Archives du mot-clé Amitié

« Les jours sucrés » de Loïc Clément & Anne Montel

A 28 ans, Églantine est contrainte de quitter pour quelques jours la ville lumière, pour la Bretagne, suite au décès de son papa. Cela fait des années qu’elle n’a plus eu de nouvelles de lui, après avoir été mise à la porte avec sa maman, mais le notaire tient à la rencontrer. Et pour cause, Églantine hérite de « Brav eo« , la boulangerie de son père, qui connaissait un très beau succès en son temps. Mais pour cette graphiste qui aime vivre à la ville, cette nouvelle est plutôt un fardeau. A Klervi donc, elle retrouve néanmoins ses souvenirs d’enfance, les personnes qu’elle a connues, comme Gaël son amoureux d’école, ou encore Marronde sa grand-tante qui travaillait avec son père à la boulangerie. Ce retour aux sources, et cette nouvelle opportunité qui s’offre à elle, lui permettront-ils d’envisager un avenir qu’elle n’aurait jamais soupçonné?

Quel bonheur cette bande dessinée! J’ai tourné chacune des pages avec envie, toujours un sourire en coin. Dès le début, j’ai été envoûtée, imprégnée de cette ambiance  cocooning. C’est vraiment un album doudou! Malgré cette triste nouvelle qu’est le décès d’Eugène, le reste de l’histoire se veut lumineuse. La bonne humeur y est contagieuse! J’ai adoré suivre cet épisode inattendu dans la vie d’Églantine, j’ai attendu avec fébrilité sa décision quant à la poursuite, ou non, de « Brav eo ». J’y ai également été témoin de son évolution personnelle. Cette jeune fille plutôt pessimiste, qui s’ouvre au fil des rencontres dans Klervi, avec Marronde, Gaël, ou encore ce notaire trop comique aux allures de Chat Botté. Même s’ils sont secondaires, ces personnages sont aussi importants que l’histoire de fond, car outre leur personnalité sympathique et bien trempée, ils ont une part très active dans le dénouement des événements.

Coup de cœur pour le scénario, mais aussi pour ces très beaux dessins colorés, qui collent parfaitement à l’ambiance bon-enfant. Mention spéciale pour les quelques petites recettes laissées ci et là, des succulentes pâtisseries d’Eugène.

Une très jolie bande dessinée, qui conviendra parfaitement tant aux enfants qu’aux adultes au cœur d’artichaut (jeu de mots pour ceux qui l’ont lu!). Attention pour les plus gourmands, la tentation est à chaque page… mais conseil d’amie, n’y succombez pas trop longtemps! En tout cas pour ma part, j’ai dégusté cet album jusqu’à la dernière miette 🙂

Loïc Clément (scénario) et Anne Montel (dessins), « Les jours sucrés », Editions Dargaud, 2016, 140 pages

 

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez Mo’!

Publicités

« Corps sonores » de Julie Maroh

Y’a pas une seule boîte magique dans laquelle tout le monde peut piocher son bonheur. (p.90)

C’est avec beaucoup de curiosité et d’enthousiasme que j’ai parcouru ce nouvel album de Julie Maroh paru en 2017, après mon coup de coeur pour son premier titre « Le bleu est une couleur chaude« .

« Corps sonores », c’est un condensé de vies, de chemins, de parcours. Avant tout, Julie Maroh a voulu rendre un hommage émouvant à toutes ces formes d’amour qui existent. Et je ne parle pas des couples « standards » auxquels on pense en premier lieu (tiens, tiens, on reparle de « standards » :D). Homosexuels, bisexuels, trans, androgynes, couple à trois… l’auteure met en lumière toute une série de rencontres qui sortent de l’ordinaire. Parce que ces amoureuses et ces amoureux ont, eux aussi, le droit de dévoiler leur identité et leurs différentes affections. Elle introduit d’ailleurs son ouvrage avec cette petite mise au point, et quelques mots d’une très belle chanson de Barbara. Quelle entrée en matière!

