Archives du mot-clé Handicap

« Les petites victoires » d’Yvon Roy

Merci, merci, merci Yvon Roy! Grâce à cette petite pépite, vous m’avez sortie d’un état proche de la déprime qui me touchait pratiquement depuis l’éprouvante lecture du dernier Joyce Maynard (on en reparle plus tard). Mais comment ai-je fait pour passer autant de temps sans lire une BD en plus! Allez hop, me revoilà en selle pour le rendez-vous du mercredi!

Marc et Chloé filent le parfait amour depuis quelques temps. Tout semble en équilibre dans leur vie, alors ils se lancent dans le projet d’agrandir leur famille. Olivier naît peu après, pour leur plus grand bonheur! Surtout celui de Marc, qui, inconsciemment, se projette énormément à travers son fils. Mais alors que leur bébé fête ses 18 mois, les jeunes parents se rendent compte que quelque chose cloche. Leur petit n’évolue pas comme la « normale », il ne parle pas du tout, semble « ailleurs ». Après des examens, la réponse à leurs questionnements tombe : Olivier est autiste.

A partir de ce jour, Marc et Chloé vont devoir apprendre à revoir tout le système d’éducation qu’ils avaient imaginé pour leur enfant. C’est leur quotidien qui est chamboulé avec cette nouvelle. D’ailleurs, leur couple ne résistera malheureusement pas à cette épreuve. Néanmoins, ils feront tous deux preuve d’une incroyable complicité et tenteront de rester unis quoi qu’il arrive, pour le bien-être du petit Olivier.

« Les petites victoires », c’est avant tout un grand message d’amour d’un père envers son garçon. Après avoir fait le « deuil » de la famille qu’il s’était imaginé, Marc accompagnera Olivier dans chacune des grandes étapes de son évolution et de sa vie, en laissant de côté sa vie personnelle et professionnelle. Ce qui est incroyable dans ce témoignage, c’est le courage de ce papa qui se sent parfois pris au dépourvu, mais qui ne baisse jamais les bras. Il croit en les capacités de son fils et veut lui donner toutes les cartes en main pour lui permettre de progresser. Et surtout, il suit son instinct de papa, en faisant fi des recommandations des professionnels. Les progrès d’Olivier sont spectaculaires et leur relation est d’autant plus soudée et complice.

C’est une histoire très touchante. Yvon Roy parle évidement de son cas personnel, mais à choisi de mettre de la distance entre les personnages et son propre vécu, en les nommant autrement, par exemple. Véritable leçon de vie et de persévérance, l’auteur démontre avant tout que rien ne vaut les intuitions d’un papa et d’une maman.

De plus, il a réussi un équilibre parfait selon moi entre un style graphique assez simple mais proche de la réalité, avec un trait fin, et un texte sans fioritures, qui raconte justement et tout en retenue les émotions qui viennent droit du cœur.

Le lien avec l’album de Fabien Toulmé qui a aussi fait part de son expérience avec sa petite fille trisomique dans « Ce n’est pas toi que j’attendais » est évident dès les premières pages, mais j’avoue avoir préféré la retenue et la sensibilité de ces « petites victoires ».

Yvon Roy offre finalement un message universel, sur la plus belle des relations, celle entre un parent et son enfant. Surtout, il met le doigt sur l’importance de les soutenir en dehors des chemins balisés. Enfin, il aborde tout en finesse la différence d’un enfant autiste, parfois de façon imagée. Une très belle lecture avec beaucoup de moments riches en émotions et qui donne la « gnak ».

Yvon Roy, « Les petites victoires », Éditions Rue de Sèvres, 2017, 150 pages

 

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Je fais ma rentrée au rendez-vous de la BD, cette semaine chez Stephie

Publicités

Derniers coups de cœur « petits lecteurs » #2

On lit tellement d’albums à la maison que je n’arrive pas à vous en présenter, ne fut-ce qu’une partie! Depuis peu, j’en pioche même à la bibliothèque qui me sont uniquement destinés! Du coup, j’essaierai de temps en  temps de revenir sur ceux qui m’ont particulièrement marquée, ainsi qu’à mon « petit lecteur »!

Je vous parle aujourd’hui de deux livres à côté desquels je ne pouvais passer, et qui m’ont beaucoup touchée.

Celui-ci, je l’ai lu au même moment que la BD de Fabien Toulmé « Ce n’est pas toi que j’attendais« . Il a eu une résonance particulière, puisqu’il traite du même sujet : la naissance d’une enfant touché par un handicap. Que ce soit à travers les dessins délicats ou les textes particulièrement sensibles, Béatrice Gernot et Diana Toledano traduisent à la fois avec force et douceur, toutes les émotions par lesquelles passent une famille touchée par une telle nouvelle. Il y a l’étonnement, la tristesse, qui laissent place très vite à l’entraide, l’amour, la volonté de protéger le nouveau né. Dans cet album, la relation avec la grande sœur est mise en avant et touche en plein cœur. C’est d’ailleurs elle qui s’exprime. Encore petite mais déjà assez mature pour comprendre que son petit frère est différent, la jeune fille prend son nouveau rôle très à cœur et sera aux petits soins d’Édouard. Une bien jolie façon d’aborder la différence avec les enfants, avec ce livre qui reflète l’image de la famille unie et soudée, tout en pudeur.

