Archives pour la catégorie Littérature belge

« Je n’ai rien vu venir » d’Eva Kavian

Faut-il tomber au plus bas de l’échelle sociale pour être dans le monde réel? (p.86)

A 68 ans, Jacques doit se rendre à l’évidence : il a besoin d’aide. Après la faillite de l’entreprise pour laquelle il travaillait, les ennuis se sont enchaînés. Les factures impayées ont entraîné la coupure du gaz, de l’électricité. Ce monsieur a du ensuite vendre ses livres pour pouvoir manger, et finalement quitter son logement qu’il louait. A la rue depuis plusieurs jours, il se tourne bon gré mal gré vers une résidence située à Namur qui abrite des sans-abri. Il n’a pas d’autres mots : « Je n’ai rien vu venir ». Jamais il n’aurait pensé que ça pouvait un jour lui arriver. Malgré cet échec, Jacques garde sa fierté et refuse qu’on le compare aux autres pensionnaires. Il partagera une chambre avec 3 autres personnalités bien trempées. Il y a tout d’abord Momo, trentenaire hyperactif, toujours soucieux à se rendre utile aussi bien à la résidence que pour ses collègues. Filleul Royal, au passé troublant et qui a déjà essayé de se suicider plusieurs fois. Et enfin Ramon, qui noie son chagrin dans la boisson. Mais derrière chacun de ces visages traumatisés par une expérience douloureuse, se cache une âme sensible, une volonté de s’en sortir malgré tout et une générosité sans limite. Petit à petit, les préjugés de Jacques vont tomber, il se rendra compte qu’être sans-abri n’est pas une maladie et que pour beaucoup, ce sont les rencontres, l’environnement extérieur ou simplement un mauvais destin, qui les ont mis sur cette voie. Il va s’ouvrir aux autres, apprendre à aller au-delà de l’apparence et du mot « sans-abri », comprendre réellement ce qui lui arrive, et se retrouvera bien plus changé qu’il ne pouvait l’espérer.

Il n’en a pas l’air comme ça, mais ce court roman soulève bon nombre d’interrogations et sans le faire directement, Eva Kavian donne à son lecteur/sa lectrice, l’envie de réagir. Elle arrive notamment à y glisser un manque d’accompagnement des résidents dans leur projet de vie de la part des équipes éducatives, ainsi qu’une carence flagrante dans les aides disponibles à l’extérieur. La voix des travailleurs sociaux s’élèvent de temps en temps au cours du récit, pour faire le point sur les personnes qu’ils suivent, et qui se résument soit par des questions, soit par un appel à l’aide. L’auteure précise bien que son livre détient une part de réel, observée sur le terrain, mais qu’il s’agit d’une fiction.

Je n’ai pas pensé le mot solution après le mot abri. Trouver un abri était une solution. (p.11)

Malgré la tristesse du sujet, il y a une sorte de « good-feeling » qui se dégage de cette histoire. Ce sentiment est sans aucun doute liée aux personnages qui véhiculent de chouettes valeurs d’entraide, de solidarité. Ils donnent vraiment à réfléchir, à relativiser notre propre vie. Ils n’ont rien, leur avenir n’est pas très optimiste, et pourtant ils ne perdent ni la foi en l’humain, ni l’espoir de sortir de là un jour et de reprendre les rails d’une vie « normale ». On se sent bien dans cette résidence, on aime découvrir leur quotidien, leurs anecdotes. Des scènes soulèvent même quelques sourires. Il n’y pas de calcul, ni d’à priori entre eux, ils parlent comme ils pensent. Je n’avais pas envie de les quitter, c’est bons hommes de la résidence.

