« Adrienne ne m’a pas écrit » de Michelle Fourez

Ils se sont rencontrés il y a quelques années lors d’un concert de piano que donnait Friedrich à Berne. Avec Adrienne, ils se sont rencontrés cette unique fois, et se sont par la suite écrit durant 3 ans. Au fil de la correspondance, les liens se sont tissés, les confidences se sont fait nombreuses. Notamment, sur leur parcours, leur mariage, leur vie de famille. Ils ont en commun plusieurs tragédies, dont le décès de son fils pour Friedrich. Adrienne a quant à elle perdu son mari d’une crise cardiaque foudroyante. Profondément touchés par ces deux drames, ils se réconfortent à travers les mots et la douce mélodie qui s’échappe des courriels. Leur passion commune pour la musique classique est un véritable socle à leur relation.

Alors que Friedrich prépare un nouveau concert pour Bruxelles, la ville où habite Adrienne, il espère une nouvelle rencontre après 3 ans de correspondance. Au lieu de cela, la femme prend la fuite et part se ressourcer à Boulogne-sur-mer. Les mots échangés et les nombreuses questions relatives à cette étrange relation aux sentiments naissants, se font de plus en plus pesants. Doit-elle continuer ? Doit-elle le rencontrer? Doit-elle laisser exprimer ce nouvel amour?

Ce roman est très court et se lit à une vitesse folle mais l’histoire entre ces deux-là est d’une intensité folle! Beaucoup de sentiments traversent leurs échanges. On comprend que c’est loin d’être dans leurs habitudes de se mettre à nu, et pourtant tout cela semble si naturel lorsqu’ils s’écrivent. J’ai ressenti beaucoup plus de tendresse pour Adrienne, cette femme d’âge mûr qui est seule depuis le décès de son mari et de départ de son fils pour Boston. Elle jouit de cette liberté nouvelle et retrouvée, et se complait dans sa solitude. Ce petit voyage au bord de la mer est un échappatoire, mais aussi l’occasion de faire le point sur sa vie et ses envies futures.

A contrario, on sent Friedrich plus égocentrique, partageant énormément sur son métier, ses voyages, la pression des concerts… Il n’est pas non plus des plus tendres, sur papier, envers son épouse Lisbeth, pour qui il ressent un réel désamour. Mais lorsqu’il s’adresse à Adrienne, particulièrement durant le silence de celle-ci, on ressent un profond attachement qui dépasse amplement l’amitié ou l’amour platonique des courriers.

On se prend donc très facilement à ce petit jeu complice qui connait un basculement au départ d’Adrienne. La plume de Michelle Fourez est d’une telle douceur. Et c’est très joliment écrit. Une petite parenthèse délicate qui fait du bien!

C’est un coup de coeur pour Anne.

De la même auteure, j’avais beaucoup aimé Une famille.

Michelle Fourez, « Adrienne ne m’a pas écrit », Editions Luce Wilquin, 2015, 96 pages

Une lecture inscrite au rendez-vous féminin du mois belge organisé par Anne, et ma dernière lecture de ce challenge!

 

Publicités

13 réflexions au sujet de « « Adrienne ne m’a pas écrit » de Michelle Fourez »

  1. Ping : Le Mois belge 2018 : le billet récapitulatif |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s