Archives du mot-clé Fêtes

« Le Dragon déchaîné » d’Effel

A quelque jours de la Ducasse de Mons, l’ambiance torride et bon enfant prend doucement place. Les premières notes de l’hymne local, le « Doudou », s’élèvent au détour des rues à pavés. Les montois qui attendent cet événement depuis un an sont impatients de démarrer ces Prévisualiser les modifications (s’ouvre dans une nouvelle fenêtre)nouvelles festivités, bien connues dans la région. Pour la petite info, la Ducasse de Mons est un événement qui mêle le folklore festif au protocole religieux, qui fut reconnue patrimoine immatérielle de l’Unesco en 2005. C’est LE rendez-vous incontournable, avec comme apogée le combat dit Lumeçon qui se déroule le dimanche de la Trinité. Saint Georges se livre à une lutte sans merci durant pratiquement 45 minutes avec le Dragon venu menacer la cité. L’opposition entre le Bien et le Mal, pour la survie de la ville et de ses habitants.

Mais un fait bien plus dramatique vient tout juste de frapper le cercle très fermé de la réalisation du combat : Saint Georges, ou plutôt celui qui l’incarne, Gabriel Degand, vient d’être retrouvé mort. On apprend rapidement grâce à l’autopsie qu’il s’agit d’un meurtre. Tout le petit monde qui entoure le Combat est choqué, mais aussi très inquiet pour le déroulement de cette nouvelle édition.

Arthur Rémy, journaliste local à « La Voix de Mons » est mis sur l’affaire. Il a pour mission de s’immiscer dans l’équipe de réalisation du Lumeçon, avec l’aide précieuse de son vieil ami Didier Renuart, commissaire à la police locale. L’objectif, savoir qui est l’auteur de ce drame, un certain Dragon déchaîné, et surtout, déjouer l’autre coup qu’il prépare pour le jour J, celui du Combat.

Au fil des interviews et du temps passé dans cette drôle de « famille », l’enquête suit doucement son cours. Arthur et son acolyte découvrent, de l’intérieur, l’organisation si minutieuse de cette fête populaire. Ils restent en éveil pour déceler la moindre piste qui pourrait compromettre la menace, très sérieuse, du Dragon déchaîné.

Je ne vais pas vous le cacher plus longtemps, je connais bien l’auteur de ce premier roman belge! Et commencer son livre fut un énorme plaisir car j’y ai retrouvé sa plume soignée, son humour subtil, ses clins d’œil à un environnement qui m’est familier. Mais tout n’était pas forcément joué!

J’ai directement plongé dans cette enquête qui se passe en plein cœur de l’organisation du Lumeçon grâce à un style particulièrement prenant. Même si l’auteur se doit de rappeler les moments clefs du folklore montois, dans un esprit de bienveillance pour les lecteurs qui ne le connaissent pas, cela ne m’a pas dérangée car l’enquête journalistique et policière surplombe cet aspect plus descriptif. J’ai particulièrement apprécié le duo Rémy/Renuart qui est complémentaire et attachant. Le rythme est haletant : on alterne entre les rencontres du journaliste, et le déroulement des ultimes jours qui précèdent le fameux dimanche où le Dragon Déchaîné a prévu une nouvelle fois d’attaquer. Effel mêle folklore, ambiance, ce petit grain de folie propre à la Ducasse de Mons, et les éléments policiers. Tout cela forme un tout agréable à lire et addictif. On a envie de savoir qui se cache derrière ce Dragon Déchaîné!

C’est une immersion totale dans un folklore unique, tout à fait accessible aux non-montois. Suivre l’enquête dans cette atmosphère festive est un parti pris original, et réussi pour ma part. Par ailleurs, l’auteur fait preuve d’une grande connaissance de la Ducasse, tant sur le plan historique que religieux. On sent toute la passion qui l’anime autour du sujet! Il le transmet en tout cas à ses lecteurs.

Un très chouette premier roman, particulièrement maîtrisé. Il faut dire, l’auteur a mis 4 ans pour l’écrire! Je vous invite chaudement à vous plonger à votre tour dans cette ambiance et à vous laisser embarquer au fil des pensées d’Arthur Rémy!

