Archives du mot-clé Parcours

« La lionne : un portrait de Karen Blixen » d’Anne-Caroline Pandolfo & Terkel Risbjerg

J’ai découvert le parcours de la baronne Blixen avec le très beau roman de Nathalie Skowronek, il y a déjà un petit moment. Ce fut une révélation et un coup de coeur. Le parcours de cette femme de lettres danoise m’avait totalement passionnée. J’avais particulièrement admiré le courage qu’elle a eu très jeune de ne pas suivre le chemin tout tracé auquel elle était inévitablement prédestinée. Comme dans toutes familles aristocratiques, les femmes n’ont en effet pas beaucoup de place pour l’audace.

Karen Blixen née Dinesen, et gentiment surnommé Tanna, en a toujours fait qu’à sa tête, ce qui lui a valu très tôt l’image de fille rebelle et sauvage. Au fond d’elle, Karen rêve depuis toujours de vivre de l’art, de laisser s’exprimer sa créativité, par tous les moyens qui se présenteront à elle, que ce soit par la peinture ou l’écriture.

C’est cette envie de se démarquer de sa famille et de vivre de ses passions qui est merveilleusement mise en avant dans cet album qui retrace la vie de cette grande dame. Pandolfo et Risbjerg se sont particulièrement attardés sur les « anges » de Karen qui, dès sa naissance, se sont penchés au-dessus de son berceau pour lui offrir les qualités nécessaires pour réaliser de grandes choses. Je les ai d’ailleurs plutôt vus comme des guides ou encore des « forces intérieures » qui l’ont à chaque fois aiguillée tout au long de son parcours semé d’embûches. De ce fait, j’ai trouvé cette bande dessinée plus introspective et c’est ce qui fait sa force. J’ai trouvé cet angle très intéressant et original.

Les deux auteurs mettent également en valeur la jolie complicité qui unit Tanna à son papa, qui se suicide alors qu’elle n’a que 8 ans. Son papa, son modèle, lui a transmis la curiosité et la fièvre des voyages, de la liberté. Il ne restait au château de Rungstedlund que quelques jours et repartait aussi vite pour de nouvelles escapades.

Je ne referai par le portrait de cette grande dame dans ce billet, car c’est un réel plaisir de le parcourir à travers cet ouvrage illustré. De magnifiques pages faites de pastel et de traits fins et délicats qui montrent à merveille ce destin atypique. J’ai aimé le découpage en 3 grandes parties liées aux dates charnières de la vie de Karen Blixen. J’ai aimé la poésie qui se dégage des pages, née du doux mélange entre les textes et les aquarelles.

Un voyage entre le Danemark et l’Afrique, le pays qui lui a offert la sérénité et le bonheur absolu de la rencontre avec l’ailleurs et l’autre. Là où est née une seconde fois la passionnante « lionne ».

Anne-Caroline Pandolfo (auteure) & Terkel Risbjerg (illustrateur), « La lionne : un portrait de Karen Blixen », Éditions Sarbacane, 2015, 195 pages

 

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez Moka!

Publicités

« California Dreamin' » de Pénélope Bagieu

Avant de lire « Culottées », j’avais envie de découvrir Pénélope Bagieu avec cet autre album qui a rencontré un beau succès.

« California Dreamin' » retrace l’incroyable parcours d’une personnalité hors-norme, totalement extraordinaire : Ellen Cohen. Si le public la connaît peu sous son véritable nom, c’est plutôt derrière Cass Elliot que la chanteuse américaine s’est dévoilée. Pénélope Bagieu remonte donc toute la vie d’Ellen, en donnant la parole à toutes ces personnes qu’elle a côtoyées ou qui lui sont chères. Toute petite déjà, Ellen était profondément convaincue qu’elle voulait faire de sa vie, un véritable spectacle. Le spectacle, ça allait être elle. Et dès son plus jeune âge, elle développe déjà un talent incroyable, une présence marquante partout où elle passe, une personnalité qu’il est impossible d’oublier. Pourtant, ce n’est pas sa famille d’origine juive, installée à Baltimore et qui passe ses journées à faire tourner l’épicerie familiale qui l’encouragera. La petite Ellen souffre en effet de boulimie, et son entourage doute fort qu’elle puisse entrer dans le moule du « rêve américain ». Mais elle s’assume, et c’est ce qui la rend si attachante mais aussi attrayante.

Sauf son papa, son premier fan, qui sent tout le potentiel qui se cache derrière sa plus grande fille. A la fin de son adolescence, Ellen quitte tout et décide de tenter sa chance à New-York. Les différentes rencontres, et surtout son culot incroyable, la conduiront jusqu’aux « The Mamas and the Papas », l’un des groupes les plus connus de cette génération, pour le talent de ses membres mais aussi pour avoir osé bousculer certains codes de l’époque.

J’ai été totalement bluffée par cette bande dessinée! Tout d’abord par les dessins de Pénélope Bagieu. Aucun mot ne peut traduire l’effet qu’ils renvoient à chaque page : ils sont d’un tracé impeccable, même s’il paraît bouillon ou rapide, qui cache une précision telle que toutes les scènes prennent vie sous nos yeux de lecteurs-trices. Sous ce coup de crayon noir, la vie de Cass Elliot danse, s’anime, se joue là sur le papier. Il est très impressionnant, tout comme l’héroïne principale. J’avais l’impression que Pénélope Bagieu avait crayonné directement dans l’album que je tenais entre les mains, que les dessins venaient d’être faits. Elle a pris le parti de n’utiliser aucun code, que ce soit pour la taille des planches, ou la présentation du texte, qui changent régulièrement. En outre, j’ai ressenti chez l’auteure un profond respect pour l’artiste à laquelle elle rend hommage, et une véritable admiration.

Cet album possède également une vraie musicalité. L’ambiance de l’époque, les décors, les habits, le langage, tout rappelle cette chouette période branchée, aux portes du mouvement hippie. N’étant pas de cette génération, malheureusement j’ai envie de dire, il m’a fait découvrir des saveurs parmi lesquelles je me sentais bien. J’ai trouvé très intéressant d’assister à la création du groupe, et à la chanson qui l’a rendu célèbre.

C’est un gros coup de coeur! Je suis vraiment heureuse d’avoir découvert l’incroyable Cass Elliot et les suggestions musicales proposées à la fin par Pénélope Bagieu me donnent envie d’écouter les autres titres de la chanteuse. Hormis le très célèbre « California Dreamin' » que j’ai découvert jeune avec la B.O. de « Forrest Gump », je n’en connais aucun.

En le parcourant, j’ai aisément fait le lien entre cette expérience féminine et l’envie de l’auteure de poursuivre le défi avec d’autres « culottées ». Ça promet pour la suite 🙂

Pénélope Bagieu, « California Dreamin' », Editions Gallimard, 2015, 276 pages

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574 Cette semaine chez Mo’!