Contrairement à la BD « Le bleu est une couleur chaude », qui parlait aussi d’une relation amoureuse homo et de la quête d’identité sexuelle, le style est ici plus sombre et plus direct. Il y manquait, à mon sens et pour certaines planches, de filtres. Sans doute que ce procédé a été utilisé pour mieux marquer les esprits.  Ceci étant, il s’agit d’un bel objet avant tout, où l’uniformité est totale avec les tons gris bleutés employés pour chacune des pages. Dans ces histoires, on y pleure, on y crie, on y voit l’espoir aussi, on y trouve l’amour.

Une quinzaine de portraits s’enchaînent donc. Parfois, seules quelques pages permettent de mettre le doigt sur une blessure profonde, ou encore une rencontre qui bouleverse tout. Qu’il soit question de retrouvailles ou de ruptures, ces planches sont bouleversantes et marquantes. Je n’ai pas adhéré à l’ensemble des histoires, mais j’ai apprécié le projet dans son ensemble.

Évoquer tous ces « Corps sonores » est une juste preuve de tolérance et d’ouverture. Des expériences, mais aussi des dessins, que l’on ne croise pas à chaque coin de libriairie, et j’ai beaucoup aimé être bousculée de cette façon ! Je tiens également à souligner la finesse, même dans les dessins les plus explicites, avec laquelle Julie Maroh décrit les sentiments humains.

Julie Maroh, « Corps sonores », Éditions Glénat, 2017, 300 pages

Je rempile donc pour une nouvelle année riche en BD, aux côtés de noukette cette semaine!

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

« Les optimistes meurent en premier » de Susin Nielsen

Perdre un membre de sa famille est insupportable. Mais quand on est une ado et qu’on se sent,  en plus, coupable de la disparition tragique de sa petite soeur, on peut être amené à se créer un monde où l’on se sentira davantage protégé. Pour Pétula, c’est simple : les optimistes ne sont pas assez vigilants et, au moment où leur attention baisse, BAM!, c’est là où le bât blesse! Sa théorie se tient, c’est un fait certain! Pétula fait un détour énorme juste pour éviter un chantier près de chez elle, elle évite au maximum les contacts avec les autres élèves de son lycée, elle ne touche à rien lorsqu’elle se trouve dans un lieu public, elle fait très attention à ce qu’elle mange. Le pire à ses yeux : les accidents domestique et souvent bêtes.

Et le joli petit chat en origami réalisé par Fanny et ses doigts de fée 🙂

Pour tenter de réduire ses angoisses, Pétula participe en effet à un atelier d’art-thérapie chaque semaine, avec d’autres jeunes qui connaissent eux aussi un profond mal-être. C’est là qu’elle rencontre Jacob Cohen, surnommé « l’Homme bionique », en raison de sa prothèse au bras, perdu lors d’un accident de la route. Derrière sa grande connaissance cinématographique, son charisme certain et sa générosité, le « petit nouveau » semble faire de son passé, un sacré mystère…

En commençant ce nouveau roman de l’incroyable Susin Nielsen, se dessine directement un portrait atypique, mystérieux, qu’on a très vite envie de creuser. C’est cette chère Pétula. Une grande fragilité, malgré l’image qu’elle veut renvoyer, frappe immédiatement. J’ai eu très envie de la protéger, d’emblée, et d’en savoir plus sur son histoire personnelle. Elle se sent absolument coupable du décès de sa petite soeur Maxine, et n’arrive pas à se le pardonner. Et même si ses parents ont tout fait pour recréer un climat serein au sein de leur famille, Pétula se rend bien compte qu’ils tentent aussi d’échapper à la réalité, à leur manière.

Tout comme dans « Le journal malgré lui de Henry K. Larsen« , Susin Nielsen aborde des sujets graves tels que le deuil, la culpabilité, la recherche de soi, sa relation avec le monde et les autres. Et à nouveau, elle amène ces sujets sur un ton agréable, avec un côté décalé et énormément d’humour qui nous permet de nous attacher immédiatement aux personnages. Elle ne joue pas du tout la carte du mélodrame ni de la lourdeur, même s’il y a cet événement très triste à la base du roman. Les personnages, justement, c’est vraiment ce qui fait la force de Susin Nielsen. Une belle bande d’ados, réunis par hasard lors des ateliers « ARTPSY », qui se feront petit à petit confiance, s’épauleront mutuellement, jusqu’à appréhender les démons qui les rongent et à entrevoir un avenir plus serein, plus lumineux. Et puis, il y a aussi le directeur de l’école de Pétula, ses parents qui sont des caractères bien trempés aussi…

Le fait d’avoir lu à intervalle assez rapproché « Le journal malgré lui… » et « Les optimistes… » m’a permise de comprendre assez vite les dénouements dans ce nouveau titre. Cela n’a rien enlevé au plaisir de me plonger dans cette aventure mais il y a eu l’effet de surprise en moins.