Le « Dragon Déchaîné » fut finaliste du Prix Fintro, un prix belge qui récompense les premiers romans polar. 2017 était la première édition et la suivante est d’ores et déjà prévue.

Effel, « Le Dragon déchaîné », 180° éditions, 2017, 300 pages

Une lecture inscrite au rendez-vous « Mauvais genre » du mois belge organisé par Anne

Publicités

Derniers coups de coeur « petits lecteurs »

Les derniers trésors trouvés à la bibliothèque qui m’ont autant plu qu’à mon bonhomme!

picmonkey-collage

« Ça n’existe pas! » Ella Bailey

A quelques jours d’Halloween, Violette se rend compte de quelques bizarreries dans sa maison. Les objets changent de place tout seuls, des chaussettes disparaissent, c’est le fouillis dans la cuisine, et même le frigo. Mais inutile de céder à la panique, Violette a toujours une réponse très pragmatique pour expliquer ces situations bien mystérieuses. Puisque… les fantômes n’existent pas!

Cet album sur le thème d’Halloween est un vrai bonheur pour les yeux! Je suis complètement fan de ces illustrations, colorées et sobres à la fois. J’y ai trouvé un petit côté « seventies », allez savoir pourquoi! Le petit plus qui a bien amusé mon loulou: chercher les fantômes bien cachés parmi ces pages. Un chouette texte pour rassurer et expliquer la peur.

img_2775 img_2774 img_2776Ella Bailey, « Ça n’existe pas! », traduit par Vanessa Rubio-Barreau, Gallimard Jeunesse, 2014

« Papa à grands pas » Nadine Brun-Cosme et Aurélie Guillerey

Ce matin, c’est papa qui conduit Mathieu à la crèche. Mais sa voiture qui se fait vieille a beaucoup de mal à démarrer. Après plusieurs essais, ils peuvent enfin prendre la route. Mais arrivés à la crèche, Mathieu est sceptique : est-ce que papa pourra venir le rechercher en fin de journée, si sa voiture ne démarre plus? Évidemment! Et ce ne sont pas les solutions qui manquent…

Avec ces quelques pages, c’est l’imagination et la créativité des petits qui sont sollicitées! Comment papa peut-il arriver à la crèche sans voiture? Il y a le tracteur du voisin, l’aide des oiseaux pour voler jusque là, une petite barque improvisée, un grand trou dans la terre. « Oui mais », « Et si? », Mathieu a toujours une bonne réponse pour ébranler les plans B de papa. N’oublions pas que papa, c’est le plus grand et qu’il peut aller partout. Outre ces idées les plus folles qui amusent beaucoup les petits, la relation père-fils est toute minouche. Une complicité à part, qui fait sourire.

De courts paragraphes, superbement mis en valeur par des dessins qui prennent toute la place, qui se suffisent presque à eux seuls.

picmonkey-collage2 img_2780 img_2781

Nadine Brun-Cosme et Aurélie Guillerey, « Papa à grands pas », Editions Nathan, 2015

« C’est l’heure! » Katie Cleminson

Les rituels dans une journée, c’est ce qui rassure le plus les enfants. Savoir ce qu’on fait après le réveil, où on va passer la journée, ce qu’on va manger… sans oublier toutes les habitudes du soir si importantes à leur développement! C’est autour de toutes ces activités du quotidien que traite cet album, de façon très poétique. Il revient sur la journée-type d’un petit garçon, du réveil jusqu’au coucher. Se laver, s’habiller, aller à l’école, jouer, manger, prendre son bain, lire son livre préféré, se coucher, rêver. La journée se déroule avec la complicité de ses amis les animaux sur un ton doux. Des dessins et des bribes de phrases qui ont eu un écho particulier auprès de mon fils. Il s’est beaucoup retrouvé à travers ce héros d’un jour. Lire et relire ce livre en fin de journée, c’est se repasser tous les jolis souvenirs des heures qui viennent de s’écouler. Un moment pour souffler, et savourer ce qui vient de se passer.

img_2783 img_2784 img_2785 img_2786

Katie Cleminson, « C’est l’heure! », traduit par Elisabeth Duval, Editions Kaléidoscope, 2010

De petites perles qui font notre bonheur le soir quand vient le moment de se calmer et de se poser dans le fauteuil avec un bon livre en mains. J’affectionne de plus en plus ces albums que je trouve hyper moderne, abouti, avec de beaux messages qui marquent profondément les petits.

