe gravement malade… L’héroïne, désormais adulte, doit se faire violence pour sortir de son appartement qu’elle ne quitte jamais.

Karoline Georges m’a totalement transportée avec ce roman! J’ai trouvé d’emblée le ton terriblement accrocheur. Et puis, j’ai développé une réelle fascination à mon tour pour la narratrice qui présente un profil très particulier. Mystérieuse, mal dans sa peau à cause du contexte familial difficile, elle a toutefois une personnalité forte. Elle sait ce qu’elle veut. Qu’importe ce qu’on dit, d’ailleurs il n’y a dans ce texte pratiquement aucune trace du monde extérieur, de personnes qui gravitent autour d’elle. Elle reste seule dans sa bulle, c’est l’unique endroit où elle se sent en sécurité. Dans son appartement, et dans ce monde virtuel où elle tente de créer une seconde vie.

Le sujet se veut moderne et différent de ce qu’on a l’habitude de lire. L’auteure nous interroge sur notre rapport au corps, à la beauté éternelle. Dans ce roman où se côtoient sans cesse le monde virtuel à la vie réelle, Karoline Georges remet finalement en perspective notre utilisation des nouvelles technologies : peuvent-elle remplacer le contact réel, peuvent-elles palier à l’absence? Un sujet traité avec une certaine force dans l’écriture et une froideur propre à la narratrice principale, qui mont totalement hypnotisée.

Mais l’émotion est aussi au rendez-vous puisqu’elle y mêle une histoire familiale triste, notamment avec l’hospitalisation de la maman. Notre héroïne fait tomber le masque pour présenter au lecteur un visage beaucoup humain qui laisse enfin sortir ses émotions.

Grâce à ce titre, je sors clairement de mes sentiers battus. Il y a une petite pointe de sciences-fiction mais cela ne m’a aucunement dérangée, au contraire, je l’ai trouvé osé.

Comment ai-je découvert ce titre venu tout droit du Québec? Grâce aux conseils avisés de Maud des éditions du Québec, rencontrée  lors de la Foire du Livre de Bruxelles. Elle a elle-même beaucoup aimé cette lecture et a trouvé les bons mots pour me convaincre de l’acheter.

Je suis certaine que ce texte va me poursuivre, et j’aimerais beaucoup rester imprégnée un petit temps encore de cette ambiance que j’ai tant appréciée. A un doigt du coup de cœur, vraiment!

Lire ici un très chouette entretien de l’auteure sur ce nouveau titre.

Karoline Georges, « De synthèse », Editions Alto, 2017, 207 pages

 

« Dans la forêt » de Jean Hegland

Que ferions-nous si tout ce qui alimente notre société actuelle se coupait? Plus d’électricité, ni d’essence. Plus de moyens de communication, les magasins se vident affreusement vite. Les gens quittent les villages en espérant trouver de l’aide dans les grosses villes. C’est ce qu’a imaginé Jean Hegland dans ce roman publié aux USA pour la première fois en 1996. Autour de ce phénomène, qui n’est pas vraiment post-apocalyptique, mais plutôt un événement soudain qui touche d’un coup la population, l’auteure imagine cette famille : Nell et Eva, deux soeurs de 18 et 17 ans, et leurs parents, vivant dans une forêt à des dizaines de kilomètres de Redwood. Cette maison, c’était un coup de coeur de Robert, le papa. Il y fonda sa famille, et tous étaient très heureux de cette vie à l’écart. Les parents étaient fiers de laisser leurs deux filles s’instruire librement, et passer leurs temps dans un environnement naturel qu’elles aiment tant. D’ailleurs, cette éducation alternative fait plutôt ses preuves, Nell et Eva sont particulièrement brillantes, déterminées et très ambitieuses. Alors que l’aînée envisage d’entrer à Harvard, sa cadette s’entraîne sans relâche pour rejoindre la troupe de ballet de Boston.

A la disparition de leurs deux parents, les sœurs se retrouveront très éprouvées, livrées à elles-mêmes dans ce milieu sauvage mais qu’elles ne quitteraient pour rien au monde. Leur quotidien, parfois répétitif, est livré dans une langue poétique et envoûtante.

Ce roman, outre une immersion totale dans la nature si belle et dangereuse à la fois, est avant tout une superbe histoire de sœurs. Jean Hegland dresse deux portraits assez différents mais complémentaires. Leur détermination et leur courage sont des armes redoutables face à cette nouvelle vie qui apparaît. La plus âgée des deux, qui est aussi la narratrice de ce récit, Nell, confie dans un carnet ses doutes, ses peurs, mais aussi ce qui la pousse à avancer. Son amour inconditionnel pour sa soeur Eva est confié avec beaucoup de justesse, sans fioriture, et énormément d’admiration.