Comme ce fut le cas avec « Ma mère à l’Ouest » qui est axé jeunesse, contrairement à ce titre-ci, l’auteure belge aborde des sujets de société graves, mais avec finesse et sans jamais alourdir l’ambiance. Je repense d’ailleurs au beau roman de la québécoise Sophie Bienvenu sur le même sujet, avec un personnage central beaucoup plus jeune, qui m’avait tout autant remuée. Avec une légère préférence pour « Je n’ai rien vu venir », pour cette part d’humanité plus développée, et ses personnages attendrissants. Je suis très contente de l’avoir sorti de ma bibliothèque à l’occasion du mois belge.

Une fois encore, j’ai aimé ses mots, son style fluide, touchant et marquant. Je vous le conseille, juste pour connaître le temps de quelques pages le quotidien de ces hommes et ces femmes que l’on croise chaque jour, et qui se fondent aujourd’hui dans le décor.

Merci à Mina qui m’a offert ce roman il y a 2 ans!

Quatrième contribution au mois belge d’Anne et Mina!

Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord

Eva Kavian, « Je n’ai rien vu venir », Editions Weyrich, collection Plumes du Coq, 2015, 128 pages

Publicités

« Le Ouistiti » de Myriam Mallié (texte) et Gianluigi Toccafondo (dessins)

A mes yeux, les contes, ils sont destinés aux enfants. Ils sont soufflés juste avant d’aller dormir, pour rêver, ou pour vivre pendant quelques minutes une aventure extraordinaire. Mais ce conte-ci, je ne le mettrais pas entre les mains d’un petit, croyez-moi! J’ai d’ailleurs moi-même frissonné à cette lecture!

Dans ce conte des frères Grimm, la princesse n’a rien de gentil. La beauté, elle semble l’avoir. Mais elle fait peur, elle ne se mêle pas aux gens et pique des crises d’humeur toute seule dans sa tour où elle s’est enfermée. Tout en hauteur, composée de 12 fenêtres, elle lui offre une vue complète et très détaillée de ce qui se passe dans le village. Et qu’est-ce qu’elle y fait dans cette tour? Elle regarde.

La tour lui avait paru soudain désirable. Un ailleurs possible, un lieu de protection, une chambre forte. Un atelier aussi, où étudier, écrire, peindre, dessiner. Un retour vers des lieux d’enfance, des sentiments et des souvenirs perdus. (p.11)

Elle espère l’amour aussi… Mais ses prétendants, elle les invite à se cacher. Si elle les trouve, elle les tue. Et comme elle a un œil partout, les malheureux sont souvent décapités. Jusqu’au jour où trois frères tentent de conquérir son cœur.

Il s’agit d’un conte que je ne connais pas et que j’ai découvert sous la plume de Myriam Mallié, grâce à Mina. Une plume différente, qui réinvente certains mots. Un style saccadé, par des retours à la ligne fréquents et des répétitions nombreuses.

Étonnante image de la méchante princesse qui tue les hommes qui n’arrivent pas à se cacher. On sent malgré tout un profond mal-être chez elle et l’espoir de voir sa vie prendre un autre tournant. Ce tournant, elle pense le connaître grâce à l’amour. Mais elle n’y croit pas, à l’amour.

Cette histoire de princesse perchée en haut de sa tour m’a fait voyager, m’a emmenée dans un lieu qui ne ressemble à aucun autre. L’ambiance générale sombre, un peu effrayante aussi, est accentuée par des illustrations tout aussi « bizarres », faites de collages et de mélange de genres.

J’ai été emportée par les mots de Myriam Mallié, ce sont des mots que j’aurais d’ailleurs aimé écouter. Car un conte, ça se raconte surtout. C’est vraiment la découverte d’une plume que je réalise avec ce court texte, et un « presque » retour en enfance! Un plaisir retrouvé également avec Esperluète, ce format très agréable et toujours cette qualité de papier et de présentation.

Seconde contribution cette année au mois belge d’Anne et Mina!

Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord

Myriam Mallié (textes) et Gianluigi Toccafondo (illustrations), « Le Ouistiti », Éditions Esperluète, 2013, 62 pages

« Petite fantôme » de Mathilde Alet

Quand on a une grande soeur, on passe les quinze premières années de sa vie à essayer de lui ressembler et les suivantes à essayer d’être différente. (p.102)

Pour cette quatrième édition du mois belge, je renoue avec Mathilde Alet et sa « Petite fantôme », dont j’avais apprécié le premier roman « Mon lapin« .

Gil et Jo sont deux sœurs qui ne sont pas spécialement proches. Deux mode de vie différents, deux personnalités qui s’harmonisent peu. Pourtant, elles tiennent à leur rendez-vous hebdomadaire : tous les mercredis après-midi elles se retrouvent au café Les trois compères, qu’elles ont rebaptisé Les deux commères, juste pour passer un moment à elles deux et discuter. Gil est assistante dans un bureau d’avocats et rêve de publier son premier roman intitulé « Troisièmes lundis ». Cela fait un moment maintenant qu’elle essuie bon nombre de lettres de refus. Il lui manque juste un petit quelque chose pour faire adorer ce roman, mais lequel? C’est là que Jo entre en piste et lui sort l’élément déclencheur qui va faire exploser son histoire. Lorsque Gil envoie cette nouvelle version de « Troisièmes lundis », bingo! Une éditrice accepte de le publier et il devient un best-seller! Comment les deux sœurs parviendront-elles à vivre ce succès qui leur revient finalement à toutes les deux? Voilà toute la question de ce roman!

Pas de grande surprise avec cette histoire qui malheureusement avait pour moi un aspect de « déjà-vu » puisqu’elle m’a fait très vite penser au titre de Katherine Pancol « Les yeux jaunes des crocodiles ». La trame est identique : alors que Gil est l’auteure de ce « Troisièmes lundis », c’est Jo qui fera la promo du bouquin. A ce détail près que Gil a voulu utiliser un pseudo pour son roman. Esther Egova. Qui est donc incarnée par sa grande sœur. Le succès est très rapide et Jo/Esther est prise dans ce tourbillon l’envoyant sur les plateaux télé, aux séances de dédicaces, à de nombreuses interviews. Le fil entre les deux sœurs se détend assez rapidement.

Le début du texte ne m’a pas beaucoup emballée. On assiste aux côté de Gil au début de la rupture avec sa sœur, qui lui pose deux lapins consécutifs à leur rendez-vous fétiche du mercredi. Gil est une fille renfermée et solitaire. Dotée d’un pouvoir d’observation particulièrement pointu, elle analyse beaucoup les personnes qui l’entourent, et même les relations avec ses proches. Elle contractualise dans sa tête chaque faits et gestes de ceux qui l’entourent, se sentant uniquement rassurée qu’à travers les habitudes et les règles. C’est une personnalité que j’ai eu du mal à saisir, surtout quand elle embellit la réalité en s’imaginant une version sublimée des personnes qui lui sont cher, comme son petit-ami Arnaud (devenu Arnaud chéri) et sa sœur Jo (dont le pendant plus complice est appelé Joséphine).

Il s’est cependant produit un revirement qui m’a happée, lorsque le sujet a commencé à être réellement développé, où les personnages ont pris place de façon plus concrète et surtout où j’ai mieux appréhendé la personnalité de Gil. C’est là que j’ai retrouvé la « patte » de Mathilde Alet. J’ai finalement trouvé cette relation triangulaire intéressante, entre l’Auteure/Gil, le Visage/Jo et Esther Egova. J’ai apprécié voir à quel point elle grignote petit à petit le peu de complicité qui restait entre les sœurs, larguant Gil au titre de « Petite fantôme ».