J’ai découvert il y a peu Alice Jeunesse, une maison d’édition belge qui publie autant de jolis albums que de romans jeunesse très attrayants! J’ai fait une razzia à la dernière foire du livre de Bruxelles!

Béatrice Gernot (auteure) et Diana Toledano (illustratrice), « Une place pour Édouard », Éditions Alice Jeunesse, 2016, 32 pages

A partir de 3 ans (mais je dirais un peu plus quand même).

Et celui-ci, c’est grâce à Fanny que je l’ai découvert! J’ai littéralement flashé sur la couverture et le titre!

C’est l’histoire d’une rencontre amoureuse. Deux personnes qui s’attendent, jusqu’au prochain rendez-vous. Pour mieux faire passer le temps, ils s’écrivent. Ils partagent leur quotidien, leurs petits maux, les pensées qui les traversent. Ils s’expriment sur cet amour si beau qui les unit. La semaine se détaille ainsi sous la forme d’une magnifique poésie. C’est un livre qui se lit dans un souffle, on laisse traîner les mots, les yeux s’attardent sur ces splendides dessins et leurs plus infimes détails. La dernière page se fait désirer… Un livre qu’on ne veut pas lâcher!

Thomas Scotto (auteur) et Ingrid Monchy (illustratrice), « Rendez-vous n’importe où », Éditions Thierry Magnier, 2003, 24 pages

Indiqué également à partir de 3 ans

Très envie de découvrir le travail de Thomas Scotto, avec ses romans notamment!

Épisode précédent de « Mes derniers coups de coeur petits lecteurs« 

« Ce n’est pas toi que j’attendais » de Fabien Toulmé

Et voilà, j’ai ENFIN trouvé à la bibliothèque ce premier roman graphique de Fabien Toulmé qui a fait l’unanimité l’année passée et qui me tentait tellement! L’occasion encore une fois de reparler de lui, alors que son deuxième titre est sorti il y a peu.

Dans cet album autobiographique, Fabien Toulmé revient sur la naissance de sa deuxième fille, Julia. Un heureux événement, ça se prépare. Il y a les innombrables examens et visites chez les médecins, les mots bienveillants pour rassurer la future grande sœur, les aménagements dans le lieu de vie… On suit donc la petite famille qui s’active autour de cette prochaine arrivée. Entre-temps, ils ont décidé de quitter le Brésil où ils vivaient depuis plusieurs années, pour revenir en France, plus près de la famille de Fabien. Tout se passe pour le mieux. Sauf… qu’un minuscule doute persiste dans un coin de la tête du futur papa.  Cette crainte de la trisomie 21 précisément, est bien réelle chez lui depuis la naissance de son aînée.

Peu de temps après l’arrivée de la petite Julia, et alors que les médecins lui avaient déjà diagnostiqué une malformation cardiaque, le couperet tombe : Julia est atteinte du syndrome de la trisomie 21. D’abord, le monde s’écroule pour Fabien. Sa femme n’en mène pas large non plus mais semble surmonter cette annonce le mieux qu’elle peut. Le papa par contre… plonge dans une profonde tristesse. Cet album est le cheminement d’un papa, et d’un couple, vers l’acceptation de leur petite Julia… qui n’est pas vraiment celle qu’ils attendaient.

Cet ouvrage est un condensé d’émotions multiples, qui font passer le lecteur du rire aux larmes, des sourires aux craintes. Fabien Toulmé retranscrit les jours qui ont précédé et ceux qui ont suivi la naissance de sa seconde fille. Sous forme de courts chapitres, il revient sur les étapes qu’il a traversé avec sa femme pour accepter cette situation et tout ce qu’implique la vie avec un enfant différent.

Il parle de deuil, le deuil du bébé qu’il s’était imaginé. Les mots sont forts, troublants. Et si beaux. Une fois cette étape-là passée, le lecteur découvre un papa qui tombe raide en amour pour son bébé. Il apprend à la connaître, à l’accompagner durant ses premières années, à l’aider, et à la chérir, autant que sa première fille et de la même façon.

La plus grande réussite de cet album est selon moi l’honnêteté qui s’en dégage. L’auteur se livre à cœur ouvert, sur cette période de sa vie qu’il a eu du mal à traverser et, vraiment, il le fait sans fioritures, sans mensonges, sans « maquillage » de la réalité. Il parle de ses très nombreuses larmes, du manque d’affection qu’il ressentait à la vue de son enfant, du sentiment d’incapacité à surmonter cette épreuve. Ainsi, il déculpabilise, je trouve, les parents qui sont dans le même cas et qui sont traversés par moment par des pensées sombres. Mention spéciale également pour le style graphique qui colle parfaitement au texte : simple, délicat, clair.

J’ai également beaucoup aimé découvrir le parcours de l’auteur : ses nombreux jobs et déménagements à l’étranger, aux antipodes du monde de la BD, et être témoin de ce qui a déclenché son envie de dessiner.

On n’a pas l’habitude de lire des portraits de papa. Celui-ci est en tout cas pour moi une première. Il m’a terriblement émue, et je trouve très courageux de la part de Fabien Toulmé de s’être livré de cette façon.

Fabien Toulmé, « Ce n’est pas toi que j’attendais », Editions Delcourt, 2014, 256 pages

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574 Cette semaine chez Mo’!