Je l’aimais tant – ma douce, douce soeur -, j’aimais en elle tout ce que j’avais jamais aimé, j’aimais tout ce que je savais d’elle et tout ce que je savais ne pouvoir jamais atteindre, j’aimais cette danseuse, cette femme belle sous mes mains, cette soeur avec qui j’avais autrefois peuplé une forêt, cette soeur avec qui j’avais souffert de tant de choses, cette soeur que je pourrais jamais quitter ni pour l’amour ni dans la mort. (p.202)

C’est vrai que leurs journées se ressemblent, c’est tout à fait compréhensif. Que ferions-nous à leur place? La même chose qu’elles : chercher des vivres, trouver de quoi se chauffer, se projeter dans les mois à venir en fonction des saisons, pour préparer de quoi combler les besoins primaires. A cet égard, Jean Hegland ouvre un débat, nous questionne, nous plonge dans un monde à mille lieux de la société actuelle, mais qui pourrait néanmoins se présenter un jour, tout d’un coup. J’ai vraiment été immergée dans l’espace confiné qu’est leur maison isolée du monde extérieur. C’est lent, mais le suspens dû à la situation rend ce livre difficile à lâcher. Excellent « nature writing« , il est autant émouvant que mystérieux.

Qu’est-ce qui fait qu’un roman nous touche plus qu’un autre ? A la façon dont il nous poursuit, plusieurs semaines, mois, après sa lecture. Aux questions qu’ils soulèvent, aux traces qu’ils laissent dans notre mémoire. Sans être un coup de coeur, « Dans la forêt » fera, je pense, partie de ceux-là.

Ce roman est un des chouchous des membres du Picabo River Club, un groupe (fermé) sur facebook qui met en lumière la littérature nord-américaine et géré par Léa Mainguet. L’occasion pour moi de vous en parler car il y règne une très bonne ambiance et de véritables pépites y sont partagées chaque jour!

Jean Hegland, « Dans la forêt », traduit par Josette Chicheportiche, Editions Gallmeister, 2017 (1ère édition : 1996), 304 pages

« Le sang du monstre » de Ali Land

Rien de tel qu’un bon thriller bien prenant pour passer des heures totalement déconnectée!

C’est un titre repéré lors de la rentrée littéraire 2016, en même temps que le premier roman de David Joy. Et c’est une première publication également pour cette auteure anglaise, ancienne infirmière en pédopsychiatrie. Justement, son roman a vraiment cette originalité, c’est de nous emmener dans une histoire qui concerne une ado traumatisée. Il y a de quoi, puisque sa maman est une tueuse en série. A sa charge, pèse le meurtre de 9 enfants. Des enfants dont elle devait s’occuper, dans un refuge de femmes battues. Elle les reprenait chez elle, et leur faisait vivre un véritable enfer dans la pièce, la « salle de jeux », où ils étaient enfermés.

Annie, sa fille, vit cet enfer depuis ses 5 ans. Elle est elle-même victime de violence par sa mère, physiques et psychologiques. Le traumatisme est donc total pour elle, et cette situation complètement insoutenable. C’est elle qui dénonce donc sa mère à la police, après l’assassinat de trop…

Suite à l’arrestation de sa maman, Annie doit changer d’identité et bénéficie de la protection de témoin. Elle est rebaptisée Milly et est placée, dans l’attente du procès, dans une famille d’accueil, celle de son psychologue Mike.

Cette situation d’entre-deux, Milly l’a vit plutôt mal : elle a envie de se reconstruire, mais d’une part, le fantôme de sa mère continuer de la hanter jour et nuit. Et d’autre part, la fille de Mike, Phoebe, supporte très mal cette nouvelle venue dans leur famille et lui fait vivre un véritable cauchemar au lycée. Particulièrement vicieuse, elle n’hésite pas à insulter, harceler et ridiculiser la jeune fille devant tout le monde. Est-ce que toutes ces brimades, qui se rajoutent à son traumatisme initial et à l’échéance du procès, accompagné évidement d’une surmédiatisation, feront-ils perdre pied à Milly?

J’ai très très vite accroché à ce roman. Le style est particulier, percutant, qui s’accorde parfaitement à l’ambiance malsaine de l’histoire. Le rythme est haletant car il n’y a pas de temps mort. De par cette double histoire finalement, qui est le procès et le parcours de Milly d’une part, et la relation toxique qui s’installe entre elle et Phoebe, le lecteur est emmené dans tous les sens. Nos nerfs sont mis à rude épreuve! J’ai trouvé la construction parfaite, plausible, puisque l’auteur parle d’un sujet très actuel du harcèlement scolaire. Et puis toute la partie du procès est très prenante. Vous n’aurez aucun répit puisque les rebondissements et les surprises sont partout et tombent à tout moment.