Par la présente convention, la petite fantôme s’engage à demeurer invisible. Seuls sont autorisés à apparaître ses mots, sans que ces derniers puissent lui être attribués. En toute circonstance, la petite fantôme se tait. (p.100)

Décortiquer les relations familiales qui sombrent est ce que réussit le mieux Mathilde Alet. Cela avait été le cas avec « Mon lapin ». Avec ces deux sœurs, qui sont unies contractuellement et dont les menus liens affectifs tiennent surtout de la nostalgie des souvenirs, elle arrive à présenter une relation qui tend à disparaître sur base de non-dits, sans jamais dramatiser. Et c’est justement ce point qui est appréciable. Elle ne tombe pas dans la tristesse, mais le fait plutôt naturellement, presque comme une fatalité. Ayant moi-même une sœur, ce récit m’a parlé.

La jeune auteure franco-belge offre de jolies phrases sur la relation fraternelle, les souvenirs, et les liens qui s’étiolent. Un sujet de fond finalement loin d’être anodin, sur la création littéraire, l’origine véritable d’un roman – est-ce celui qui écrit ou celui qui apporte les idées? Et une très belle balade dans les rues de Bruxelles avec des descriptions rendant hommage à l’ambiance bon-vivant et multiculturelle de notre capitale.

Finalement, je termine ce roman sur une note assez positive! C’est un second texte qui confirme une écriture singulière, un ton ni enjoué ni sombre, et une vision réaliste mais non-dramatique des relations familiales complexes.

Première contribution cette année au mois belge d’Anne et Mina!

Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord

Mathilde Alet, « Petite fantôme », Éditions Luce Wilquin, 2016, 152 pages

« Nuit » et « Mon monstre et moi » d’Emmanuelle Eeckhout

Je clôture le mois belge d’Anne et Mina avec deux albums jeunesse dégotés en dernière minute cette semaine à la bibliothèque. C’est la couverture de « Nuit » d’Emmanuelle Eeckhout qui a attrapé mon regard en premier. Généralement, ce qu’on croise dans les rayons pour les tout-petits est très coloré. Cette couverture sombre n’est donc pas passée inaperçu. J’ai ainsi fouillé dans le reste du bac dédié à cette auteure et illustratrice belge et trouvé de véritables bijoux!

FullSizeRender(3)

« Nuit » est composé de brefs paragraphes, une phrase par page pour être exacte, d’une poésie extraordinaire. Au fil des pages, E. Eeckhout passe en revue le monde qui doucement s’endort, et où les êtres nocturnes prennent le relais peu à peu. Le paysage s’assombrit, pour ne laisser entrevoir que de minimes tâches jaunes, que l’on devine à la lueur de cette si belle et ronde lune. Des mots à chuchoter, pour une douce invitation à aller au dodo!

bonus_13_4bonus_13_2

Dans un autre genre, on passe avec « Mon monstre et moi » à une histoire d’amitié… qui sort de l’ordinaire. Celle entre l’enfant-narrateur et son meilleur ami d’enfance. A nouveau, rien de superficiel à travers les pages, l’auteure et illustratrice se concentre sur l’épuré, le minimaliste. Une histoire faite de grands rêves d’enfant, mais aussi sur l’incompatibilité de cette relation.

bonus_14_2

Il se dégage de ces deux albums une douce mélancolie, qui invite à l’apaisement et au repos. Grâce à ces titres, j’ai pu découvrir une double facette du travail d’Emmanuelle Eeckhout, de la poésie au niveau de la plume, et un style artistique épuré. Un nom que je suivrai, indéniablement!

Plus d’infos, allez voir son chouette site!

Emmanuelle Eeckhout, « Nuit », Editions Pastel, 2009 et « Mon monstre et moi », Editions Pastel, 2011

Lecture dans le cadre du Mois belge d’Anne et Mina

Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord

« De regrettables incidents » d’Armel Job

L’année passée, je faisais la promesse de découvrir la plume d’Armel Job, après une mise à l’honneur digne de ce nom lors du mois belge. Choses faite dans le courant de l ‘année avec « Les fausses innocences », mais qui m’avait moyennement convaincue. Pour cette troisième édition du mois belge, j’avais malgré tout l’envie de lui donner une seconde chance, avec ce titre récent dont la présentation à l’époque me plaisait un peu plus.