2 albums pour la Saint-Nicolas

Aujourd’hui, la Belgique (et la Hollande) a célébré la Saint-Nicolas, le grand patron des écoliers. A cette occasion, les parents et les écoles préparent tout un lot de surprises pour les petits (et grands) enfants en offrant un cadeau, des friandises et surtout du spéculoos miam miam! Saint-Nicolas, j’en entends parler depuis des semaines! Mon petit bonhomme est en effet très intrigué par ce grand monsieur à la longue barbe blanche et au costume assez impressionnant. Même s’il sait qu’il est très gentil et qu’il offre des cadeaux, ce n’est pas pour autant qu’il est rassuré quand il le croise! Par contre, les livres à son sujet, il en raffole!

Voici deux albums qu’on a beaucoup lu ces dernières semaines.

« La légende de saint Nicolas » de Sophie de Mullenheim (texte) et d’Axelle Vanhoof (illustrations), publié chez Auzou (2015). 

img_2739

Cet album est le plus « sérieux » des deux, mais le plus poétique aussi. Il est porté, comme son titre l’indique, sur la légende (ou en tout cas, une des légendes!) de Saint-Nicolas. Trois frères se perdent en pleine forêt, après avoir ramassé des graines à rapporter chez eux pour que leur maman les cuisinent. Ils trouvent alors une maison et demandent à son propriétaire s’ils peuvent y être hébergés pour une nuit. Ils ne se doutent pas qu’il s’agit de la maison d’un méchant boucher. Ce dernier les tue, les coupe en morceaux (euh oui, j’ai eu un peu peur en racontant ce passage à mon petit de 3 ans!) et en fait un petit salé. Sept ans plus tard, le bon Saint-Nicolas, qui offre tant de bonheur autour de lui, se fait inviter chez ce même boucher. Pour secourir les enfants, à tour de magie, évidement!

img_2740 img_2743img_2742C’est doux, malgré le personnage du méchant boucher. Mais comme dans toutes les histoires pour enfants, la fin se termine bien! Les illustrations aux jolies couleurs sont agréables à regarder. Le plus? Une bouille bien sympathique pour le Saint-Nicolas qui inspire particulièrement la confiance. Parfait pour les petits qui en ont encore peur!

« Saint Nicolas » de Liesbet Slegers, édité chez Clavis (2011).

img_2747Cet album s’adresse, selon moi, aux plus jeunes enfants encore. Au moyen de beaux et grands dessins, moins précis mais beaucoup plus colorés, il aborde les étapes et événements qui précèdent la nuit du 6 décembre : les enfants tout excités dressent leur liste de cadeaux, font de jolis dessins, préparent leurs chaussons accompagnés d’une carotte pour le cheval de Saint-Nicolas. Pendant ce temps Saint-Nicolas, accompagné de ses fidèles Pères Fouettard, prépare cadeaux et gourmandises pour les enfants, avant de se lancer dans sa grande distribution.

fullsizerender img_2745Dans ce livre, ce sont toutes les émotions liées à l’excitation autour de la fête qui surgissent. Une excellente manière d’expliquer aux tout-petits comment se préparer à la venue du grand Saint-Nicolas et l’accueillir dignement!

Heureusement que Saint Nicolas existe ! C’est sympa de recevoir un cadeau de maman et papa, mais en recevoir un de Saint Nicolas, c’est mille fois mieux. Et toi, mettras-tu bientôt ton petit soulier près de la cheminée?

Encore une bonne fête de Saint-Nicolas aux petits et grands (eh oui, on en profite aussi!)!