Tous les ingrédients sont donc réunis pour se prendre au jeu du parfait thriller. Une chose est certaine, on ne s’ennuie pas une seconde et il est d’ailleurs très difficile de lever les yeux de ce bouquin une fois qu’on l’a commencé!

Ali Land, « Le sang du monstre », traduit de l’anglais par Pierre Szczeciner, Éditions Sonatine, 2016, 348 pages

« Ballade pour Leroy » de Willy Vlautin

La douleur semblait suspendre le temps. Attendait-il depuis des minutes, des heures, des jours ou des semaines? C’était trop difficile à supporter et il en avait vraiment assez de souffrir. Alors il décida d’abandonner, d’emmener son esprit le plus loin possible. Il allait se perdre en lui-même. Disparaître de la scène du monde. (p.33)

Quand son patron lui propose, de façon très insistante, d’entrer à la National Guard, Leroy est persuadé qu’il ne quittera jamais le pays. C’est ce qu’on lui promet en tout cas. Mais le cours des événements est tout autre. En Irak, il sera l’un des seuls survivants d’une bombe tombée sur le véhicule qui le transportait, lui et des collègues. Même s’il y survit, Leroy ne sera plus jamais pareil. Dans sa tête, plus rien ne va, aucun souvenir ne revient, il ne connaît même plus son nom. Alors la nuit où il se réveille avec un semblant de lucidité, dans le foyer psychiatrique où il est hébergé, il se demande si sa mémoire revient ou si c’est juste un phénomène éphémère. Dans le doute, à bout de souffle et totalement désespéré, il prend une décision cruciale.

Autour du jeune homme, gravitent des personnages qui ont ou auront une place importante pour lui. Le lecteur découvre leur quotidien tout au long de ce roman :

Il y a Freddie, le gardien de nuit qui a une affinité particulière pour Leroy. Il enchaîne ce boulot avec un poste à journée depuis que sa femme est partie avec leurs deux filles et que les dettes s’accumulent. On fait aussi la connaissance de Pauline, l’infirmière qui s’occupe de Leroy. Elle non plus n’a pas la vie simple. On lui suppose la trentaine, elle vit seule, travaille énormément et s’investit plus qu’il ne le faut avec ses patients. Quand elle n’est pas à l’hôpital, elle s’occupe de son père qui n’a pas la tête toute fraîche. C’est une femme qui pense d’abord aux autres et qui laisse passer sa vie. Elle m’a beaucoup émue… notamment avec la relation compliquée qu’elle entretient avec son père. Extrait :

Quand elle se réveilla le lendemain matin, il neigeait. Elle trouva son père dans la cuisine. Il avait fait du café et préparé des oeufs. Il s’était peigné et portait les vêtements de la veille.

« Merci » dit Pauline, et elle l’embrassa sur la joue. Son père avait les larmes aux yeux. Son visage se contracta et il toussa pour s’éclaircir la voix. « Je t’aime tellement, lui dit-il. (p.125)

On rencontre aussi régulièrement Darla, la maman de Leroy, qui garde espoir même si… Alors elle lui lit des histoires de sciences-fiction, le genre préféré de son fils.

Malgré son état, Leroy intervient dans ce roman. Il vit une aventure parallèle où il tente d’échapper, avec son amour de toujours Jeanette, à des espèces de gestapo qui massacrent toute personne présentant de mystérieuses taches colorées sur la peau.

Les conseils de Marie-Claude sont toujours judicieux! Après avoir craqué pour son Willy Vlautin avec « Plein nord« , voilà que je me plonge dans ce magnifique roman, profondément humain où des âmes écorchées à nouveau se présentent à nous. C’est ce qui fait la force de l’auteur, parler avec une écriture sobre et très belle, de personnes qui en bavent dans la vie et qu’on a terriblement envie d’aider. D’emblée, dans ce troisième roman, Leroy apparaît comme un jeune homme généreux, aimé, qui a toute la vie devant lui, et qui est coincé entre deux mondes. Cet entourage qui se dessine peu à peu, des portraits de gens ordinaires qui ont leur lot de problèmes, se montre extrêmement bienveillant.

Je suis restée accrochée du début à la fin, à vivre ces quotidiens difficiles et qui nous apparaissent si réels. Les personnages de Willy Vlautin ont ce quelque chose qui nous parle, ils pourraient être n’importe qui autour de nous. Ils font preuve d’une grande combativité, qui est pourtant mise à rude épreuve. Mais ils s’y accrochent et y croient. Pour les autres, pour eux.