9782221156933C’est l’histoire d’une famille de Kazakhes venue s’installer à Brul, en province de Liège, à la frontière allemande, après avoir pas mal déménagé : Jakob, Irène et leurs deux filles Olga et Vika. La cadette souffre depuis la naissance d’un souffle au coeur, raison pour laquelle ses parents ont jugé bon de venir vivre en Belgique, imaginant la prise en charge médicale de meilleure qualité. Recevant chaque année des avis d’expulsion, la famille Touzenbach s’est toujours fait très discrète et ne participe que rarement à la vie de ce petit village. Aux côtés de la petite Vika, Olga la vingtaine, évolue comme toutes les jeunes filles de son âge, marquant sur son passage toutes personnes qu’elle croise grâce à un physique plutôt avantageux. Et comme de fait, elle est de suite remarquée pour endosser le premier rôle féminin de la prochaine pièce de théâtre du Royal Sillon de Jalbour, ville voisine de Brul.

En parallèle, il s’agit d’un important challenge pour Werner, tout juste nommé aux commande du Royal Sillon, après avoir détrôné le richissime Arsène Choquier, en place depuis près de 20 ans. Sa pièce, c’est son nouveau « bébé » et il se donne pour défi d’en mettre plein la vue aux habitants du coin. Avec sa nouvelle recrue, il pense que le tour est joué!

Ce sont tous « De regrettables incidents », titre extrêmement évocateur, qui sont au cœur de ce théâtre qu’est la vie. Armel Job fait ressurgir les mensonges enfouis depuis bien longtemps et qui touchent les anciennes actrices du Royal Sillon. Il les fait exploser à l’occasion de la nouvelle pièce de théâtre, qui devient dès lors un objet de vengeance. Elle ne laissera personne indifférent, dans ce coin pourtant si calme qu’est Jalbour.

Dès le début de son roman, l’auteur passe constamment d’un personnage à l’autre, entamant une histoire, la laissant en suspens, pour passer à une autre et y revenir plus tard. Un style qui m’a quelque peu désarçonnée au départ, et puis je me suis prise au jeu. La grande force de ce roman est indéniablement la mise en scène de tous ces personnages, tous originaires de ce petit village, au quotidien plus que routinier, qui seront mêlés d’une façon ou d’une autre à Olga, et au Royal Sillon : Werner au rôle plus qu’essentiel, sa femme Marianne, Rachel ancienne étoile montante du Royal Sillon qui prend sous son aile la jeune et timide Olga, son mari Michel, la famille Choquier, sans oublier les Touzenbach, véritable pilier de toute cette affaire. On se prend au jeu de cette incroyable aventure rocambolesque que mène si bien Armel Job. Il garde la maîtrise de son texte et de ses personnages pour amener le lecteur vers des situations improbables. Avec comme trame de fond, un sujet beaucoup moins drôle, il arrive pourtant à divertir, à questionner, à jouer avec les nerfs de son lecteur.

Armel Job, « De regrettables incidents », Editions Robert Laffont, 2015, 285 pages.

Lecture dans le cadre du Mois belge d’Anne et Mina

Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord

« Éviter les péages » de Jérôme Colin

Comme tous les ados, j’ai rêvé à un destin extraordinaire. Et comme tous les adultes, en grandissant, j’ai juste fait ce que la vie attendait de mois : aller tout droit, sans éviter les péages. p.17

