Archives du mot-clé Solitude

« Le muret » de Fraipont et Bailly

Maintenant, je dois me forcer pour faire les choses… Tout m’emmerde… Et j’angoisse en permanence… (p.31)

« Le muret » fait partie de ces albums dont je n’ai pas du tout entendu parler, que j’ai choisi par hasard à la bibliothèque (la mention « coup de coeur » a sans aucun doute rempli son rôle) et qui m’en a mis plein la figure! Une bande dessinée très sombre, dure, qui remue. Impossible de rester indifférent face à cette histoire d’une ado de 13 ans qui se laisse couler par sa propre solitude.

Après le départ de sa maman avec son nouveau mec pour Dubaï, Rosie se retrouve toute seule chez elle. Ses parents sont divorcés et son papa n’a pas de temps à lui accorder, trop préoccupé par son boulot. La jeune fille doit donc se trouver de nouveaux repères dans cette maison désormais vide. Elle passe beaucoup de temps avec sa meilleure amie Nath, qui habite à deux pas de chez elle. A ses côtés, Rosie arrive à se confier sur sa nouvelle solitude qui, déjà, l’effraie. Mais la distance commence à se marquer entre les deux filles, le jour où Rosie choisit la mauvaise pente, celle de l’alcool, tandis que Nath trouve refuge au sein de son cocon familial sans problèmes.

C’est à ce moment-là que les choses dérapent vraiment pour Rosie qui prend l’habitude de boire du whisky pour se donner le courage d’affronter ses journées à l’école. Elle s’étonne également de ses pensées négatives et lugubres, de plus en plus fréquentes. Ses absences à l’école se multiplient, Rosie n’a plus le cœur à rien. Le seul endroit où elle aime se poser est ce muret. Elle veille là, sans rien faire, avec sa cigarette et sa bouteille d’alcool. Jusqu’au jour où elle y fait la rencontre de Joe, un garçon à peine plus âgé, qui semble vivre la même galère. Rosie a peut-être trouvé un allié…

Je sais que je ne fais pas de bonnes choses mais à bien y réfléchir, est-ce que j’ai vraiment le choix? (p.137)

Se plonger dans « Le muret », c’est assister à la descente aux enfers de cette jeune fille qui ne fait qu’accuser les coups de l’égoïsme de ses parents. Rosie n’a pas eu le temps de se faire à cette nouvelle vie où elle est passe du jour au lendemain du stade ado au stade adulte. J’évoque « une descente aux enfers » mais on a par ailleurs l’impression que Rosie veut garder le contrôle de ses actes, comme s’il ne s’agissait que d’un passage à vide finalement.

J’ai beaucoup aimé cette bande dessinée parce que cette histoire m’a touchée. Il y a un équilibre très juste entre les dessins exclusivement en noir et blanc, et le texte qui en dit beaucoup avec peu de mots. C’est froid et percutant. Avec un minimum d’ingrédients, on est plongé dans le quotidien de Rosie qui lui tombe dessus d’un coup et qui va l’assommer tout aussi rapidement, sans même qu’elle ne s’en rende compte. Évidemment, j’ai eu très envie de la sortir de là, j’ai été en colère contre son amie qui la lâche, j’ai eu envie de lui dire que ça va aller.

Cette BD a un petit coté punk que j’ai également apprécié, avec des références musicales propres à la période où l’histoire se situe, en 1988.

Malgré l’univers très sombre que l’on retient, cet album se clôture sur une note d’espoir qui rassure. C’est une bande dessinée qui me change beaucoup de mes précédentes découvertes, surtout au niveau graphique. Avec peu d’éléments, Fraipont et Bailly mettent en scène une histoire qui en jette. Avec cet album on revoit ces périodes de doute qu’on a nous-mêmes traversées, celles où on a eu nous aussi envie de disparaître.

Un titre qui vaut indéniablement le détour!

 

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574 Cette semaine chez Moka!

Céline Fraipont (textes) et Pierre Bailly (dessins), « Le muret », Éditions Casterman collection Écritures, 2013,190 pages

Publicités