Un humour exceptionnel, une ambiance faite de bons sentiments, qui s’étend au-delà des pages, mais avec un vrai message d’espoir rempli d’humanité, font clairement le talent de Susin Nielsen. De même qu’une incroyable facilité de narration, qu’on traverse sans aucun ennui. On ne peut juste plus lâcher le roman une fois commencé.

C’est surtout ce travail de reconstruction qu’opère Pétula qui m’a le plus touchée, et Dieu sait le nombre de tuiles qui lui tombent dessus durant toute cette histoire! Je suis d’accord, il y a ce petit côté « happy ending », qui m’a un tout petit peu (vraiment un tout petit peu) ennuyée, mais au final, c’est un roman qui fait le plus grand bien. Je m’en rappellerai d’autant plus que je l’ai partagé avec mon amie Fanny (lien vers son billet ici) et qu’il m’a remonté le moral durant une semaine horrible pleine de microbes!

Marie-Claude a beaucoup aimé aussi! Encore merci à toi de m’avoir fait découvrir cette auteure, que je compte parmi mes préférées en jeunesse, depuis.

Merci aux éditions Hélium/Actes Sud de m’avoir envoyé ce nouveau roman!!

Susin Nielsen, « Les optimistes meurent en premier », traduit de l’anglais (Canada) par Valérie Le Plouhinec, Editions Hélium, 2017, 192 pages

« Entre ici et ailleurs » de Vanyda

Après de nombreuses années en couple, Coralie a bien du mal à trouver ses marques dans sa nouvelle vie de célibataire. Elle n’a jamais vécu seule et c’est avec grande maladresse et désordre qu’elle poursuit son chemin dans son appartement. Suite à une boutade avec son petit frère Thibaut qui descend régulièrement de Paris pour partager des soirées jeux vidéo,  elle lui lance un défi : s’inscrire à un cours de capoeira! Coralie ne s’imagine pas que s’investir dans ce sport va la transformer. Est-ce qu’elle gagne en assurance? Est-ce qu’elle s’ouvre davantage aux autres, grâce à cette pratique? Le fait est qu’elle fera tout une série de rencontres, dont certaines se révèleront essentielles dans ses choix personnels.

Le personnage de Coralie est d’une telle fraîcheur! Sympathique, souriante, amusante, sans prise de tête, elle est la fille un peu paumée, qui galère avec les garçons, et en même temps, cette maladresse la rend réellement attendrissante. On a envie de l’avoir comme copine! Comme dans ses autres albums, Vanyda donne vie à une panoplie de personnages, que ce soit les copains de la Capoeira, la collègue à l’ironie fabuleuse et adepte des sites de rencontres, le frérot un peu gamin avec qui Coralie partage une vraie complicité, au nouveau venu du bureau et à la dégaine bien mystérieuse. Une rencontre en particulier ouvrira les yeux de la jeune fille sur un pan de sa vie qu’elle n’avait jamais vraiment exploré, c’est Karim. Karim est algérien, c’est un garçon qui ne s’ouvre pas beaucoup, un peu mal dans sa peau et désorienté, qui tente de se poser les bonnes questions sur ses origines et sa place dans un pays qui n’est pas vraiment le sien. S’ensuit entre eux un véritable débat sur les enfants d’immigrés, puisque Coralie est d’origine laotienne, du côté de son papa, et c’est exactement cette partie-là de l’album qui m’a passionnée. En effet, en commençant cette histoire de fille ordinaire, j’espérais lire autre chose que les élucubrations d’une presque trentenaire.

Vanyda explore bon nombre de sujets autour du thème de l’immigration : le racisme, la stigmatisation, l’ouverture, le multiculturel. Et surtout, avec finesse, parfois une pointe d’humour, une grande justesse, et tout en modestie. Elle les exploite à travers des scènes du quotidien qu’on a toutes et tous rencontrées. Autour de ses longs échanges avec Karim, Coralie se reconstruit, sur bases de sa différence et de sa culture laotienne.

C’est un album qui transmet de belles valeurs, d’humanité, de tolérance, de respect de l’autre et d’ouverture. C’est sans doute aussi le plus personnel de Vanyda, puisqu’on ressent clairement la part autobiographique. Appuyé bien sûr par un style artistique qui flirte à la fois avec le manga et qui est par ailleurs très réaliste, avec des images du quotidien qui nous parlent. Une très belle surprise pour moi, donc!

Vanyda, « Entre ici et ailleurs », Editions Dargaud, 2016, 192 pages

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez Moka!

« Acquanera » de Valentina d’Urbano

Il y a des livres qui viennent à vous, naturellement, au détour d’un rayon à la bibliothèque. On se laisse guider par son instinct et on se lance, sans savoir vers où on va. Je me suis laissé aller avec ce titre, dont je n’avais jamais entendu parler ni dans la presse ni sur les blogs. Et quelle charmante surprise!

IMG_2262

Fortuna revient dans son village natal Roccachiara, un patelin situé dans les montagnes au nord de l’Italie, souvent humide et sombre, jouxtant un lac bien mystérieux. Ce n’est pas de gaieté de cœur qu’elle décide de revoir sa mère Onda, une femme aigrie, voire méchante, qui souffre depuis toujours de ses fantômes intérieurs. Une vie qu’elle a quittée voilà déjà 10 ans. Fortuna est issue d’une famille modeste, uniquement constituée de femmes, et qui ont toujours été considérées comme des êtres dont il fallait se méfier, dotées d’étranges pouvoirs. Une réputation qui leur colle à la peau génération après génération, instaurant une peur démesurée auprès des habitants de Roccachiara. Un élément en particulier pousse la jeune femme à remettre les pieds là-bas : la découverte d’un squelette, qui pourrait bien être celui de son ancienne meilleure amie, Luce.

4 générations de femmes, Clara (l’arrière grand-mère), Elisa (la grand-mère), Onda (la mère) et Fortuna (le personnages principal) se succèdent dans ce roman, où leur quotidien est déployé dans une langue aux allures aussi bien poétique que tranchante. Dans cet univers froid et sombre qu’elle plante à merveille, Valentina d’Urbano crée des identités féminines très fortes certes, mais en marge d’une société qui ne veut pas les accepter à cause de leurs différences.

Je freine d’habitude des quatre fers face aux histoires mystiques, mais j’avoue que l’ambiance de « Acquanera » m’a littéralement envoûtée! On se prend très vite à ces destins brisés de femmes à qui on ne laisse aucune chance, pour des particularités qu’elles finissent par subir et regretter. Seule Fortuna tentera de casser cette malheureuse réputation en essayant de vivre une vie normale de petite fille, en allant à l’école et en essayant de faire des copines. C’est ainsi qu’elle se rapprochera de Luce, une fille tout aussi bizarre, qui préfère passer son temps libre parmi les tombes dont s’occupe son père, le croque-mort du village. Il s’agit donc également d’une belle histoire d’amitié, dans une dimension passionnelle et étouffante.

Ces personnages féminins sont pour moi une grande réussite! Elles arrivent à prendre tout l’espace du livre et à envelopper le lecteur dans leur quotidien peu ordinaire. Sans avoir développé une réelle empathie envers elles, certaines étant purement et simplement repoussantes, je me suis cependant accrochée à ce qu’elles vivent en espérant même, pour certaines encore une fois, un avenir plus lumineux.

C’est un roman qui se lit vite, grâce notamment à la maîtrise du suspens dont fait preuve l’auteure. Il me marquera longtemps pour son atmosphère hypnotisante, parfois malsaine.

Une excellente surprise en ce qui me concerne, qui me donne envie de lire le premier roman de cette jeune auteure, « Le bruit de tes pas » publié en 2013.

Valentina d’Urbano, « Acquanera », (traduit par Nathalie Bauer), Editions Philippe Rey, 2015, 352 pages.