IMG_2008

Le narrateur, dont on ne connait le prénom, est un chauffeur de taxi de 38 ans, avec le moral dans les chaussettes (et c’est peu le dire!). Il se trouve à un carrefour de sa vie où il hésite entre tout plaquer pour vivre pleinement le goût du risque – « éviter les péages », citation d’Alain Bashung et son « Osez Joséphine », dont j’aime beaucoup la métaphore – ou bien poursuivre son quotidien rangé, de mari et père de trois enfants, travaillant la nuit et sillonnant le centre de Bruxelles au gré des rencontres avec ses clients. Qu’est-ce qui a dérapé pour qu’il remette tout en cause? Pourquoi se pose-t-il ces questions à ce moment-là? Le lecteur le découvre notamment très peiné de la perte son papa, mort trois ans plus tôt d’un cancer. Perte de repères, de modèle, d’appui. Cela donne des moments très émouvants dans le livre, où le narrateur discute avec son papa, en plein milieu du cimetière, et dont les seules réponses sont évidement, le silence.

C’est la grande question des choix qui traverse ce roman. A l’aube de la quarantaine, cela semble tout à fait légitime de se demander si on peut encore plaire, de s’imaginer une deuxième vie avec une autre personne, de rêver d’aventure, de journées imprévisibles, où les surprises ont encore le pouvoir de nous émouvoir.

(…) Est-ce qu’il me reste des choses à faire sur cette terre?

Je ne le crois pas. J’ai déjà aimé fort. J’ai joui. J’ai eu trois enfants. J’ai voyagé un peu. J’ai rencontré des gens. Je connais déjà mes meilleurs amis. Qu’est-ce qu’il me reste à faire d’important? Rien, je crois. A trente-huit ans, l’essentiel a été fait. La partie est déjà finie! Et ça me rend dingue. p.79

Alors qu’un soir, il partage un verre avec son meilleur ami dans un bar, avant de prendre son service, notre homme a un coup de foudre pour Marie, une connaissance à son ami. Tout bascule. Il plonge alors les yeux fermés dans cette histoire passionnée durant un mois. Un mois, c’est court, mais tellement fort. Ils se découvrent déjà totalement amoureux l’un de l’autre. C’est donc très vite qu’il prend la décision d’interrompre cette aventure, avant d’atteindre le point de non-retour, et de prendre de la distance avec son épouse, pour réfléchir et faire le bilan de sa vie.

Cela faisait presque un an que ce roman m’attendait. Jérôme Colin n’est pas un inconnu en Belgique, même s’il s’agit de son premier roman : homme de radio sur la chaîne de service public francophone, il est également animateur sur la RTBF télé dans une émission intitulée « Hep taxi! » où il partageait le rôle de… chauffeur de taxi! et de journaliste, avec pour client à chaque tournage, une célébrité. Il me tardait de découvrir l’écrivain, métier qu’il lui tient particulièrement à cœur, en plus du passionné de musique rock et du journaliste, que je connaissais déjà. Dans les émissions qui ont suivi la parution de son bouquin, il revenait régulièrement sur le besoin de sortir les mots et d’extraire cette histoire de lui. Très vite, j’ai aperçu une incroyable ressemblance entre lui et son personnage. « Eviter les péages » a donc une grande part d’autobiographie, et je crois que je suis partie de ce constat dès le début de ma lecture. A mes yeux, c’est lui, Jérôme Colin, qui parle, qui ouvre son cœur à un nouveau public, qui décide de dévoiler un autre pan de sa personnalité, qui renverse l’image du gars jovial, bavard et dynamique qu’on a l’habitude d’entendre. Pour certains auteurs, écrire son histoire devient un exutoire, mais il peut s’agir aussi d’une véritable confidence offerte aux lecteurs.

C’est évidement un texte mélancolique, mais tellement réel et ancré dans un quotidien qui pourrait être le nôtre, homme ou femme. Tout quitter ou continuer ce chemin déjà balisé, au cours duquel les surprises diminuent, mais qui est confortable et surtout, où il ne nous manque de rien.

La musique, véritable moteur dans ce roman, sert de guide tout au long du questionnement du narrateur. Elle a toujours été essentielle à ses yeux, et elle continue de l’accompagner, quelque soient les obstacles à franchir et les décisions à prendre. Leonard Cohen, Alain Bashung, autant de grands noms qui résonnent en chacun de nous, et encore plus quand on s’imprègne de cette histoire.