Avec Vlautin, il y a souvent de l’espoir. La petite étoile de chacun qui joue, un jour ou l’autre, son rôle. On referme ses romans avec une foi décuplée en la vie. Je garderai un souvenir fort et émouvant de ce livre qui a clôturé mon année 2017 en beauté. Il ne me reste plus qu’à lire « Motel life »!

Le très bel article de Marie-Claude sur ce coup de coeur partagé!

Willy Vlautin, « Ballade pour Leroy », traduit de l’anglais (États-Unis) par Hélène Fournier, Editions Albin Michel, Collection Terres d’Amérique, 2016, 292 pages

« La vie rêvée de Virginia Fly » d’Angela Huth

Je ne pense pas que je me serais retournée sur ce roman, à première vue… Mais la magie des blogs a, une nouvelle fois, opéré grâce à Sonia! Son billet, ainsi que son rappel lors de son bilan de fin d’année (et cette sublime couverture!), m’ont vraiment donné envie de faire la connaissance de cette Virginia Fly!

Il m’est assez difficile de qualifier ce roman à vrai dire. « La vie rêvée de Virginia Fly », c’est avant tout une rencontre. A première vue, la vie de cette femme de 32 ans vivant toujours chez ses parents dans une banlieue campagnarde de Londres, n’a vraiment rien de palpitant. Chaque personne qui a un jour croisé son chemin peut en témoigner :

(…) c’était une jeune femme extrêmement comme il faut, sensée et réservée, avec un regard sur les choses non dépourvu d’humour. (p.197)

Mis à part son métier de professeur de dessin, c’est le calme plat. Pas de sortie, pas d’amis. D’ailleurs, c’est peut-être à cause de ce manque cruel d’animation dans sa vie sociale, que sa maman est constamment sur son dos. Et les amours? C’est tout le nœud du problème! Virginia n’a jamais connu d’hommes… Ce qui arrange bien sa maman, évidement! Quel bonheur d’avoir une petite fille qui réserve son intimité pour le mariage. Mais pour la jeune femme, cela relève moins d’un choix, que d’avoir déjà rencontré un homme « correct ». Ceci étant, notre chère Virginia est une femme comme les autres, avec des désirs! En témoignent les fantasmes qui la font frémir à tout heure de la journée, dès qu’elle ferme les yeux.

Elle avait cette vision merveilleuse d’une main d’homme lui caressant le corps, lui causant le le long de l’épine dorsale le genre de frisson qui incitait ses doigts à fermer machinalement les trois boutons de son cardigan, et l’instant d’après elle s’entendait déclarer avec un calme admirable : « Miranda, je crois que c’est ton tour d’effacer le tableau. » (p.9)

Derrière le petit oisillon que tout le monde (sur)protège, se cache une demoiselle qui souhaite voler de ses propres ailes et écrire elle-même sa vie. Mais l’homme à la moustache qui apparaît dans ses rêves les plus torrides, viendra-t-il un jour à elle?

C’est à l’occasion du tournage d’une émission de télé ayant pour sujet l’amour autour du mariage, que Virginia espère un tournant dans sa vie amoureuse.

Quelqu’un, quelque part, serait peut-être touché par ce fameux sourire. (p.49)

Entre-temps, elle rencontrera pour la première fois Charlie, cet américain avec qui elle correspond depuis 12 ans. Il y aura aussi Ulick Brand, mis sur sa route grâce à l’intervention de Mrs Thompson, une londonienne séduite par le portrait de Virginia dans l’émission de télé.

Une affinité s’est créée avec Virginia, mais elle ne s’est pas faite immédiatement. Alors qu’elle me semblait vraiment nunuche au tout début du roman, l’héroïne présente au fur et à mesure de ses rencontres une personnalité en décalage avec l’image lisse qui lui colle inévitablement à la peau. Ce que j’ai aimé, c’est sa répartie et son humour décalé, parfois même très direct.

Dans ce roman, on parle de pression familiale, de la recherche de l’amour, de ce monument un peu inaccessible qu’est le mariage, mais aussi de sa place dans une société pas toujours très honnête. Des sujets qui sont très modernes, et pourtant, ce roman a été écrit en … 1972!

Si vous aimez le style « so british », l’humour parfois cynique et les personnages bien travaillés, je vous conseille ce très chouette roman!

Angela Huth, « La vie rêvée de Virginia Fly », traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Anouk Neuhoff, Éditions Quai Voltaire, 2017, 218 pages