Archives du mot-clé Dès 2.5 ans

« Au bureau des objets trouvés » de Junko Shibuya

img_2852

Au bureau des objets trouvés, où travaille ce charmant petit chien, on y pioche des écharpes douillettes, des habits de soirée, des lunettes, des chapeaux

Chaque jour, les propriétaires malheureux s’y rendent pour tenter de retrouver ce qu’ils ont malencontreusement perdus. On y découvre alors qu’il s’agit de bien plus qu’un simple accessoire : c’est une partie intégrante d’eux-mêmes qui leur est restitué. De quoi leur redonner du baume au cœur! Quant au petit chien, c’est un véritable bonheur que d’aider ces visiteurs!

fullsizerender fullsizerender1fullsizerender3

Voilà un album qui ne paie pas de mine, mais que j’ai trouvé très sympa! Au fil des pages, on s’est amusé avec mon fils à deviner qui se cache derrière l’animal dévêtu, et qui essaie de retrouver une partie bien caractéristique de lui-même. Tout ce qui touche aux animaux généralement plaît beaucoup mais il y a ici cette idée supplémentaire de partage, d’entraide, de générosité.

Enfin, on découvre à la fin du livre que celui qui est derrière le bureau des objets trouvés est en réalité le petit-fils du chien qui y travaille d’habitude, et qui, très satisfait de sa journée grâce à toutes ces rencontres, souhaite y retourner !

Junko Shibuya, « Au bureau des objets trouvés », Editions Actes Sud Junior, 2016

Publicités

« Grosse colère » de Mireille d’Allancé

« Grosse colère » est apparemment LA référence pour aborder cette émotion avec son enfant. A une période où nous traversions une vague de cris, de « NON » et de colères, c’est le titre que m’a présenté la bibliothécaire. J’en ai emprunté plusieurs, aux styles différents, tantôt basé sur le texte et le message, tantôt avec des images plus présentes. Et c’est vers ce livre-ci que s’est tourné mon petit garçon (rappel, qui a 3 ans). Je ne sais vraiment pour quelles raisons, il a immédiatement accroché. Je crois qu’il a été surpris par la grosse « bête » rouge qui s’échappe de la bouche de Robert, métaphore de sa propre colère. IMG_2443

Après une journée visiblement pénible, le petit garçon prénommé Robert râle sur le repas du soir qu’il refuse de manger, met des saletés partout dans la maison avec ses baskets poisseuses, et ne veut pas écouter son papa. Envoyé dans sa chambre pour se calmer, il externalise sa colère en crachant une « Chose » rouge qui retourne toutes ses affaires : son lit, ses jouets, sa bibliothèque. C’est un véritable ouragan! Au fur et à mesure de ce carnage, Robert range ses affaires et fait la morale à la « Chose » qui commence doucement à rétrécir. Elle finit dans une boîte que le garçonnet range dans un coin de sa chambre. Envolée la « bébête », en même temps que son énervement. J’ai trouvé cette fin, symboliquement, représentative et bien imagée.

Le coup de crayon est particulier, assez vif, comme si le dessinateur avait gribouillé en quelques secondes. C’est sans doute pour coller au sentiment d’empressement, d’impatience qui y est abordé. Symboliser la colère à travers une grosse bête rouge, mais à la bouille finalement peu effrayante, a permis d’attirer l’attention de mon garçon, voire de le fasciner. Le fait, ensuite, de l’enfermer dans une petite boîte, donne à l’enfant une vision extérieure de sa propre colère, et une solution pour s’en débarrasser.

IMG_2444 IMG_2445FullSizeRender

Il s’agit d’un outil intéressant, un point de départ, pour parler des premiers tourments que ressentent les enfants. Il permet de mettre des mots sur un état qu’ils découvrent, et ils se voient à travers Robert.

Je crois qu’on a dû lire ce titre une bonne soixantaine de fois, souvent plusieurs fois d’affilée. Je suis ravie de ce livre! Pour le moment, c’est le seul qui nous aide à aborder ce sujet et à attirer l’attention de mon p’tit mec sur ses propres sautes d’humeur.

Mireille d’Allancé, « Grosse colère », Editions L’Ecole des Loisirs, 2001.

« Une place au soleil » de Jean Leroy et Sylvain Diez

Pour mon petit garçon, j’essaie toujours de lui dégoter des albums liés à une période de l’année, une fête, une saison, un événement ou des émotions qu’il traverse. L’idée est de lui offrir des mots et des images qui l’accompagnent dans ce qu’il vit à ce moment-là, comme pour faire écho.

Mes choix se basent donc principalement par thèmes, et en ce moment, vous l’aurez compris, ses lectures sont remplies de soleil, de sable chaud et renvoient à la détente et au dépaysement. IMG_2235

Ce titre-ci, je pense qu’on a du le lire une cinquantaine de fois 🙂 Je suis aussi fan que lui! Des couleurs, de l’esprit vraiment enfantin qui flotte parmi les pages, sans oublier la petite morale de l’histoire que j’apprécie beaucoup!

C’est l’histoire d’une souris qui tente de bronzer en toute quiétude sur sa serviette de plage, mais malheureusement, elle se retrouve trop souvent importunée par ses voisins (situations très souvent vécues, n’est-ce pas?!). Zones d’ombre, bruit, incivilités diverses… ce moment qui devait être pure détente se transforme en bras de fer avec les autres animaux venus eux aussi profiter du sable. Elle se retrouve alors sur une île déserte, toute seule… Le pied, se dit-elle! Pas tant que cela, finalement…

FullSizeRender FullSizeRender[1]FullSizeRender[3]

La longueur du texte est idéale pour mon bonhomme de 3 ans! Il suit l’histoire, s’imprègne de l’atmosphère et du sens des messages. De mon côté, je suis fan des couleurs, des dessins et de cette petite souris râleuse, qui me fait drôlement penser à quelqu’un…

Un court album parfait pour la saison estivale, un clin d’œil drôle et sympa sur ces anecdotes de vacances qui nous font bien souvent sourire! Il aborde aussi, mine de rien, le vivre ensemble, la capacité à accepter l’autre, et à trouver un compromis pour que tout le monde s’y retrouve. Une très belle découverte!

« Une place au soleil », Jean Leroy et Sylvain Diez, Editions Kaléidoscope, 2014