Que c’est bon d’avoir mal quand le bourreau est une chanson douce. p.79

C’est un roman qui m’a beaucoup plu, pour son sujet, son traitement, où tout est toujours mitigé, sur la tangente, à l’instar du personnage qui ne sait jamais choisir. Ni jamais noir, ni trop lumineux. Il est sensible, tout comme le personnage principal, et vrai. Jérôme Colin, rencontré lors de la Foire du Livre de Bruxelles en début de cette année, a plusieurs fois confié qu’il avait trouvé une nouvelle voie, désormais devenue une drogue. Il s’est collé à l’écriture, et il ne peut plus s’en passer. C’est une histoire qui a un sens et un message qui peut servir à chacun de nous. Le seul regret pour moi est cette sensation d’inachevé, ressentie à plusieurs reprises. L’impression que l’auteur a amené plusieurs thèmes, qu’il n’a pas exploités jusqu’au bout. Plusieurs portes entrouvertes, vers lesquelles il n’a pas pu s’enfoncer. J’aurais aimé poursuivre sur ces thèmes, tellement j’ai apprécié son regard sur ceux-ci, à la fois personnel et universel. Ceci étant, je comprends mieux lorsqu’il annonce que d’autres livres suivront prochainement.

Un auteur à suivre, et un titre à lire pour celles et ceux qui aiment les questions existentielles, les rencontres fortuites qui donnent un sens à la vie, la musique rock des 70′-80′ et les ambiances moroses.

Jérôme Colin, « Eviter les péages », Éditions Allary, 2015, 197 pages.

Lecture dans le cadre du Mois belge d’Anne et Mina.

Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord

« Les mots doux » de Carl Norac & Claude K. Dubois

Mon billet arrive à une heure tardive, mais ça me tenait sincèrement à cœur de parler de ce si joli livre pour enfants dans le cadre du mois belge, pour le rendez-vous « jeunesse ».

FullSizeRender

Cet album est d’une douceur absolue, parfait pour les touts-petits lecteurs! J’ai flashé sur le titre à la Foire du Livre de Bruxelles de ce début d’année, et ai profité de la présence de l’illustratrice pour le faire dédicacer pour mon p’tit mec. C’est seulement plus tard que j’ai vu que les textes étaient signés Carl Norac, ce montois connu pour s’adresser au jeune public.

Ils sont là, je les sens gonfler sous mes joues.

« Les mots doux » ce sont ceux avec lesquels se réveille la petite Lola un matin et qui ont tant de mal à sortir. L’urgence du matin la pousse à l’école, les joues pleines de mots qui, au fil des heures, commencent à prendre beaucoup de place dans sa bouche…

Cette histoire paraît tellement d’actualité : l’enfant qui souhaite exprimer ses émotions, mais qui ne trouve pas le moment idéal pour en faire part à ses parents. Dans cette course contre la montre qu’est la vie, c’est en effet ma crainte de passer à côté de moments si précieux, qui s’offrent à nous seulement si on prend le temps de se poser quelques minutes. Un clin d’œil qui a donc trouvé écho en moi.

IMG_1994 IMG_1995

Un sujet très intéressant, donc, qu’aborde Carl Norac, en toute simplicité, qui prend forme sous le trait de crayon si fin de Claude K. Dubois. Les deux artistes semblent être sur la même longueur d’onde et ça se ressent particulièrement à travers l’harmonie qui lie les mots et les dessins.

Une jolie histoire pleine de poésie et de bons sentiments, à lire et à relire à nos petits bouts!

Carl Norac (textes) et Claude K. Dubois (illustrations), « Les mots doux », Editions L’école des loisirs, collection Pastel, 2015.

Lecture dans le cadre du Mois belge d’Anne et Mina, pour le rendez-vous « jeunesse »

Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord